La peau dure

De
Publié par

C'est l'histoire d'une fille qui rêve du grand amour, et qui ne peut s'empêcher de le détruire méticuleusement dès qu'il se présente... Ou : l'histoire d'une fille paumée et narcissique qui n'en finit pas de se tromper sur ses sentiments... Elle est cruelle dès qu'elle veut être tendre, infidèle dès qu'elle jure fidélité, rebelle quand elle se croit soumise, et soumise dès qu'elle rêve de liberté. Elle s'appelle Catherine Wu (mi-française, mi-chinoise, comme l'auteur), et ça ne va pas fort pour elle... Dans ce « roman » - un « romensonge » dont on percevra vite la dimension autobiographique - l'héroïne, Catherine, dite « Kéké », raconte comment elle a saccagé sa belle histoire d'amour avec Gustave. Et, surtout, comment elle ne parvient pas à ne pas gâcher tout ce qu'elle touche. Scènes drôlatiques, séquences de vie d'une femme moderne, partenaires sexuels bousculés, considérations brillantes et terribles sur le désir, la solitude, le dépit : ce roman est une chronique désopilante de la difficulté d'être. On pense, devant le destin de Kéké, à la phrase de Lacan : « Une hystérique, c'est une femme qui cherche un maître pour le dominer »... Et tout, dans ces pages, tient par le miracle d'une langue chahutée, castratrice, pleine de subtilité et d'auto-dérision. Ce premier roman fonctionne comme un miroir tendu à toute une génération de « femmes libérées ».
Publié le : mercredi 4 septembre 2002
Lecture(s) : 30
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246621096
Nombre de pages : 220
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
C'est l'histoire d'une fille qui rêve du grand amour, et qui ne peut s'empêcher de le détruire méticuleusement dès qu'il se présente... Ou : l'histoire d'une fille paumée et narcissique qui n'en finit pas de se tromper sur ses sentiments... Elle est cruelle dès qu'elle veut être tendre, infidèle dès qu'elle jure fidélité, rebelle quand elle se croit soumise, et soumise dès qu'elle rêve de liberté. Elle s'appelle Catherine Wu (mi-française, mi-chinoise, comme l'auteur), et ça ne va pas fort pour elle... Dans ce « roman » - un « romensonge » dont on percevra vite la dimension autobiographique - l'héroïne, Catherine, dite « Kéké », raconte comment elle a saccagé sa belle histoire d'amour avec Gustave. Et, surtout, comment elle ne parvient pas à ne pas gâcher tout ce qu'elle touche. Scènes drôlatiques, séquences de vie d'une femme moderne, partenaires sexuels bousculés, considérations brillantes et terribles sur le désir, la solitude, le dépit : ce roman est une chronique désopilante de la difficulté d'être. On pense, devant le destin de Kéké, à la phrase de Lacan : « Une hystérique, c'est une femme qui cherche un maître pour le dominer »... Et tout, dans ces pages, tient par le miracle d'une langue chahutée, castratrice, pleine de subtilité et d'auto-dérision. Ce premier roman fonctionne comme un miroir tendu à toute une génération de « femmes libérées ».
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi