Le bonheur des Belges

De
Publié par

Voici le grand roman picaresque sur la Belgique, mené au pas de course par un héros de onze ans, sans prénom ni parents. S’y croisent en une succession d’aventures originales et inatten-dues Yolande Moreau, Victor Hugo à Waterloo, Jacques Brel qui chante la naissance du pays avec la Malibran. Mais aussi les Quatre fils Aymon à l’Exposition Universelle de 1958. Ou Hugo Claus, l’auteur du « Chagrin des Belges », dont cette fresque épique est le pendant joyeux. Echappée au tour des Flandres, tranchées de la guerre 14-18, école buissonnière en compagnie de Verlaine et de Nadar, c’est toute la Belgique du passé et du présent qui défile en une sarabande délirante.
On rit, on s’amuse, on s’interroge…
Tintin, Simenon, James Ensor, Marc Dutroux et le grand Bruegel sont de la partie. L’anachronisme se mêle ici à l’érudition et à la plus haute fantaisie. Plus que tout, Le bonheur des Belges est porté par une langue éblouissante. A la fois drôle, cruelle, torrentueuse, poétique et musicale. Elle est le cœur même de ce livre singulier, curieusement euphorique, à l’heure où la Belgique, petit pays génial et méconnu, s’interroge sur son avenir.

Publié le : mercredi 5 septembre 2012
Lecture(s) : 50
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246779292
Nombre de pages : 464
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Illustrations in texte :

Louis Dumoulin, La Bataille de Waterloo (détail) © Isabelle Leroy [Isabelle Leroy, Le Panorama de la bataille de Waterloo, éd. Luc Pire, 2009]
Emile Vermeersch, Madame Abts cousant le drapeau belge © Musée royal de l’Armée et d’Histoire militaire, No Inv KLM-MRA : 401098
Gustave Wappers, Episode des journées de Septembre 1830 sur la place de l’Hôtel de ville à Bruxelles
© Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique
Domenico Ghirlandaio, Portrait d’un vieillard et d’un jeune garçon (détail) © Photo RMN / Hervé Lewandowski
Jan Van Eyck, La Vierge au chanoine Van der Paele (détail) © AKG Images / Erich Lessing
Nicaise De Keyser, La Bataille des Éperons d’or © Stedelijke Musea Kortrijk, MSK630
Léon Becker, Le Montage de l’iguanodon de Bernissart © Institut royal des Sciences naturelles de Belgique / Institut royal du Patrimoine artistique

Félicien Rops, Enterrement au pays wallon © Musée provincial Félicien Rops
Pieter Bruegel, Le Repas de noces © AKG Images / Erich Lessing
Pieter Bruegel, Jeux d’enfants © AKG Images
Louis Gallait, Les derniers honneurs rendus aux comtes d’Egmont et de Hornes © Musée des Beaux-Arts de Tournai / Institut royal du Patrimoine artistique
Photo de la bande : Jérôme Bonnet.
Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés pour tous pays.
© Éditions Grasset Fasquelle, 2012.
ISBN 978-2-246-77929-2
DU MÊME AUTEUR
Romans
Beau regard, Seuil, coll. « Fiction Cie », 1990, « Points », no P766.
L’Horloge universelle, Seuil, coll. « Fiction Cie », 1992.
Hémisphère Nord, Seuil, coll. « Fiction Cie », 1995, « Points », no P1034 (Prix Rossell).
L’Artiste, la Servante et le Savant, Deux monologues, Seuil, coll. « Fiction et Cie », 1997.
La Géométrie des sentiments, Seuil, coll. « Fiction Cie », 1998, « Points », no
P1413.
L’Oculiste noyé, récits, Seuil, coll. « Fiction Cie », 2001.
Tripp, Seuil, coll. « Fiction Cie », 2002.
Le Cousin de Fragonard, Seuil, coll. « Fiction Cie », 2006, « Points », no P2049 (Grand prix du roman de la SGDL/Prix Verdickt-Rijbans).
La Nuit du monde, Seuil, coll. « Fiction Cie », 2010.
Sur la Belgique
Le Mal du pays, Autobiographie de la Belgique, Seuil, 2003, « Points », no P1287.
La Belgique : le roman d’un pays, Gallimard, coll. « Découvertes », 2005.
La Spectaculaire histoire des rois des Belges, Perrin, 2007, et Tempus, 2009.
(Suite en fin de volume)
À ceux qui partent.
TABLE
Ouverture. La promesse du bonheur
Première partie
Chapitre 1 : Victor Hugo à Waterloo
Chapitre 2 : Le théâtre de la liberté
Chapitre 3 : L’Expo 58 ou le génie universel
Deuxième partie
Chapitre 4 : La bataille des Éperons d’or
Chapitre 5 : La victoire au Tour des Flandres
Chapitre 6 : Le sort de Vilain Flamand
Troisième partie
Chapitre 7 : Un pays sans histoire
Chapitre 8 : Au pays de l’improbable
Chapitre 9 : Breugel ou le monde à l’envers
Index
Remerciements
Ouverture
« Partir est une fête
Rester serait la mort. »
Jacques Brel, Allons, il faut partir.
Je vois une maisonnette de briques rouges, à la façade jonquille, à six fenêtres, avec des volets bleus et des bacs de géraniums, qui ressemble à un dessin d’enfant. Est-ce moi qui l’ai fait ? Je m’approche à pas comptés. Il n’y a pas de sonnette ni de nom et la porte d’entrée n’a pas de
clinche ni de serrure. Je frappe. Toc-toc-toc. Personne ne répond. J’entre. Quelle charmante maison, me dis-je. Il fait bon ici. Tout est très beau. Que de jolies choses ! Quel cadeau pour les yeux ! Au centre du salon, à côté de bocaux remplis de friandises (dragées, nougats, pralines, sucettes), trône sur un guéridon un gâteau d’amandes, de crème pâtissière, de sucre et de liqueur, avec un petit carton où je lis : « C’est pour toi ».
Et soudain retentit une voix terrible.
— Qui est dans la maison ?
— C’est moi, dis-je.
— C’est un lieu sans adresse. Entre.
— Je suis déjà dedans.
— Tu es ici chez toi. D’où viens-tu ?
— D’une autre planète.
— Très drôle.
— Je fais ce que je peux.
— C’est toi qui fais tourner le monde ?
— Il tourne bien sans moi.
— Et c’est à cette heure-ci que tu rentres ?
— Il n’est jamais trop tard.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi