La récolte douce des larmes

De
Publié par

Amabelle Désir, une jeune Haïtienne, est au service de la Señora Valencia, une "Espagnole" dominicaine. L'une est noire, l'autre blanche. Elles ont été élevées ensemble, partageant chambre, jeux et secrets. Jusqu'à ce que Valencia épouse Pico Duarte, un officier de la garde de Rafael Trujillo, le terrible dictateur de Saint-Domingue. Alors, leur différence de couleur de peau et de classe est devenue réalité. Amabelle, depuis, se contente d'une paillasse où la rejoint, le plus souvent possible, Sébastien, un coupeur de canne à sucre häitien.

Un matin d'août 1937, Valencia accouche de jumeaux, un garçon, Rafi, "la peau couleur de crème de coco", et une fille, Rosalinda, "la peau d'un bronze profond, à mi-chemin entre le brun des noix du Brésil et le salsifis noir". Deux enfants à l'image de la dualité de l'île d'Hispaniola, partagée entre Haïti l'Africaine et Saint-Domingue l'Européenne. Terrible confrontation qui s'achèvera, cette année-là, par le massacre de 20 000 Haïtiens, coupeurs de canne et domestiques.

Edwidge Danticat, pour son deuxième roman, fait preuve d'une magnifique maîtrise. Elle emmène le lecteur dans un monde aussi lumineux que tourmenté, aussi cruel que sublime, tendre et violent, basculant des cauchemars les plus sanglants aux désordres amoureux. La Récolte douce des larmes, entre l'oeuvre de mémoire et le chant lyrique d'un peuple malmené, nous entraîne au coeur de la culture haïtienne.


Edwidge Danticat est née en Haïti en 1969 et est partie pour les Etats-Unis à l'âge de douze ans. Son premier roman, Le cri de l'oiseau rouge (Pygmalion, 1995), a été suivi d'un recueil de nouvelles, Krik ? Krak ! (Pygmalion, 1996.) Edwidge Danticat a été citée parmi les " 20 meilleurs jeunes écrivains américains " par la revue Granta en 1996. Elle vit à New York.

Publié le : mercredi 1 septembre 1999
Lecture(s) : 36
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246784654
Nombre de pages : 334
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Amabelle Désir, une jeune Haïtienne, est au service de la Señora Valencia, une "Espagnole" dominicaine. L'une est noire, l'autre blanche. Elles ont été élevées ensemble, partageant chambre, jeux et secrets. Jusqu'à ce que Valencia épouse Pico Duarte, un officier de la garde de Rafael Trujillo, le terrible dictateur de Saint-Domingue. Alors, leur différence de couleur de peau et de classe est devenue réalité. Amabelle, depuis, se contente d'une paillasse où la rejoint, le plus souvent possible, Sébastien, un coupeur de canne à sucre häitien.

Un matin d'août 1937, Valencia accouche de jumeaux, un garçon, Rafi, "la peau couleur de crème de coco", et une fille, Rosalinda, "la peau d'un bronze profond, à mi-chemin entre le brun des noix du Brésil et le salsifis noir". Deux enfants à l'image de la dualité de l'île d'Hispaniola, partagée entre Haïti l'Africaine et Saint-Domingue l'Européenne. Terrible confrontation qui s'achèvera, cette année-là, par le massacre de 20 000 Haïtiens, coupeurs de canne et domestiques.

Edwidge Danticat, pour son deuxième roman, fait preuve d'une magnifique maîtrise. Elle emmène le lecteur dans un monde aussi lumineux que tourmenté, aussi cruel que sublime, tendre et violent, basculant des cauchemars les plus sanglants aux désordres amoureux. La Récolte douce des larmes, entre l'oeuvre de mémoire et le chant lyrique d'un peuple malmené, nous entraîne au coeur de la culture haïtienne.



Edwidge Danticat est née en Haïti en 1969 et est partie pour les Etats-Unis à l'âge de douze ans. Son premier roman, Le cri de l'oiseau rouge (Pygmalion, 1995), a été suivi d'un recueil de nouvelles, Krik ? Krak ! (Pygmalion, 1996.) Edwidge Danticat a été citée parmi les " 20 meilleurs jeunes écrivains américains " par la revue Granta en 1996. Elle vit à New York.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.