La musique des morts

De
Publié par

Fabriqué au début du XVIIIème siècle par un obscur luthier russe du nom de Svetlan Borg, le Cygne est un violon prodigieux, qui n'a rien à envier aux plus grands Stradivarius. Violoniste de génie, interprète virtuose, Niccolo Paganini, dit « le Diable », aurait emporté l'instrument avec lui dans sa tombe. Aujourd'hui, à Paris, le Cygne obsède un compositeur célèbre et à la santé déclinante, du nom d'Igor Vissevitch. Son fils Frédéric a grandi dans son ombre, sans toutefois en avoir le talent. Amoureux de la jeune Célia, chanteuse lyrique qui doit collaborer à l'ultime chef-d'oeuvre du maestro, Frédéric se rend à Prague pour y retrouver la trace du Cygne. Là, le jeune homme fait la connaissance du rabbin Elie Bogdanowicz, maître de la Synagogue Vieille-Nouvelle et luthier de renom, qui remet à Frédéric le corps de l'instrument tout en l'instruisant sur sa généalogie légendaire. Puis Frédéric s'envole pour Venise, afin de quérir l'archet perdu du Cygne, réunissant ainsi les deux pièces de l'instrument dispersées par l'Histoire, avant de les rapporter à son père... Mais bientôt, Elie est assassiné. Igor Vissevitch lui-même, dont le comportement a curieusement évolué depuis l'acquisition du violon, est tué dans de troubles circonstances. Confronté à la brutalité et à l'énigme de ces disparitions, Frédéric découvre l'existence d'une partition dissimulée dans l'étui du violon. Il s'agit du Mouvement Perpétuel, l'un des tours de force de Paganini, considéré aujourd'hui encore, avec les Caprices, comme insurpassable. Frédéric n'a, pour seule piste, que cette partition. Il s'y plonge alors avec frénésie, allant jusqu'à étudier la manière que son père avait de l'interpréter, et se lance dans une enquête dont la musique est la clé... Quel secret se cache dans ce Mouvement virtuose, cascade ininterrompue de notes, de croches et d'harmoniques ? Quelle relation existe-t-il entre le Cygne et les tortures menées autrefois dans le ghetto de Terezin, où, une terrible nuit de 1944, le père d'Elie Bogdanowicz tint tête à un officier nazi ?
Publié le : mercredi 14 mai 2003
Lecture(s) : 51
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246636793
Nombre de pages : 480
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Fabriqué au début du XVIIIème siècle par un obscur luthier russe du nom de Svetlan Borg, le Cygne est un violon prodigieux, qui n'a rien à envier aux plus grands Stradivarius. Violoniste de génie, interprète virtuose, Niccolo Paganini, dit « le Diable », aurait emporté l'instrument avec lui dans sa tombe. Aujourd'hui, à Paris, le Cygne obsède un compositeur célèbre et à la santé déclinante, du nom d'Igor Vissevitch. Son fils Frédéric a grandi dans son ombre, sans toutefois en avoir le talent. Amoureux de la jeune Célia, chanteuse lyrique qui doit collaborer à l'ultime chef-d'oeuvre du maestro, Frédéric se rend à Prague pour y retrouver la trace du Cygne. Là, le jeune homme fait la connaissance du rabbin Elie Bogdanowicz, maître de la Synagogue Vieille-Nouvelle et luthier de renom, qui remet à Frédéric le corps de l'instrument tout en l'instruisant sur sa généalogie légendaire. Puis Frédéric s'envole pour Venise, afin de quérir l'archet perdu du Cygne, réunissant ainsi les deux pièces de l'instrument dispersées par l'Histoire, avant de les rapporter à son père... Mais bientôt, Elie est assassiné. Igor Vissevitch lui-même, dont le comportement a curieusement évolué depuis l'acquisition du violon, est tué dans de troubles circonstances. Confronté à la brutalité et à l'énigme de ces disparitions, Frédéric découvre l'existence d'une partition dissimulée dans l'étui du violon. Il s'agit du Mouvement Perpétuel, l'un des tours de force de Paganini, considéré aujourd'hui encore, avec les Caprices, comme insurpassable. Frédéric n'a, pour seule piste, que cette partition. Il s'y plonge alors avec frénésie, allant jusqu'à étudier la manière que son père avait de l'interpréter, et se lance dans une enquête dont la musique est la clé... Quel secret se cache dans ce Mouvement virtuose, cascade ininterrompue de notes, de croches et d'harmoniques ? Quelle relation existe-t-il entre le Cygne et les tortures menées autrefois dans le ghetto de Terezin, où, une terrible nuit de 1944, le père d'Elie Bogdanowicz tint tête à un officier nazi ?
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.