//img.uscri.be/pth/07d0d713a6590a9d5e7b3265d4c01bd9d1e93650
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

La fantaisie des Parques

De
335 pages

C'est une incursion insolite que fait l'auteur en se penchant sur les différentes manières dont meurent les hommes. Les unes sont cocasses ou pathétiques, douces ou cruelles, programmées ou inopinées... mais toujours amusantes à retracer.

Publié par :
Ajouté le : 15 juin 2011
Lecture(s) : 27
EAN13 : 9782748118926
Signaler un abus

Vous aimerez aussi

La fantaisie des Parques
Henri Berna
La fantaisie des Parques Voyage en Léthiférie
© manuscrit.com, 2001 ISBN: 2-7481-1893-6 (pour le fichier numérique) ISBN: 2-7481-1892-8 (pour le livre imprimé)
Avertissement de léditeur
Découvert par notre réseau de Grands Lecteurs (libraires, revues, critiques littéraires et de chercheurs), ce manuscrit est imprimé tel un livre. Déventuelles fautes demeurent possibles ; manuscrit.com, respectueuse de la mise en forme adoptée par chacun de ses auteurs, conserve, à ce stade du traitement de louvrage, le texte en létat. Nous remercions le lecteur de tenir compte de ce contexte.
manuscrit.com 5bis, rue de lAsile Popincourt 75011 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@manuscrit.com
Prends ton plaisir tant que tu vis ; demain est trop incertainLa vie est une comédie, le plaisir le but suprême, la volupté le bien le plus cher(Inscription à Pompéi)
7
PRÉSENTATION
Les philosophes et les chantres de lhumanité triomphante ont peu parlé, semble-t-il, de cet incon-testable scandale éthique que constitue linégalité devant la mort : certains en effet quittent cette terre dans une paisible affliction quand dautres sont accablés de morts affreuses. Les uns partent avec les pleurs et les regrets de leur entourage, et dautres au milieu des soupirs de soulagement. Et pis encore que cette disparité, cest lindifférence des philosophes et hautes consciences pour ce drame de caractère universel.
Cette différence de fortunes existe bien sûr depuis la naissance, et elle est franchement insupportable ; mais que dire alors de la manière dont le ciel, le ha-sard ou la fatalité ont réglé le mécanisme de la mort. Pourquoi les hommes dégal mérite et de même dis-tinction nont-ils pas, après une longue existence qui pourrait les faire converger vers un sort comparable, la joie toute morale de pouvoir disparaître dans une même jouissance et une même espérance ?
Dans un but contraire et peut-être avec des inten-tions dapaisement social, les philosophes et les reli-gieux nous font croire que le trépas est une preuve de la mansuétude divine, et y voient une égalité de fait dans le traitement de la vie et sa sanction suprême.
9
La fantaisie des Parques
On pourrait croire aussi que le trépas est toujours à limage de lexistence qui a été menée. Quelle erreur ! Des morts ignominieuses surviennent en pleine gloire, et nombre de morts héroïques sont le lot de gens qui navaient jusque là quun compor-tement modeste. Les morts longtemps attendues se font souvent longtemps attendre, et les morts subites viennent toujours frapper ceux qui sy attendent le moins.
De fait, la mort est le domaine réservé des Parques qui y exercent leur fantaisie et qui y apportent la marque de leur insouciance. Inutile de chercher de la logique, de la compassion ou même de la fureur. Les Parques font avec application un métier difficile, mais qui nexige aucun savoir-faire particulier.
Dans leur antre des Enfers, ces trois divinités, filles de lErèbe et de la Nuit, et surs des Furies, sont chargées de filer la vie des hommes, et lon com-prend quelles soient dépassées par lampleur et la diversité de la tâche. Clotho, on le sait, préside à la naissance et tient le fuseau ; Lachésis file le fil de la vie, et Atropos le coupe selon son humeur, oubliant parfois les impératifs de sa fonction ou se laissant al-ler au contraire à des frénésies de coupures.
Pour faciliter leur travail, les Parques disposent dun assortiment darmes terrifiantes dont elles usent à leur gré et selon leur humeur. Ces armes sont la maladie, la difformité, la dégénérescence, les virus et autres germes maléfiques, la langueur de caractère qui conduit au suicide, les attentats, les accidents de toute sorte, les calamités naturelles et celles qui sont causées par lenvie, la haine, la cupidité, le fanatisme ou lidéologie.
10