Le cri

De
Publié par

Juillet 1987. Robert Panaud assiste à la fermeture du haut-fourneau au pied duquel il a travaillé toute se vie. A l’issue de la cérémonie, il livre à son fils Pierre ses souvenirs d’ouvrier métallurgiste. Confidences d’un homme ordinaire, d’un simple métallo fier de son métier et fier d’appartenir à une famille d’ouvriers dont il est le dernier représentant.
Robert raconte l’histoire de Fred, de Jules, de Graziella, de Pierette. Il raconte l’énergie, la vitalité, la solidarité, la dignité aussi de ces hommes et de leur famille. Chaque génération a eu son lot de joies, de déceptions, et de drames. Chaque génération a laissé retentir un cri. D’abord pour se faire entendre dans le vacarme des ateliers. Puis le cri de la rébellion. Celui des révoltes de 1830 à nos jours. Le cri de la souffrance des accidentés du travail. Le cri de la mort. Celui lancé par son grand-père Célestin tombé dans une poche de métal en fusion.
Ces rages et ces blessures, Robert va les faire siennes. Fort de l’histoire de ses ancêtres, il restera convaincu que sa vie n’aura de sens que si elle est reliée aux combats menés par ceux qui l’ont précédé.
Publié le : mercredi 3 mai 2006
Lecture(s) : 12
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782709640664
Nombre de pages : 397
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Juillet 1987. Robert Panaud assiste à la fermeture du haut-fourneau au pied duquel il a travaillé toute se vie. A l’issue de la cérémonie, il livre à son fils Pierre ses souvenirs d’ouvrier métallurgiste. Confidences d’un homme ordinaire, d’un simple métallo fier de son métier et fier d’appartenir à une famille d’ouvriers dont il est le dernier représentant.
Robert raconte l’histoire de Fred, de Jules, de Graziella, de Pierette. Il raconte l’énergie, la vitalité, la solidarité, la dignité aussi de ces hommes et de leur famille. Chaque génération a eu son lot de joies, de déceptions, et de drames. Chaque génération a laissé retentir un cri. D’abord pour se faire entendre dans le vacarme des ateliers. Puis le cri de la rébellion. Celui des révoltes de 1830 à nos jours. Le cri de la souffrance des accidentés du travail. Le cri de la mort. Celui lancé par son grand-père Célestin tombé dans une poche de métal en fusion.

Ces rages et ces blessures, Robert va les faire siennes. Fort de l’histoire de ses ancêtres, il restera convaincu que sa vie n’aura de sens que si elle est reliée aux combats menés par ceux qui l’ont précédé.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Le suicide de Zweig

de le-nouvel-observateur

suivant