La Loi des assassins

De
Publié par

Mai 1250, Saint Jean d’Acre, dans le royaume de Jérusalem. Après le cuisant échec de la 7ème croisade en Egypte, saint Louis vient s’y réfugier avec les pitoyables restes de sa chevalerie. Du haut des remparts, un fils de taverniers parisiens, Guillemin, qui a suivi sans trop savoir pourquoi l’élan de la croisade, observe ce royal retour. Il est avec Tarek, son ami Arabe qui n’est autre que le chef pour Acre de la terrifiante secte terroriste des Assassins. Lorsque les Assassins s’en prennent à lui, saint Louis est déconcerté par leurs méthodes si contraires à toutes les règles de chevalerie qu’est le terrorisme. Un seul les connaît bien: Guillemin. Le roi le fait saisir pour le mettre à son service. Il en fera un chevalier puis son ambassadeur pour aller à Alamut, la forteresse des Assassins, près de Téhéran. En y fouinant, la nuit, Guillemin sera surpris par la plus redoutable tueuse des Assassins. Ce premier contact sera très rugueux avec la sublime et sensuelle Roxane, formidable combattante. Et quel est le jeu trouble de la plus grande puissance militaro-financière du temps que sont les Templiers? Alliés de toujours des Assassins, ils semblent "tirer les ficelles" dans l’ombre. Pourquoi? Mais les attentats vont croissant dans le royaume de Jérusalem. Les Assassins n’hésitent plus à employer l’arme la plus secrète du moyen-âge, le feu grégeois. Premier spécialiste historique de l’anti-terrorisme, Guillemin va devoir finement naviguer entre le devoir envers son roi et ses amitiés si troubles avec certains Assassins.
Publié le : jeudi 1 mars 2012
Lecture(s) : 71
Tags :
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782748365764
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782748365764
Nombre de pages : 482
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Philippe Comeyne
LA LOI DES ASSASSINS
 
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France
IDDN.FR.010.0116280.000.R.P.2011.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2011
1èrepartie: le royaume de Jérusalem
Avant propos Le monde au milieu du XIIIesiècle Ce roman débute le 13 mai 1250, jour où, après le cuisant échec de sa croisade en Égypte (La 7e), Louis IX, futur saint Louis, arrive avec les restes de sa chevalerie estropiée et ravagée par la dysenterie à Saint Jean dAcre après avoir été libéré contre rançon (et sur parole pour le solde) par les Mamelouks du Caire. Ce milieu du XIIIe siècle correspond à ce que lon nomme, à juste titre, le « beau moyen âge » car la période est vraiment exceptionnelle. - Explosion démographique : la population de Paris est multipliée par 8 en 70 ans pour atteindre 200 000 âmes, de très loin la plus grande cité doccident. - Les progrès des technologies agricoles qui, en gestation depuis longtemps, se sont enfin généralisées. - Un réchauffement climatique global : on trouve dans les chroniques monastiques de ce temps la mention de fraises mures à Noël en Alsace ou à Liège (les cultures en serre nexistaient pas !). Dautres parlent de ven-danges dans le Limousin à la fin de Juin, etc. - Lexplosion du commerce avec les grandes foires de Champagne et surtout le début dun commerce interna-tional vigoureux depuis la 1recroisade. (1099)
7
LA LOI DES ASSASSINS
Résultat : la prospérité. Cest lépoque où les grandes églises et les cathédrales sérigent partout. Mais, cest le calme avant la tempête car la période la plus noire du Moyen Âge va venir ensuite avec la guerre de cent ans (1337-1453), la peste noire (1347) qui décima 50 % de la popu-lation européenne (Le royaume de France passera de 16 à 8 millions dhabitants en 2 ans !) et les intempéries génératrices de famines à répétition.
Loccident
- La France: Le domaine royal sest beaucoup accru sous le règne de Philippe Auguste (1180-1223) qui a repris au roi an-glais Jean sans Terre les immenses territoires quil détenait en France. Cette action sest poursuivie sous le règne de Louis VIII dit « le Lion » et achevée avec Louis IX (futur saint Louis) qui, après les victoires de Saintes et de Taillebourg, ne laisse plus à lAngleterre que la Guyenne (LAquitaine). Délaissant le vieux port de Saint Gilles, Louis IX a commencé à aménager Aigues Mortes pour y embarquer, en 1248, son immense flotte pour sa croisade en Égypte. (Marseille est alors dans le Saint Empire Romain Germanique) - LAngleterre: Cest le règne dHenri III de Plantagenet, roi faible et incompétent. Ses barons menés par le comte de Leicester (Simon V de Montfort) sont en rébellion contre lui à cause de ses défaites en France et surtout son refus dappliquer la Magna Carta (La Grande Charte) qua dû signer son père, Jean sans Terre, avec ses barons. - LAllemagne: Cest le très vaste Saint Empire Romain Germanique dont lempereur est le brillant Frédéric II de Ho-henstoffen, surnomméStupor Mundi (Lémerveillement du monde), mais que les papes appelaient plus simplement
8
LA LOI DES ASSASSINS
lAntéchrist. Roi dAllemagne, dItalie, de Sicile, de Chypre et de Jérusalem, il avait donc déjà inventé ce que lon nomme au-jourdhui « le cumul des mandats ». Il pratiquait couramment six langues : latin, grec, normand, sicilien, arabe et allemand. Sou-verain érudit (ce qui était rare à cette période), éduqué par un médecin Arabe, il vécut principalement en Sicile où le pape laccusait, non sans raison, davoir un harem. Il réussit la prouesse de se faire excommunier deux fois et le pape appela même à la croisade contre lui. Afin de lever lune de ces ex-communications, il conduisit en 1229 la 6ecroisade, à Saint Jean dAcre, avec des forces symboliques (3 000 hommes). Sans ver-ser de sang, il parvint à un chef-duvre de diplomatie en obtenant de son grand ami, le sultan Al Kamel, la restitution pour dix ans, par un traité conforme aux lois coraniques, de Jérusalem aux chrétiens (Traité de Jaffa). Le Saint Empire nétait toutefois quune construction bien théorique car morcelé en une myriade de petits duchés, comtés, principautés, etc. qui dépendaient tous, en principe, dun Empereur nayant aucun moyen de leur imposer sa volonté. Cela fut ainsi jusquà lunification très brutale menée par Napoléon. - LItaliedepuis la fin de lempire romain et jusquau: XIXe siècle, il ny eut pas dentité politique réunissant lItalie qui faisait alors partie du Saint Empire Germanique, Sicile comprise. (Hormis la république de Venise, les territoires de Gênes et de Pise ainsi que les vastes états de lÉglise allant de Rome à Venise) - LEspagne et le Portugal: En 1250, lacenouqsiatr sur les musulmans avait regagné lessentiel de la péninsule où il ne res-tait plus que le très brillant petit royaume musulman de Grenade qui subsistera jusquen 1492. - Danemark, Norvège, Suède: Ces royaumes existaient et étaient déjà christianisés. En 1250, lépoque des raids vikings est terminée depuis deux siècles.
9
LA LOI DES ASSASSINS
- À lest: les futurs états étaient alors en pleine gestation avec bien des sursauts. En 1250, les Mongols avaient déjà at-teint et ravagé les villes de Buda et de Pest (Hongrie). Les chevaliers Teutoniques avaient leur état souverain allant du nord de lactuelle Pologne jusquen Lituanie avec leur grand maître établi dans le château de Marienbourg.
Le Proche Orient
En 1250, cette région est, comme toujours, déchirée entre des forces hostiles les unes aux autres. - Les Mamelouks: Le sultanat ayyubide créé par Saladin, dont le centre politique était au Caire (De Ayyub, père de Sala-din) sétend des deux bords de la mer Rouge jusquau nord de lactuelle Syrie. En 1250, le sultan ayyubide est tué dans un coup dÉtat, conséquence de la 7ecroisade et remplacé par les Mame-louks. Lhomme fort du moment est Baybars, surnommé « larbalétrier ». Les mamelouks sont musulmans de culture et de langue arabe qui, sous Saladin, viennent de passer du chiisme au sunnisme. - Les turcs Seldjoukides :relativement nouveaux venus dans la région, ils occupent lAnatolie jusquà ce qui subsiste de lempire Byzantin et sont en contact hostile avec les mamelouks sur leur flanc sud. Dans les régions du Kurdistan, ils sont déjà vassaux des Mongols. Les Seldjoukides sont des musulmans sunnites, mais de culture et de langue différentes des Arabes. - Les Abbassides: les califes de Bagdad ne règnent plus que sur une portion de ce qui correspond à lactuel Irak. Leur « poids » régional est en rapide déclin. Musulmans sunnites par excellence, les abbassides sont de culture et de langue persane. Il sagit des califes des contes des 1 001 nuits, dont la période brillante remonte aux années 800.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant