La Discorde

De
Publié par

« Si l’on se mettait à rechercher une ressemblance entre les peuples, on la trouverait avant tout dans leurs erreurs. » Ismail Kadaré, en évoquant entre autres les erreurs de son propre pays, passe en revue la symbolique de l’Albanie qui, soumis au joug ottoman pendant un demi-millénaire, a connu au XXe siècle successivement la république, la monarchie, l’invasion hitléro-mussolinienne, le communisme stalinien puis maoïste, enfin un retour à une démocratie brouillonne, tout en battant la semelle aux portes d’une Europe qui la fait lanterner. Ces symboles sont l’hymne et le drapeau, le premier non exempt d’arrogance vis-à-vis du reste du monde, le second ambigu avec son aigle à deux têtes figurant une nation divisée et un peuple en douloureuse discorde. S’y ajoute le père fondateur, Georges Kastriote Skanderbeg, lequel, trente ans durant, se battit pour contenir le déferlement ottoman qui atteignit jusqu’aux portes de Vienne, et prôna jusqu’au bout – comme le fait avec ardeur Kadaré aujourd’hui – le retour de la petite Albanie dans le giron du continent-souche, l’Europe.
Publié le : mercredi 30 janvier 2013
Lecture(s) : 8
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213669410
Nombre de pages : 376
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
« Si l’on se mettait à rechercher une ressemblance entre les peuples, on la trouverait avant tout dans leurs erreurs. » Ismail Kadaré, en évoquant entre autres les erreurs de son propre pays, passe en revue la symbolique de l’Albanie qui, soumis au joug ottoman pendant un demi-millénaire, a connu au XXe siècle successivement la république, la monarchie, l’invasion hitléro-mussolinienne, le communisme stalinien puis maoïste, enfin un retour à une démocratie brouillonne, tout en battant la semelle aux portes d’une Europe qui la fait lanterner. Ces symboles sont l’hymne et le drapeau, le premier non exempt d’arrogance vis-à-vis du reste du monde, le second ambigu avec son aigle à deux têtes figurant une nation divisée et un peuple en douloureuse discorde. S’y ajoute le père fondateur, Georges Kastriote Skanderbeg, lequel, trente ans durant, se battit pour contenir le déferlement ottoman qui atteignit jusqu’aux portes de Vienne, et prôna jusqu’au bout – comme le fait avec ardeur Kadaré aujourd’hui – le retour de la petite Albanie dans le giron du continent-souche, l’Europe.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi