La Jeunesse de Yorik de Westmark (1894-1920)

De
Publié par

Les compagnons de Yorik trouvaient toujours quelque nourriture à partager avec le chien, que Yorik s'efforçait lui-même d'alimenter en prenant sur sa propre ration. Ils décidèrent même de photographier le chien lors d'un moment de répit dans un petit bois. Ils s'assirent sur un tronc d'arbre, tenant leur arme à la main, et Yorik prit le chien devant lui contre ses jambes, comme au cours d'une banale partie de chasse à Westmark. Les yeux de Yorik brillaient, le chien était content de tant de sollicitude, et les hommes étaient heureux de fixer pour l'éternité un moment de leur vie sans lendemain. Enrôlé dans l'armée allemande en tant que sujet du Kaiser, après une enfance et une prime jeunesse somme toute heureuses, dans la Lorraine annexée, Yorik a été entraîné dans cette guerre qui devait être "la dernière". Il erre dans l'Europe entière jusqu'en Russie et dans le Baltikum – zone géographique encore à la une de l'actualité cent ans plus tard!–, puis en Écosse et en Angleterre, où il poursuit son propre rêve et un amour impossible. L'armistice et la paix le ramènent dans un monde à jamais transformé, où il peine à trouver sa place et devient finalement mineur de fond, dans un univers proche de celui des tranchées par les conditions de vie et les dangers à affronter.
Publié le : jeudi 25 septembre 2014
Lecture(s) : 2
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782342028713
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782342028713
Nombre de pages : 276
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Du même auteur
Sous le pseudonyme de Michel François Jo, le Goupil, section Alzheimer, Mon Petit Éditeur, 2013
Antoine, Michel, François Denis LA JEUNESSE DE YORIK DE WESTMARK (1894-1920) ou La Grande Guerre sans victoire
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France IDDN.FR.010.0119851.000.R.P.2014.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication par Mon Petit Éditeur en 2014
« Bien que sans patrie et sans roi Et très brave ne l’étant guère, J’ai voulu mourir à la guerre : La mort n’a pas voulu de moi. Suis-je né trop tôt ou trop tard ? Qu’est-ce que je fais en ce monde ? O vous tous, ma peine est profonde : Priez pour le pauvre Gaspard ! »
Paul Verlaine (Sagesse,Gaspard Hauser chante)
Prologue Dans sesde captivité et d’évasions : 1915-1918 »« souvenirs , Ro-bert d’Harcourt évoquait l’indifférence des civils allemands quant au sort de l’Alsace-Lorraine : « qu’on les rende à la France et qu’on arrête ce massacre ». Le récit qui va suivre a pour héros un certain Yorik, enfant de Westmark, né quelque part entre Moselle et Rhin, dans cette région pour laquelle Français et Allemands se sont tant battus. Enrôlé dans l’armée allemande en tant que sujet du Kaiser, il a été entraîné dans cette guerre qui devait être la dernière, il a erré dans l’Europe entière jusqu’en Russie, jusqu’en Écosse et en Angleterre, où il a poursuivi son propre rêve et un amour impossible. Sa double appartenance culturelle, et sa passion pour une troisième langue, l’anglais, lui ont permis de jouer un rôle origi-nal et parfois ambigu dans ce théâtre de l’absurde, dans cette guerre sans vrai vainqueur, suivie d’une paix dans un monde à jamais transformé, où il peine à trouver sa place. Avant tout cela, avant de parcourir les voies terrestres et ma-ritimes de l’Europe du Nord et de l’Est, écoutons tout d’abord les mélodies naïves d’une enfance et d’une prime jeunesse heu-reuses, dans le pays où l’on parle encore la langue de Clovis et de Charlemagne. Entrons dans ce pays que Français et Alle-mands se disputaient sans le connaître et sans comprendre les gens qui y vivaient. Prenons le temps, avant de nous lancer dans le récit des combats et pérégrinations de Yorik, de nous arrêter
7
LA JEUNESSE DE YORIK DE WESTMARK (1894-1920)
en pays « francique », quand la vie y était douce, malgré les vexations infligées par l’empire germanique et malgré la nostal-gie d’un empire français disparu.
8
Chapitre I. Motifs naïfs
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant