La malédiction de la cantatrice

De
Publié par

Une enquête rythmée avec précision Qui a tué la Malibran ? Voilà l'énigme posée à Sherlock Holmes plus de quarante-cinq ans après la mort tragique de la légendaire cantatrice qui a étincelé, tel un flamboyant mais fugace joyau, sur les plus grandes scènes d'Europe et d'Amérique. Entre bel canto et secret défense, entre Londres, Venise, Naples et Paris, le célèbre détective du 221b Baker Street, flanqué de l'inévitable docteur Watson, traque le fantôme d'un mystérieux homme en noir et retrouve les plans d'une arme de guerre. Parviendra-t-il à lever la malédiction qui pèse encore sur la diva ?Au lecteur de ne pas se laisser mystifier et de faire à son tour preuve de perspicacité pour démêler la fiction de la réalité.
Publié le : lundi 20 juin 2011
Lecture(s) : 106
EAN13 : 9782748193640
Nombre de pages : 197
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
La malédiction de la cantatrice
3
DU MÊME AUTEURAUX ÉDITIONSLEMANUSCRIT
Motus et babouches cousues, Roman humoristique, Prix littéraire 2006 des agents de la Ville de Paris. Le liseur de songes, Poésie, 2006.
Bernard Suisse
La malédiction de la cantatrice Une enquête inédite de Sherlock Holmes
Roman
Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2007 www.manuscrit.com ISBN : 2-7481-9364-4 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782748193640 (livre imprimé) ISBN : 2-7481-9365-2 (livre numérique) ISBN 13 : 9782748193657 (livre numérique)
6
7
Comment finissent les actrices - Très curieuse question avec laquelle on pourrait aisément composer un in-folio de mille pages à deux colonnes, en petit texte, sans alinéas.Un jour, on annonce leur début. Cela se passe à l’heure où elles sont dans leur avril, blanches, jolies, enjouées. Rien qu’en raison de ce fait, Paris est tout en l’air. Le soir venu, on court les voir. Elles paraissent sur les planches, éclairées par le soleil de la rampe. Elles déclament, elles chantent, elles causent, elles dansent, et, avant que le rideau ne se baisse, une pluie de fleurs tombe à leurs pieds. On les a applaudies à tout rompre. Le lendemain commence pour elles une existence pleine d’enchantements. Comme le luxe leur sied bien, on leur donne un hôtel, des chevaux, une livrée, souvent une cour. La presse, celle qu’on lit le plus, les encense ou les critique, en tout cas, elle s’occupe plus d’elles que des Altesses à couronne fermée. Tout cela dure cinq ans, dix ans, trente ans, quelquefois plus. Néanmoins, un jour, ces triomphes prennent fin. Hélas ! l’hiver de l’âge a neigé sur leurs têtes. Il faut prendre congé du public, si l’on ne veut pas que le public prenne congé de vous.
9
La malédiction de la cantatrice
Et bien, qu’arrive-t-il ? Où sont-elles ? Que sont devenues ces Étoiles qui formaient la voie lactée du firmament parisien ? Cherchez. Peut-être trouverez-vous. Pourtant il y a des chances pour que vous ne trouviez pas du premier coup. Philibert Audebrand –Petites mémoires d’une stalle d’orchestre.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.