La manufacture des rêves

De
Publié par

Pour la première fois, Yves Simon se raconte dans un livre. C'est l'itinéraire d'un artiste atypique, reconnu à la fois comme romancier et auteur-compositeur de chansons. « De quel empilement de mots, de lieux, d'objets, de rencontres sommes-nous les représentants ? Qui et quoi nous a faits tels que nous sommes, nous et nul autre ? » Dans cet autoportrait, Yves Simon célèbre les musiciens, les écrivains, les poètes, les villes et les pays, les films, les objets qu'il a aimés, les personnes qu'il a croisées et qui ont influencé sa vie comme son oeuvre... Exemplaires ou anodins, il dresse l'inventaire de ses anges de passages, et leur rend hommage. On rencontre ainsi, au fil des pages : François Mitterrand, un jour de confidences ; Simone Signoret, au soir de la vie ; Chris Marker, dans un bar de Tokyo ; Bowie, qui serre Higelin et Yves Simon contre son coeur, dans un petit matin blême ; Serge Gainsbourg, dans une ville de province... Mieux que personne, le romancier évoque ces figures de l'ombre, de la marge, tous les anges de lumière... Parmi ces figures, il y a aussi des inconnus sublimes, la jeune Lesley, premier amour de quinze ans découvert à l'ombre de Proust ; un père cheminot avec qui il est difficile de parler, sauf au dernier jour... La manufacture des rêves, c'est l'âme de l'artiste qui prend et qui donne. Dans des pages généreuses, il partage avec nous, émerveillé, le silence des grands déserts américains, le grésillement d'un ordinateur portable, compagnon des nuits d'écriture, la solitude du chanteur de scène...
Publié le : mercredi 5 mars 2003
Lecture(s) : 25
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246649892
Nombre de pages : 280
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Pour la première fois, Yves Simon se raconte dans un livre. C'est l'itinéraire d'un artiste atypique, reconnu à la fois comme romancier et auteur-compositeur de chansons. « De quel empilement de mots, de lieux, d'objets, de rencontres sommes-nous les représentants ? Qui et quoi nous a faits tels que nous sommes, nous et nul autre ? » Dans cet autoportrait, Yves Simon célèbre les musiciens, les écrivains, les poètes, les villes et les pays, les films, les objets qu'il a aimés, les personnes qu'il a croisées et qui ont influencé sa vie comme son oeuvre... Exemplaires ou anodins, il dresse l'inventaire de ses anges de passages, et leur rend hommage. On rencontre ainsi, au fil des pages : François Mitterrand, un jour de confidences ; Simone Signoret, au soir de la vie ; Chris Marker, dans un bar de Tokyo ; Bowie, qui serre Higelin et Yves Simon contre son coeur, dans un petit matin blême ; Serge Gainsbourg, dans une ville de province... Mieux que personne, le romancier évoque ces figures de l'ombre, de la marge, tous les anges de lumière... Parmi ces figures, il y a aussi des inconnus sublimes, la jeune Lesley, premier amour de quinze ans découvert à l'ombre de Proust ; un père cheminot avec qui il est difficile de parler, sauf au dernier jour... La manufacture des rêves, c'est l'âme de l'artiste qui prend et qui donne. Dans des pages généreuses, il partage avec nous, émerveillé, le silence des grands déserts américains, le grésillement d'un ordinateur portable, compagnon des nuits d'écriture, la solitude du chanteur de scène...
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Un train nommé « Cendrars »

de le-nouvel-observateur

Les rêves d'Aubry

de le-nouvel-observateur