La Plante enchantée

De
Publié par

Plante enchantée (La)Armand Silvestre(1896)A mon ami MarianiIOr, l’aventure se passa précisément en 1547, l’année où mourut le très galant roiFrançois Ier. On ne peut douter de la véracité d’une histoire dont la date estprécisée aussi nettement.Donc, en ce temps-là, vivait, dans le castel seigneurial de Cantezac, en mon bonpays de Gascogne, où les nuits sont si belles, et les femmes plus belles encore queles nuits, damoiselle Izoline de Cantezac, fille du dernier seigneur de ce nom,noblement trépassé à Pavie, orpheline et n’ayant pour tuteur qu’un vieil oncleimbécile, et renommée, dans le pays même, pour l’éclat de ses charmes.Jamais fille du pays du soleil n’en avait gardé, en soi, plus de rayons, et c’était unenchantement que toute sa personne, depuis ses cheveux noirs moirés comme desailes de corneille, jusqu’à ses pieds petits et cambrés où se lisait toute l’aristocratiede la race ; fort pieuse avec cela, douce aux pauvres, sans grande volonté que cellede ne chagriner personne ; et tout le monde se découvrait sur son chemin, ledimanche, quand elle allait à la messe des pauvres gens, son livre d’heures sous lebras ; car la chapelle du château était fermée – et le château, lui-même, en ruines –le dernier seigneur de Cantezac n’ayant rapporté, de notre défaite en Espagne, quel’honneur, quand on ramena pieusement sa dépouille au caveau de ses aïeux,attention pieuse de sa fille, mais à laquelle avaient passé les ressources dernièresde la maison ...
Publié le : vendredi 20 mai 2011
Lecture(s) : 71
Nombre de pages : 4
Voir plus Voir moins
Plante enchantée (La) Armand Silvestre (1896)
A mon ami Mariani I Or, l’aventure se passa précisément en 1547, l’année où mourut le très galant roi François Ier. On ne peut douter de la véracité d’une histoire dont la date est précisée aussi nettement. Donc, en ce temps-là, vivait, dans le castel seigneurial de Cantezac, en mon bon pays de Gascogne, où les nuits sont si belles, et les femmes plus belles encore que les nuits, damoiselle Izoline de Cantezac, fille du dernier seigneur de ce nom, noblement trépassé à Pavie, orpheline et n’ayant pour tuteur qu’un vieil oncle imbécile, et renommée, dans le pays même, pour l’éclat de ses charmes. Jamais fille du pays du soleil n’en avait gardé, en soi, plus de rayons, et c’était un enchantement que toute sa personne, depuis ses cheveux noirs moirés comme des ailes de corneille, jusqu’à ses pieds petits et cambrés où se lisait toute l’aristocratie de la race ; fort pieuse avec cela, douce aux pauvres, sans grande volonté que celle de ne chagriner personne ; et tout le monde se découvrait sur son chemin, le dimanche, quand elle allait à la messe des pauvres gens, son livre d’heures sous le bras ; car la chapelle du château était fermée – et le château, lui-même, en ruines – le dernier seigneur de Cantezac n’ayant rapporté, de notre défaite en Espagne, que l’honneur, quand on ramena pieusement sa dépouille au caveau de ses aïeux, attention pieuse de sa fille, mais à laquelle avaient passé les ressources dernières de la maison. Belle et pauvre, très belle et très pauvre, bien que les hommes de ce temps-là fussent bien moins âprement intéressés que nos odieux contemporains, en la fleur virginale de sa vingtième année, damoiselle Izoline n’avait point encore trouvé de mari. Ce n’était pas d’ailleurs la faute du vieux baron des Engrumelles, habitant une seigneurie voisine, et qui bravement s’était proposé pour cet honneur. Mais, bien qu’indulgente à tout le monde, Izoline n’avait pu s’empêcher de lui sourire au nez. Le bonhomme avait passé la soixante-dizaine et avait mené une vie qui ne conserve pas, ayant fort aimé les dames et paraissant fort incapable de les aimer encore autrement qu’en madrigaux. Voyez-vous ce rocantin, de belle mine d’ailleurs encore, - car il avait été fort beau dans sa jeunesse, voire dans son âge mûr, -confisquer à son profit ce trésor de grâces dont il ne saurait jamais que faire ! La nouvelle Ruth refusa donc les offres de ce nouveau Booz, préférant son veuvage anticipé à cet hyménée pour rire. N’était-elle donc pas aimée de quelque beau garçon de la contrée et de noblesse suffisante pour être jugé digne d’elle ? Mon Dieu, oui et non. Le comte Adalbert de Haultminage en était féru autant qu’homme, ayant d’ailleurs quelque ambition, peut être amoureux. Car, il le faut bien dire, les vrais amants, les amants de race, ceux d’où sortent les Pâris, les Roméos et les Des Grieux, n’ont pas le temps d’aspirer en même temps aux honneurs. Un homme qui prétend aimer les femmes ne doit pas penser à autre chose. Il a d’ailleurs largement de quoi occuper son temps ; se dévouer, souffrir, et être heureux tour à tour – ce qui est toute la vie – avec leurs caprices. Hé ! ce n’est pas un métier de paresseux, et on y chercherait inutilement des loisirs pour occuper des fonctions publiques.
Eh bien, non ! cet Adalbert n’était pas de cette gent héroïque d’amoureux sans merci. Certes, il trouvait Izoline merveilleusement belle et aurait peut-être, au besoin, donné sa vie pour elle (le beau mérite quand on aime !), mais il aurait voulu, en même temps qu’être son époux, jouir dans le monde de quelque renommée et occuper quelque belle place. Sa mère, dame Bertrande, l’avait élevé dans ces idées et l’y entretenait encore. Il fallait donc que le mariage fût, pour lui qui n’avait qu’une aisance modeste de gentilhomme, une source d’influence et de richesse ; et voilà comment, tout en aimant de son mieux la damoiselle de Cantezac, il
s’abstenait soigneusement de demander sa main. Et Izoline ? Mon Dieu, je dois convenir qu’elle trouvait absolument à son goût le comte Adalbert ; mais, en fait de maris, on me permettra de dire que le jugement des jeunes filles manque d’autorité ; d’ailleurs elle était fière, et ce n’est pas elle qui eût pu faire les premières démarches pour se rapprocher de lui. II C’est alors que dame Bertrande conçut un projet qui n’était vraiment pas à l’honneur de sa délicatesse ; mais les mères sont impitoyables en ces questions. Voyant son fils dépérir d’amour pour Izoline, elle lui dit un jour : - Que cette demoiselle qui te tourmente si fort n’est-elle la veuve du baron des Engrumelles ! Elle serait riche alors et tu la pourrais épouser. Adalbert eut, malgré lui, un haut-le-cœur. - Y pensez-vous, ma mère ! donner celle que j’aime à un autre et attendre patiemment le trépas de celui-ci ! car vous ne me proposez pas de l’assassiner, je suppose ! - Ta ! ta ! ta ! que les voilà bien, les emportements de la jeunesse ! D’abord le baron, qui s’est beaucoup fatigué autrefois, ne saurait vivre longtemps. Et puis tu sais fort bien qu’il te rendra sa veuve, en même temps que le dernier soupir, dans l’était où il l’a prise. Je ne vois donc pas ce que tu y auras perdu, et je vois à merveille ce que tu y gagneras : l’immense fortune du baron qui te permettra de faire bonne figure à la cour, et d’y devenir peut-être un des familiers du roi. Pourquoi ne serais-tu pas, un jour, sénéchal de la province ? Et Adalbert commençait à écouter sa mère, à se faire, dans l’esprit, un tas de raisonnements lâches, à se dire qu’au fait, dame Bertrande avait là vraiment une excellente idée. - Mais comment la décider à ce mariage ? demandait-il d’une voix honteuse. - La belle affaire, mon fils ! Et sa vieille bourrique de tuteur dont je ferai ce que je voudrai, et à qui elle ne sait résister en rien, tant elle est douce, la chère créature ! Allons ! puisque tu es raisonnable maintenant, j’en fais mon affaire !... - Mais, ma mère, vous êtes sûre, au moins ?... - Pas plus qu’un coq à la broche ! C’est très vaillant, un coq ; mais une fois à la broche, tu peux lui montrer toutes les poulettes que tu voudras. Et dame Bertrande riait aux larmes des idées de mauvais goût que la question suppliante de son fils avait soulevées en elle. Et huit jours après, demoiselle Izoline, le cœur bien gros, était fiancée au noble baron Gaspard des Engrumelles, sexagénaire et ventripotent, qui prenait vis-à-vis d’elle des airs vainqueurs dont tout le monde s’amusait énormément, en jetant sur la pauvrette innocente des regards de pitié. III Les noces furent luxueuses à l’envi. Ce fut une Saint-Barthélemy de volailles dans toute la région, et jamais tant de truffes ne montrèrent au soleil leur museau noir et appétissant. On mangea trois jours durant, et on but autant de nuits au château des Engrumelles. Le baron appelait-il Bacchus au secours de Vénus ? C’eût été, en tout cas, une bêtise, car je ne connais pas de plus grands ennemis. Une chose que les vrais amoureux dont je parlais plus haut n’ont surtout pas le temps d’être, c’est gourmands. Mais qu’Izoline était jolie dans son costume blanc de mariée, le premier jour ; et comme vêtue de neige fleurie dans ses admirables robes de brocart et de velours de grande dame, aux agapes des jours suivants ! Une délicieuse mélancolie était en elle, et les plaisanteries paillardes qui circulaient autour des tables ne la faisaient pas plus sourire le troisième jour que le premier, ce qui parut un indice rassurant au comte Adalbert, qui avait été invité, avec toute la noblesse de la contrée. Celui-ci trouvait de plus en plus que sa mère avait eu raison, et, avec une indiscrétion méchante, il se réjouissait intérieurement aux mines apoplectiques du
baron, rouge comme une pivoine et gonflé comme un muid. Et le dimanche qui vint après, Adalbert se rassura davantage encore, luiqui rôdait toujours autour du château, en voyant passer, sous les tilleuls parfumés, Izoline de plus en plus mélancolique et, derrière elle, le baron de plus en plus essoufflé et la suivant à très grand’peine.
- Holà, holà ! ma mie, disait celui-ci, vous courez comme une biche ; attendez un instant ! J’ai une nouvelle à vous annoncer !
Le comte Adalbert, qui décidément n’avait pas sucé l’extrême délicatesse avec le lait maternel, se blottit, ce jour-là, contre la muraille pour écouter ce que le baron allait annoncer à sa jeune épouse. - Ma mie, reprit le baron en soufflant comme un soufflet de forge, dans quelques heures je vais vous faire voir un héros. Et comme elle ne répondait pas, ayant sans doute son rêve ailleurs, il continua : - Oui, madame, et douce amie ; mon vaillant ami, mon ancien frère d’armes, bien qu’ayant vingt ans de moins que moi, le noble Miguel Antonio Etchegobar, un des rares Espagnols ayant le cœur d’un Français, parti il y a douze ans avec l’intrépide Pizarre à la conquête des mondes nouveaux, et qui à peine de retour, traverse les Pyrénées pour me venir embrasser. Çà, qu’on massacre la basse-cour pour le bien recevoir, et qu’on monte, du cellier, mon Villaudric de la grande année ! Et vous, ma mie, allez vous vêtir de vos ajustements les plus somptueux ; je suis fier de présenter ma jeune femme à mon vieil ami, et je veux qu’il la trouve belle ! - Imbécile, pensa en lui-même le comte Adalbert furieux. Mais enfin, celui-là a la cinquantaine et Izoline m’aime, j’en suis certain maintenant. C’est toujours moi qu’elle regardait, à table, au moment de sa grande tristesse, et son regard était plein de muets reproches. Ah ! si ces deux vieilles futailles pouvaient éclater à force de boire, et crever toutes les deux ! Et il rentra pour faire part à sa mère ce pieux souhait. IV Or, il advint une chose tout à fait surprenante. L’héroïque Miguel Antonio Etchegobar n’était pas depuis huit jours au château des Engrumelles, que les choses y changeaient complètement d’aspect. Izoline n’avait plus l’air triste du tout, et semblait, au contraire, presque délurée. Elle avait la figure joyeuse des dames à qui rien n’a manqué dans leur ménage. - Sapristi ! pensa Adalbert. Est-ce que cette canaille d’Ibère… Et, comme il voyait le baron rayonnant aussi, gai comme un pinson, rajeuni de dix ans, pour le moins, en attendant mieux, il se mit à penser encore : - Oh ! l’imbécile qui ne voit pas ! Et dame Bertrande, toujours bonne, lui conseillait d’avertir le mari par une courageuse lettre anonyme. Car elle rageait aussi, supposant les mêmes choses que son fils. Mais je dois ajouter que celui-ci recula devant cette dernière infamie. Il se contentait de répéter, la colère au cœur : Perfide Izoline ! perfide Izoline ! ce qui peut se dire de toutes les dames, d’ailleurs. Un jour ils rencontrèrent le baron et ne purent s’empêcher de prendre un air goguenard. Celui-ci, qui avait rajeuni encore, ce qui ne lui donnait plus guère que cinquante-cinq ans, n’y fit seulement pas attention. Il leur conta, avec enthousiasme, les hauts faits d’armes, en Amérique, de son glorieux Miguel. - Pauvre Miguel ! pauvre Miguel ! s’écria-t-il tout à coup. Il a payé assez chèrement sa gloire ! Et comme la mère et le fils, très curieux décidément de leur nature, demandaient des explications, il ajouta que les Incas, ayant fait prisonnier Miguel, lui avaient fait subir toutes sortes de… (il ajouta le reste à leur oreille sur un ton mystérieux.) - Très malin de lui avoir fait croire ça, l’Ibère ! pensa Adalbert de plus en plus furieux. - Pas bête, l’Espagnol ! avait pensé en même temps dame Bertrande. Mais avec un grand sérieux, le baron tira un parchemin de sa poche, un parchemin au sceau du royaume d’Espagne, où le fait attesté était garanti et par l’effet duquel
une pension considérable était faite au héros, sur la cassette de la Couronne, pour l’indemniser de son sacrifice involontaire.
Alors ils cessèrent de rire et ne comprirent plus ; ils comprirent moins encore quand, deux mois après, la jolie taille svelte de dame Izoline, devenue baronne des Engrumelles, s’arrondit visiblement. Le baron, lui, commençait à avoir l’air plus jeune que don Miguel.
Ah ! ce double miracle était bien simple au fond. C’est que, parmi les présents exotiques qu’il avait apportés et offerts à ses hôtes, don Miguel avait signalé à l’attention de son vieil ami les feuilles d’une plante merveilleuse dont se servaient les Incas pour conserver le plus précieux des trésors de la jeunesse, la Coca divine qui rallume, en nous, comme un soleil intérieur dont le bienfaisant rayonnement nous régénère. Suivant le conseil du héros, le baron avait commencé par en mâcher. Puis dame Izoline, qui en avait bien vite apprécié les merveilleux effets, lui en avait composé de délicieuses infusions ; enfin le chapelain du château des Engrumelles, qui, comme tous les religieux, aimait à composer des liqueurs, en avait tiré un vin particulièrement bienfaisant, mais dont il avait gardé le secret, disant qu’il voulait qu’il ne fût divulgué à l’humanité que trois siècles après sa mort, par le premier arrière-petit neveu de celui, qui, comme lui, après cette longue période d’années, aurait les yeux couleur vert de mer et une belle barbe blanche.
Ce savant et fantaisiste moine, dont les traits et le nom revivent dans un de nos plus aimables contemporains, aujourd’hui détenteur de sa mystérieuse recette, s’appelait : le Révérend Frère Angelo Mariani.
L’ambitieux Adalbert fut couvert d’honneurs, maisregretta toujours Izoline. Il avait raison.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.