La ruche

De
Publié par

« Dans la cuisine, assises à la table, les sœurs boivent des bières et du whisky. Un nuage de fumée les entoure – cigarette sur cigarette. Le rideau est tiré et dehors, la rue est silencieuse. 
Vous vous souvenez de leurs disputes ? demande Claire. 
Oui, on se souvient. Louise jette son mégot dans un cadavre de bière. 
Mais vous vous souvenez de ce que ça nous faisait ? Claire insiste. 
Cette violence ? dit Marion. 
Et ce que ça a laissé en nous, chuchote Claire. 
Vous vous souvenez de la première fois où papa est parti ? répète Marion. Vous étiez toutes petites, peut-être quatre et cinq ans. 
Je me souviens, dit Louise. 
Je me souviens, dit Claire. Ce que je n'arrive pas à voir, c'est l'écart entre ce qu'on a vécu et nos blessures. Bien avant leur rupture, tout était là, d'une manière ou d'une autre, et pourtant… 
On ne sait rien de ce qu'on a vécu. »

De l’appartement, le ciel n'est pas visible. Les portes sont ouvertes ou closes selon des règles tacites. Les mots circulent, vibrent et s'épuisent. Les murs de carton filtrent à peine les secrets. 
Depuis le départ de son mari, Alice a sombré dans l’enfer le plus noir.

Marion, Claire et Louise, ses trois filles adorées, n’ont plus que leur amour à opposer à cette spirale destructrice. Un amour infini, aussi violent qu’indicible.

Publié le : mercredi 28 août 2013
Lecture(s) : 176
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782709645072
Nombre de pages : 200
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
« Dans la cuisine, assises à la table, les sœurs boivent des bières et du whisky. Un nuage de fumée les entoure – cigarette sur cigarette. Le rideau est tiré et dehors, la rue est silencieuse. 
Vous vous souvenez de leurs disputes ? demande Claire. 
Oui, on se souvient. Louise jette son mégot dans un cadavre de bière. 
Mais vous vous souvenez de ce que ça nous faisait ? Claire insiste. 
Cette violence ? dit Marion. 
Et ce que ça a laissé en nous, chuchote Claire. 
Vous vous souvenez de la première fois où papa est parti ? répète Marion. Vous étiez toutes petites, peut-être quatre et cinq ans. 

Je me souviens, dit Louise. 
Je me souviens, dit Claire. Ce que je n'arrive pas à voir, c'est l'écart entre ce qu'on a vécu et nos blessures. Bien avant leur rupture, tout était là, d'une manière ou d'une autre, et pourtant… 
On ne sait rien de ce qu'on a vécu. »
De l’appartement, le ciel n'est pas visible. Les portes sont ouvertes ou closes selon des règles tacites. Les mots circulent, vibrent et s'épuisent. Les murs de carton filtrent à peine les secrets. 
Depuis le départ de son mari, Alice a sombré dans l’enfer le plus noir.
Marion, Claire et Louise, ses trois filles adorées, n’ont plus que leur amour à opposer à cette spirale destructrice. Un amour infini, aussi violent qu’indicible.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Tue-moi

de editions-duffaud-gaillard

Douleur sous clé

de editions-theatrales

Agathe

de editions-theatrales

suivant