La kermesse aux idoles

De
Publié par

Un livre féroce. Un livre décapant. Au tableau de chasse : la chanson, le show-business, cette frénésie du paraître et des affaires qui agite le monde. Dans le Kermesse aux idoles, Louis Nucera pourfend, comme cela ne l'a jamais été fait, cet univers gonflé de vide, les faiseurs de couplets bêtifiants qui, du matin au soir et du soir au matin, nous accablent de leur nullité.
Les Narcisse de la corde vocale ne sont pas les seuls sur la sellette. les structures qui permettent cet édifice de falsifications et de mensonges, les trompettes, par lesquelles souffle la tourmente déchaînée de la stupidité galopante, sont aussi dénoncées. Mais le livre prend une dimension plus profonde car, sur le thème "le show-business a envahi le monde", ce sont tous les ressortissants de l'empire des farces et attrappes de la renommée qui sont montrés. Et, en premier lieu, les saltimbanques de la politique, autrement plus dangereux.
Mêlant l'ethnologie et le pamphlet, Louis Nucera décrit, tempête, anathématise, mais il sait aussi faire rire ou prodiger sa tendresse pour quelques valeureux qui résitent à la contagion du pire.
Baudelaire parlait "des secours que quelques cuistres célèbres apportent à la sottise naturelle... Le monde, ajoutait-il a acquis une épaisseur de vulgarité qui donne au mépris de l'homme spirituel la violence d'une passion". Que dirait-il aujourd'hui où tant et tant d'individus résolvent des problèmes dont ils ignorent les données, où "la bêtise s'est mise à penser" comme jamais, où les media propagent plus encore la vaste entreprise de démolition des esprtis ?...
La Kermesse aux idoles est un livre de colère, de générosité et de santé... Un livre qui va bien au-delà des pitoyables imposture de la chansonnette...

Louis Nucera est de ces hommes qui écrivent sur ce qu'ils ont vécu. Pendant neuf ans, il fut employé dans une firme de disques, celle-là même où travaillait Boris Vian.

Publié le : lundi 4 juillet 1994
Lecture(s) : 29
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246047599
Nombre de pages : 288
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Un livre féroce. Un livre décapant. Au tableau de chasse : la chanson, le show-business, cette frénésie du paraître et des affaires qui agite le monde. Dans le Kermesse aux idoles, Louis Nucera pourfend, comme cela ne l'a jamais été fait, cet univers gonflé de vide, les faiseurs de couplets bêtifiants qui, du matin au soir et du soir au matin, nous accablent de leur nullité.
Les Narcisse de la corde vocale ne sont pas les seuls sur la sellette. les structures qui permettent cet édifice de falsifications et de mensonges, les trompettes, par lesquelles souffle la tourmente déchaînée de la stupidité galopante, sont aussi dénoncées. Mais le livre prend une dimension plus profonde car, sur le thème "le show-business a envahi le monde", ce sont tous les ressortissants de l'empire des farces et attrappes de la renommée qui sont montrés. Et, en premier lieu, les saltimbanques de la politique, autrement plus dangereux.

Mêlant l'ethnologie et le pamphlet, Louis Nucera décrit, tempête, anathématise, mais il sait aussi faire rire ou prodiger sa tendresse pour quelques valeureux qui résitent à la contagion du pire.
Baudelaire parlait "des secours que quelques cuistres célèbres apportent à la sottise naturelle... Le monde, ajoutait-il a acquis une épaisseur de vulgarité qui donne au mépris de l'homme spirituel la violence d'une passion". Que dirait-il aujourd'hui où tant et tant d'individus résolvent des problèmes dont ils ignorent les données, où "la bêtise s'est mise à penser" comme jamais, où les media propagent plus encore la vaste entreprise de démolition des esprtis ?...
La Kermesse aux idoles est un livre de colère, de générosité et de santé... Un livre qui va bien au-delà des pitoyables imposture de la chansonnette...
Louis Nucera est de ces hommes qui écrivent sur ce qu'ils ont vécu. Pendant neuf ans, il fut employé dans une firme de disques, celle-là même où travaillait Boris Vian.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

L'An…

de landogne

La couleur de la peur

de editions-milan

La planète malade

de le-nouvel-observateur