La Maison du sommeil

De
Publié par

De bien curieux événements se déroulent à Ashdown, inquiétante demeure perchée sur une falaise des côtes anglaises. Naguère, c'était une résidence universitaire, où se sont croisés Sarah la narcoleptique, Gregory le manipulateur, Veronica la passionnée, Robert l'amoureux transi, Terry le cinéphile fou. Leurs destins ont divergé, mais les spectres du passé continuent de hanter Ashdown, devenue une clinique où le sinistre docteur Dudden se livre à de monstrueuses expériences sur les troubles du sommeil. Par quelles mystérieuses coïncidences tous les personnages vont-ils s'y retrouver ? Et quelles transformations vont-ils y subir ?
Une fresque foisonnante et rigoureuse, où l'illusion amoureuse va jusqu'à l'extrême limite de sa réalisation, et où la vérité sort toujours des rêves.
Publié le : lundi 6 juin 2011
Lecture(s) : 23
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072451065
Nombre de pages : 465
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
C O L L E C T I O NF O L I O
Jonathan Coe
La Maison du sommeil
Traduit de l’anglais par Jean Pavans
Gallimard
Titre original : T H EH O U S EO FS L E E P
©Jonathan Coe, 1997. ©Éditions Gallimard, 1998, pour la traduction française.
Né en 1961 à Birmingham, en Angleterre, Jonathan Coe a fait ses études à Trinity College à Cambridge. Il a écrit des articles pour leGuardian,laLondon Reviews of Books, leTimes Literary Supplement… Il a reçu le prix Femina étranger en 1995 pour son qua-trième roman,Testament à l’anglaise(Folio n° 2992), et le prix Médicis étranger en 1998 pourLa Maison du sommeil.
N O T E D E L’ A U T E U R
Les chapitres impairs de ce roman se déroulent pour l’essentiel dans les années 1983-1984. Les chapitres pairs se déroulent pendant la deuxième quinzaine de juin 1996.
«J’ai vraiment perdu la notion du temps. Si on n’a plus de centre émotionnel…», elle s’interrompit, fit un effort, et reprit d’une voix rauque, «…c’est ce qui arrive. Des éternités… des fractions de secondes… ça revient au même. On n’a plus le sens ordinaire des mesures. » R O S A M O N DL E H M A N N, Le Jour enseveli
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

2084. La fin du monde

de editions-gallimard

Le nouveau nom

de editions-gallimard

La sœur

de editions-gallimard

suivant