Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 12,50 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Publications similaires

Vous aimerez aussi

Regard à l'ouest

de Mon-Petit-Editeur

Le Trouble-vie

de Mon-Petit-Editeur

suivant
Daniel Braud
LE CRIME DE LUSANGER
 
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France
IDDN.FR.010.0115772.000.R.P.2010.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2011
À Eustache Et tous ses descendants
Prologue Un pâle soleil dhiver commençait à percer la brume, il le vit lorsquil réussit avec peine à tourner la tête vers la petite fenêtre qui éclairait chichement la chambre où il reposait. Depuis tout ce temps où il avait entendu sonner les heures à lhorloge de la cuisine, il nétait quune masse de douleur, du haut des cuisses jusque dans les os de la tête. Quand il regarda le bout de ciel que découpait la fenêtre, il pensa que le prochain Noël viendrait encore sans neige, comme lan dernier et les an-nées précédentes. Il avait aimé les rares hivers neigeux de sa jeunesse et regret-tait de nen avoir connu que trop rarement. Quand la neige recouvrait les champs et les landes, il aimait en sentir le cra-quement sous ses sabots lorsquil sen allait par les chemins, il aimait lassourdissement cotonneux de la vie quelle provoquait, il aimait la beauté sereine quelle procurait aux paysages de son quotidien. Il sentait la vie séchapper par les plaies de son corps, une douce torpeur commençait à lenvahir malgré la douleur lanci-nante, et le léger brouhaha provoqué par les conversations à voix basse des gens qui lentouraient sestompait et lui semblait maintenant provenir dun irréel lointain. La douleur qui lenveloppait depuis si longtemps se dissipa dun seul coup, il se dit que, peut-être, il allait sen sortir, quil reverrait la neige lors dun prochain hiver et que toute cette souffrance ne serait bientôt plus quun mauvais souvenir. Et puis, au huitième coup de lhorloge qui sonnait midi, il expira.
Séquence…