Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

La quête

de mxm-bookmark

Citrine et Coclica

de Manuscrit

Vous aimerez aussi

suivant
Les Midlands, 1204
1
— Je crois bien que je serais devenue foe si j’avais dû rester dans ce chariot un instant de pus ! Dame Eizabeth d’Averette reeva es jupes de sa cotte de drap beu et se fraya déicatement un chemin vers a berge moussue, sans quitter des yeux e débit rapide du cours d’eau. — Ne pensez-vous pas, ma dame, que nous devrions putôt rester avec es hommes ? demanda Kedra, sa cham-brière, en jetant un regard anxieux en arrière, à ’escorte de sodats en cottes de maies qui étaient descendus de cheva non oin de à. Ees pouvaient es entendre qui paisantaient et juraient entre eux en menant boire eurs chevaux ou en es ais-sant brouter ’herbe abondante sur e bord de a route. Certains d’entre eux sortaient des morceaux de pain de eurs sacoches ou buvaient de a cervoise. Le chef du cortège, Iain Mac Kendren, ne faisait quant à ui ni ’un ni ’autre. I se tenait es pieds écartés et es poings sur es hanches à a manière d’une statue, et seus es mouvements de sa tête indiquaient qu’i était vivant et montait a garde. — Hier soir, j’ai entendu ’aubergiste parer d’un voeur qui attaque es voyageurs par ici, reprit Kedra,
9
e soufle court et peine d’une excitation apeurée. Un homme immense, terribe et farouche ! Lizette, comme ’appeaient ses sœurs et es gens d’Averette dans une respectueuse famiiarité, ui décocha un sourire compatissant. Sa jeune chambrière n’avait que quinze ans et n’était pas habituée à voyager. Pas étonnant que toute histoire d’un queconque voeur, même bizarre ou exagérée, ’effraie ! — D’après une des servantes, décara-t-ee, c’est un très beau voeur. Ee a dit aussi qu’i renonçait à voer une femme si ee ui donnait un baiser, ce qui m’a fait penser à une baade de ménestre. Mais quee que soit ’apparence de ce voeur, nous avons cinquante hommes pour nous garder, sans compter Iain Mac Kendren… Nous sommes donc totaement en sécurité. — Je ’espère ! chuchota Kedra, comme si ee crai-gnait que e voeur ne ’entende. Heureuse d’avoir échappé un moment aux conîns étouffants du chariot, Lizette ôta son cerce en argent et son voie de soie, puis s’accroupit sur a berge. — A partir du moment où i prend un baiser au ieu de mes habits et de mes bijoux, je pourrais même apprécier de e rencontrer, ce voeur ! — Oh ! Ma dame, sûrement pas ! se récria Kedra, scandaisée, ce qui prouvait qu’ee connaissait bien peu sa maïtresse. Lizette recueiit de ’eau caire et fraïche dans ses mains et a porta à ses èvres avant de répondre. — Vous ne seriez pas disposée à embrasser un beau vaurien ? — Pas s’i est un hors-a-oi ! — Moi, je préférerais de oin embrasser un beau hors-a-oi putôt qu’un courtisan qui pourrait en concure que je veux ’épouser, dit Lizette en se reevant. Ee appréciait es hommes. Ee prenait paisir à eur compagnie et aux taquineries du badinage. Ee eur
10
enviait eur facie camaraderie, mais pas autant qu’ee enviait eur iberté. Le mariage, cependant, était une tout autre chose. La pupart des femmes trouvaient peut-être que ces iens étaient un gage de sécurité, mais pas Eizabeth d’Averette, pas après avoir vu a parodie de mariage que constituait ’union de ses parents. — Je n’ai pas de bijoux, ma dame, ît remarquer Kedra en se baissant à son tour pour boire. Vous croyez qu’i pourrait aors m’obiger à ’embrasser ? — Etre embrassée contre son gré est assez dépaisant, concéda Lizette, bien pacée pour e savoir. Pus d’un soupirant espérant trouver une épouse fortunée à Averette avait tôt fait d’essayer de séduire a pus jeune îe du seigneur — censée être a pus innocente — pour servir ses desseins. — Je ne souhaite pas vraiment rencontrer un voeur, bien sûr, reconnut-ee en écoutant es oiseaux qui chan-taient comme s’is n’avaient aucun souci au monde. Ce serait effrayant. Comme cette fois où ord Smurton, ivre, ’avait coincée dans a chapee. I ne ’avait aissée partir, magré ses genties remontrances, que contre sa promesse de e retrouver pus tard, dans un endroit pus retiré. Sa sœur aïnée y était aée à sa pace et, bien qu’Adeade n’ait jamais révéé ce qui s’était passé exactement, eur visiteur indéicat et sa suite avaient quitté e château e endemain à ’aube sans même prendre congé de eur hôte. — Oh ! Ma dame ! Lizette eva es yeux et vit sa chambrière qui désignait e miieu de a rivière où son voie neuf s’éoignait sur ’eau. Avec un juron des pus ma seyants pour une dame de sa quaité, Lizette reeva ses jupes et avança sur a berge gissante pour e rattraper. Ee n’osait pas courir parce que es pierres étaient mouiées, mais i faait qu’ee rattrape son voie. Iain dirait sans doute qu’ee
11
méritait de e perdre si ee était aussi insouciante, et i ne a quitterait probabement pus des yeux pour e reste du voyage jusque chez eux. Aors que ses yeux fouiaient es aentours à a recherche d’un bâton avec eque ’attraper, un homme apparut soudain sur a rive opposée, comme surgi du néant. — Ne craignez rien, ma dame ! cria-t-i tandis qu’ee s’arrêtait, surprise. I débouca son baudrier et e posa sur un rocher. — Je ne vous veux pas de ma. S’i ôtait son épée et qu’i était seu, i n’avait proba-bement pas de mauvaise intention, en effet. Et surtout, i paraissait éduqué et de haut rang — un chevaier, pour e moins, voire un seigneur ou un baron. Qui qu’i soit, i portait une simpe tunique de cuir sans chemise par-dessous, des chausses sombres et des bottes ordinaires. Ainsi debout près de a rivière, avec es bois derrière ui, i évoquait une sorte de dieu de a forêt — ou peut-être cette idée était-ee simpement venue à Lizette à cause de ses modestes habits et de ses cheveux noirs et ondués. I entra dans ’eau et, quand i atteignit son voie, i e cueiit aussi aisément qu’un autre homme aurait pu cueiir une pâquerette, puis i eva ’étoffe ruisseante comme un vainqueur brandirait un trophée. — Permettez-moi de me présenter… I s’approcha d’ee, ’eau capotant autour de ses moets. Sa voix grave et musicae, son éocution ui indiquaient de nouveau qu’i n’était pas un rustre grossier. — Je suis messire Oiver de Lesie, originaire d’Irande. Messire Oiver — un chevaier, donc… Irandais, ce qui expiquait ce éger et déicieux accent qui donnait ’impression qu’i chantait au ieu de parer. Ee e regarda hardiment, notant son front haut qui dénotait de ’inteigence, son très beau nez droit et son menton qui était exactement ce que e menton d’un homme
12
devait être, tandis que ses èvres peines s’incurvaient en un sourire incroyabement séduisant. Queque chose aors, au fond de Lizette, semba oscier, comme si un éger trembement de terre faisait bouger e so sous ses pieds. Ou comme si a quaité de ’air avait subitement changé. Ou encore, comme si queque chose qui sommeiait en ee était en train de s’éveier. — Je chassais avec queques amis et j’ai été séparé d’eux, expiqua messire Oiver en atteignant a berge et en s’arrêtant à côté d’ee. De ’eau couait de son voie trempé, et ee ne put s’empêcher de remarquer a manière dont es chausses mouiées du gentihomme coaient à ses cuisses muscées. — Comme j’avais très soif, ajouta-t-i, je me suis arrêté ici et c’est aors que j’ai entendu vos… cris de désarroi. Hauts en coueur, je dois dire. Gente Mère de Dieu, i ’avait entendue jurer! D’ordinaire ee n’était pas faciement embarrassée, mais à ee ’était au point de souhaiter presque que a rivière monte et ’emporte. Presque… Ee n’était pas encine à rougir, non pus, mais se sentit rougir néanmoins, tout en se rendant compte qu’ee devait dire queque chose. Le remercier, au moins. Héas, es mots ne vinrent pas — une autre étrangeté —, et à a pace ee se retrouva fascinée par e regard ferme et brun de ce be étranger qui avait traversé a rivière vers ee comme s’i faisait ce genre de chose tous es jours, et comme si ’eau n’était pas gacée. — Vous devez être transi ! — J’ai eu pus froid maintes fois auparavant, ma dame, dit-i en ui tendant e voie trempé. Rendre service à une si charmante personne vaut bien un petit frisson. — Je… je vous remercie, messire, babutia-t-ee. Au nom du cie, que ui arrivait-i? Ee ne s’était jamais montrée aussi peu oquace !
13
Mais e fait était, ee sembait dans ’impossibiité de former des paroes cohérentes ou d’avoir a moindre pensée caire — à part cee de se dire qu’i était e pus be homme qu’ee avait jamais rencontré. — Je vous suis très reconnaissante de m’avoir repêché ce voie, messire. Je ’ai payé très cher — trop, dirait ma sœur — et j’aurais été très afligée de e perdre. C’est une chance que vous ayez été à, même si vous êtes très oin de ’Irande. Et maintenant ee disait n’importe quoi ! Seigneur… — Oui, ma dame, j’en suis oin, acquiesça-t-i, une ueur amusée dans ses yeux bruns. Et qui êtes-vous donc? Sotte ! — Lizette… Simplette ! — Je veux dire, je suis dame Eizabeth d’Averette. I ît un signe de tête, puis jeta un coup d’œi à Kedra. — Et voici votre chambrière, je présume ? Je suppose que vous ne voyagez pas seue avec ee ? — Oui, non, c’est-à-dire… oui, c’est ma chambrière. Et bien sûr, j’ai une escorte. De… Doux Jésus, de combien ? — De cinquante hommes. Is sont tout près. — Je suis content de ’entendre. Car i y a des voeurs tapis par ici, et vous seriez pour eux un morceau très tentant, dit-i avec dans es yeux une expression qui ui assécha a gorge et ui ît taper e cœur comme jamais auparavant. — C’est ce que j’ai entendu dire. Enîn, qu’i y a des voeurs, pas que je sois… Je ne voudrais pas paraïtre vaniteuse, ni sous-entendre… Ee renonça à poursuivre, se traitant une nouvee fois intérieurement d’idiote. Messire Oiver rit doucement. — Modeste autant que bee. Une combinaison puissante. Mais c’est qu’ee pourrait bien se pâmer comme
14
une écerveée s’i continuait à a regarder ainsi, et dire n’importe quoi ! Si cet homme ’avait coincée dans a chapee, qui pouvait présumer de ce qu’ee aurait été capabe de faire ? — Averette… C’est dans e Kent, n’est-ce pas ? demanda-t-i. — Oui, en effet ! Y êtes-vous déjà aé ? Quee question stupide ! S’i était venu en visite à Averette, ee se serait souvenue sans ma de ui. — Non, je ne suis jamais aé dans e Kent. Mais j’ai rencontré votre sœur à a cour. Une bouffée de désarroi saisit subitement Lizette. S’i était aé à a cour, et s’i avait rencontré Adeade, i devait es comparer — en apparence, au moins —, et personne ne pouvait surpasser Adeade en beauté. Les hommes qui avaient recherché a main de Lizette ne ’avaient fait qu’après avoir tenté de séduire Adeade, et avoir été refusés par ee. Le sourire de messire Oiver s’éargit, et ee supposa que c’était à ’évocation de sa sœur. — En vérité, je ui ai demandé de s’enfuir avec moi, mais ee n’a pas vouu. I y avait un autre homme qu’ee préférait, voyez-vous… Toute a coère et ’envie de Lizette disparurent d’un coup. Etre rejeté par Adeade devait être, ee n’en doutait pas, très mortiîant pour un homme. — Comme c’est regrettabe pour vous ! répondit-ee tandis que son assurance ui revenait, et qu’ee ui décochait un sourire de son cru. Pourquoi ne me e demanderiez-vous pas à moi, maintenant ? C’était une suggestion très hardie, et i aait sûrement rire et faire un commentaire habie, comme es courtisans et es beaux nobes étaient encins à e faire. Mais i perdit sa joviaité et demanda d’une voix douce et sourde qui agit sur ee comme une caresse intime : — Diriez-vous oui si je e faisais ?
15
I devait paisanter. I ne pouvait pas être sérieux. Pourtant, son cœur s’agita à ces paroes comme s’i vouait s’échapper de sa cage thoracique. Ses poumons sembèrent cesser de fonctionner. Dieu du cie ! Ee avait aspiré toute sa vie à ’excitation et à ’aventure, et ees étaient à, en chair et en os! Une chair bee et séduisante… — Ma dame ! Ee avait compètement oubié Kedra. Et Iain. Et tout e reste dans e monde à part messire Oiver de Lesie, venu d’Irande. Ee jeta un coup d’œi par-dessus son épaue et vit Iain Mac Kendren qui marchait vers eux d’un pas martia, son gaive tiré, une expression hostie sur son visage hâé. Kedra avait dû aer e chercher, car ee arrivait en trottinant derrière ui. Iain, qui avait bien quarante-cinq ans, avait passé a pupart du trajet depuis e château de messire Deapont à ignorer ses paintes. Le rouis du chariot ui donnait en effet ma au cœur. I avait aussi étabi très cairement qu’i n’appréciait pas d’avoir été envoyé pour a ramener à Averette, bien qu’i ne puisse être pus irrité qu’ee ne ’était d’être sommée de rentrer comme si ee était une enfant. Messire Oiver ne parut toutefois pas troubé e moins du monde, et i a regarda de nouveau avec de ’amusement dans ses yeux sombres. — Qui est-ce donc ? demanda-t-i en haussant un sourci. Pas un père ou un mari outragé, j’espère ? — Non ! Ee s’écaircit a gorge et, prenant un ton qui seyait mieux à une dame, ee ajouta : — C’est e commandant de a garnison d’Averette, e chef de mon escorte. Ee se tourna vers Iain et s’adressa à ui avec ce qu’ee espérait être de ’autorité.
16
— Iain, rengainez votre ame. Voici messire Oiver de Lesie, et i ne nous veut pas de ma. Iain s’arrêta, une main sur a hanche tandis qu’i mesurait du regard e nouveau venu. Magré e titre du chevaier, i ne parut pas impressionné — mais après tout, i faait au moins risquer sa vie dans pusieurs bataies pour espérer impressionner ’Ecossais. — Bonjour à vous, messire, grommea-t-i avec juste une pointe de courtoisie. Vous voyagez seu ? Un peu dangereux, non ? — Comme je ’expiquais à votre dame, je chasse avec des amis, répondit messire Oiver, toujours aussi cordia magré e ton brusque et même insoent d’Iain. J’ai été séparé d’eux. Mais i se fait tard, et je vais repartir à eur recherche, sous peine d’être surpris par a nuit dans es bois et d’être obigé de manger des noisettes pour mon souper. — Nous serons à ’auberge du Renard et du Chien ce soir, dit Lizette, se rendant seuement compte qu’i était trempé. Peut-être pourriez-vous nous faire dire demain matin comment vous aez. Je n’aimerais pas que vous tombiez maade pour m’avoir rendu service. Messire Oiver jeta un coup d’œi à Iain qui fronçait es sourcis, méîant. — Je suis latté de votre soicitude, mais j’ai une robuste nature, ma dame. — Comme ’a souigné messire, s’empressa d’ajouter Iain, i se fait tard, ma dame, et nous avons traïné assez ongtemps ici. A moins de vouoir rester sur a berge de a rivière et se quereer avec son chef d’escorte, ee devait s’en aer. En outre, i ne pouvait pas être bon pour messire Oiver de rester ongtemps dans des chausses et des bottes trempées. — Adieu donc, messire Oiver, dit-ee avec pus de regret qu’ee n’en avait jamais éprouvé en prenant congé de qui que ce soit auparavant. Comme ee souhaitait qu’is se soient rencontrés
17
aieurs, dans un endroit où is auraient pu parer, dans une grand-sae durant un festin par exempe ! I aurait sûrement été un compagnon très amusant. Peut-être qu’is auraient dansé… qu’is se seraient touchés… qu’is se seraient écipsés dans un recoin sombre pour partager un baiser… Le chevaier s’incina avec éégance avant de s’adresser à Iain. — Je vous féicite du soin que vous prenez de votre dame, Mac Kendren, et vous n’aurez pas à craindre que je me fauîe dans ’auberge sous e couvert de a nuit. Je ne suis pas ce genre de gentihomme. Iain se contenta de grommeer une réponse inaudibe. Une tee chose aurait été en effet très inconvenante ; néanmoins, Lizette dut combattre une bouffée de déception. Ee avait peut-être rencontré un homme qui aurait pu a tenter de faire ’amour hors des iens du mariage, et voià qu’i était pus honorabe que beaucoup ! Magré ses regrets secrets, ee convint à part soi que c’était une insute de penser que messire Oiver était homme à essayer de se gisser dans a chambre d’une femme sans y être convié. — Vous devez pardonner au commandant son manque de courtoisie, messire Oiver. I prend ses devoirs très au sérieux. — Pour votre bien, ma dame, j’en suis heureux, répondit Oiver avec un nouveau sourire. Les temps sont dangereux, et de mauvais hommes errent dans e pays. I recua vers a rivière. — A présent, je dois vous dire adieu. Se rendant compte qu’ee n’avait pas e choix, Lizette incina a tête tandis qu’Iain ui offrait son bras pour a raccompagner au chariot. — Adieu, messire Oiver, répéta-t-ee en posant a main sur ’avant-bras d’Iain, et en e aissant ’emmener. A mi-parcours, ee regarda en arrière, mais messire
18