La servante noire

De
Publié par


" Mon heure noire était toujours en moi, comme une blessure inerte et fantôme avec laquelle il me fallait vivre sans cesser d'exister. Mais mon amour absolu pour cette femme s'était refugié dans ma bosse. "






L'amour est aveugle, qui porte l'un vers l'autre deux jeunes êtres qu'a priori tout sépare : d'un côté, Tancrède, cadet de l'une des plus importantes familles de la noblesse de robe normande ; de l'autre, Sophie, la servante du château. À y regarder d'un peu près, pourtant, ils ont quelque chose en commun, à savoir leur " différence ". Tancrède de Miromesnil est venu au monde avec un handicap physique : il est bossu. Quant à Sophie, née Zénaïde sur quelque île lointaine, elle est également reconnaissable entre tous pour la simple raison qu'elle a la peau noire.



Un double événement vient contrarier l'histoire de cet impossible amour naissant. L'annonce de la mort de son frère aîné - qui fait de Tancrède l'héritier présomptif des Miromesnil et lui confère un rôle politique en tant que parlementaire - est, en effet, suivie de celle de la jacquerie suscitée par l'instauration d'un nouvel impôt royal dans la région. Tancrède, jeune homme au caractère impulsif et à l'âme romantique, voit dans ce soulèvement des " petits " contre les " gros " l'occasion d'une revanche sur le sort. Il prend résolument fait et cause pour le peuple et précipite Sophie dans les bras de Jean, un paysan attaché au domaine familial, dont il envie secrètement la vigueur et la beauté.



Librement inspiré de la révolte des va-nu-pieds, qui secoua la Normandie au XVIIe siècle, La Servante noire clôt en beauté " La trilogie des servantes ". Tancrède, le " bancroche ", comme il n'hésite pas à se nommer, sorte de cousin contrefait de Fabrice à Waterloo, Sophie, servante à la voix d'ange et amante à la dévotion héroïque, mais encore Jean, tour à tour sombre et lumineux, l'abbé Vatelot, discrète conscience politique et morale de la jeunesse révoltée, ou Mme de Miromesnil, mère meurtrie par les disparitions de son fils puis de son mari, et qui cependant se révèle dans l'adversité... Autant de portraits sensibles que ce plaidoyer en faveur de la différence transforme, sous la plume inspirée de Martine Marie Muller, en figures inoubliables.






RÉSUMÉ








Lors d'une promenade dans les bois qui environnent le château de Miromesnil, le jeune Tancrède et l'abbé Vatrelot découvrent, au pied d'un arbre, le corps gisant d'une petite fille noire. Rapidement remise sur pied et au terme d'une enquête de voisinage infructueuse pour retrouver ses propriétaires, l'enfant tombée du ciel rejoint la domesticité des Miromesnil, qui s'en entichent autant pour la couleur de sa peau, " phénomène " unique dans la région, que pour la beauté du chant produit par sa voix d'ange.



Maintenu quelque peu en lisière de la famille en raison de son handicap, Tancrède le bossu a tout loisir d'initier la nouvelle venue, absurdement baptisée Sophie par Mme de Miromesnil, aux mœurs de la vie au château. Les années passant, l'attachement qui le lie à Sophie se meut peu à peu en véritable passion. Devenue une magnifique jeune femme, Sophie attise également les convoitises des jeunes paysans de la région. Le comportement de l'un d'eux - Jean - est regardé avec suspicion par Tancrède.



Contre toute attente, et parce que le " bancroche " s'estime indigne d'elle et de mériter le bonheur, le bouillonnant et ombrageux Tancrède pousse pourtant Sophie à s'unir à Jean. Préférant fuir plutôt que de faire face, le jeune homme disparaît de Miromesnil. Quelque temps plus tard, l'annonce de la mort prématurée de son frère aîné Henri l'y ramène. Le voilà promu conseiller à la Grand'Chambre du parlement de Rouen en lieu et place d'Henri.



Dans une taverne de Rouen, par la bouche du jeune avocat François Rossignol, Tancrède apprend que le roi veut imposer la gabelle à la Normandie et que le peuple, en effervescence, attend des parlementaires leur soutien au soulèvement qui couve. Sans même y réfléchir, Tancrède se rallie à la cause des paysans et tente à la fois de convaincre le Parlement du bien-fondé des revendications populaires et de susciter des vocations chez les paysans.



Ayant rejoint la clandestinité, Tancrède se réfugie dans les bois où, au côté des paysans, au premier rang desquels Jean, il se familiarise à l'usage des armes sous les ordres du redoutable Honoré de Bois-Guillaume, dit le Dogue Noir. Entraînés, les hommes du Doge Noir affrontent les soldats du roi au cours de plusieurs escarmouches. Lors de l'une d'elles, Tancrède est pris en chasse par l'ennemi. Il trouve asile dans la ferme de Sophie et Jean, qu'en l'absence de son mari la jeune femme occupe seule.



Bloqué pendant plusieurs semaines par la neige, Tancrède et Sophie vivent enfin l'histoire d'amour longtemps empêchée. Mais une fois les beaux jours revenus, Tancrède doit rallier la troupe du Dogue Noir et laisser derrière lui Sophie. Dans les bois, le combat à venir s'organise : il est l'heure de regagner Rouen, vers laquelle convergent tous les paysans insurgés afin de livrer la bataille décisive aux hommes du roi.



Après avoir entrevus la victoire et mis à mort le receveur des impôts royaux, les émeutiers sont finalement battus. La révolte matée, Lamoignon de Blancmesnil, grand chancelier et représentant du roi, décide de faire pendre en place publique, pour l'exemple, dix rebelles issus du peuple, parmi lesquels Jean. Il décide également de condamner la province à nourrir et loger la troupe pendant six mois. Les parlementaires, eux, ne paieront pas de leur vie pour les crimes commis et le sang versé.



La paix revenue, Tancrède se met en tête de retrouver Sophie, désormais veuve, mais elle semble s'être volatilisée. De guerre lasse et pour sauver la famille Miromesnil d'une ruine certaine, souhaitée par le roi, Tancrède accepte un mariage de raison ; il s'unit à Geneviève de Bois-Préau, qui lui donne un fils.



Devenu un parlementaire en vue, spécialisé dans les questions juridiques, Tancrède cède un jour à l'insistance de son ami avocat Étienne le Cauchois, qui le conduit à Dieppe visiter l'institut des Filles du Bon Pasteur. C'est là qu'il retrouve pour la première fois la trace de Sophie...






Publié le : mercredi 1 juin 2011
Lecture(s) : 56
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782221126547
Nombre de pages : 215
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
La servante noire
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les Chirac

de robert-laffont

suivant