Le Double

De
Publié par

Ce court roman fut publié un mois après Les Pauvres Gens. Il reçut un accueil mitigé dans le public, maints lecteurs se plaignaient de ses longueurs, quelques critiques dénoncèrent une trop nette imitation de Gogol. Cependant Biélinski insistait sur la portée sociale de ce roman et il lui consacra un article dans lequel il caractérisait Goliadkine comme «un de ces hommes prêts à s'offenser, maniaques de leur ambition, que l'on trouve souvent dans les classes moyennes et basses. Il lui semble toujours qu'on le vise par certaines paroles, certains regards, certains gestes, qu'on le circonvient et qu'on trame contre lui des intrigues et des sapes souterraines». Le critique dit même qu'il trouvait dans Le Double «encore plus de talent créateur et de profondeur de pensée que dans Les Pauvres Gens.» Dostoïevski avait l'intention de remanier de fond en comble cette nouvelle, mais n'en a pas eu le temps. Goliadkine devait y devenir un fouriériste faisant partie du cercle de Pétrachevski. Il aurait eu l'ambition de se mettre à la tête d'une révolte et son double aurait été l'espion qui trahirait les révolutionnaires. On peut regretter que ce projet ne se soit pas réalisé. Dostoïevski écrit lui-même, en 1877, dans son Journal d'un Écrivain : «Cette nouvelle ne m'a pas du tout réussi, mais son idée avait été assez claire, et je n'ai jamais introduit une idée plus grave dans la littérature. Cependant la forme de cette nouvelle a très mal réussi.»
Publié le : mardi 30 août 2011
Lecture(s) : 146
EAN13 : 9782820603029
Nombre de pages : 65
Prix de location à la page : 0,0011€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
LE DOUBLE
Fédor Mikhaïlovitch Dostoïevski
1846
« Les lcaCssoillqeucetsi oYnuoSrcibe »
Faites comme Fédor Mikhaïlovitch Dostoïevski, publiez vos textes sur YouScribe
YouScribe vous permet de publier vos écrits pour les partager et les vendre. C’est simple et gratuit.
Suivez-nous sur :
  
ISBN 978-2-8206-0302-9
 1lItierattin éChapu  dtimahet esured niuh sap iol  titulainseillereul  eoc,nl roqssenekiadliGoh tcivorteP vokaI ermeil somlong un rpsè,aa iellr vé citvrouemètplom sel tnelI .xueyl bâ : i, silla,ae térii  lfnnitenuals nglosué os ril nmi tibom demeuranéanmoin sedxub noen simc neib sèrt sapd vst eilse ptomh mo enuocmmel , rene seui nme q eros teeloncne que l itoi  cutemtné evrétibaelsil somillé ou se t unelp uq emond du el oe réaf iul etitraptit oirçpe durtoauP.ueà p uec penenées de son rêveisiv snoosédnodrloroemngt ens deus dc pl avesionssse toprineerrpe indkiaol GM.e d snes sel ,tnadtuelles.ons habimirpseisd  ees suc dmphacuaé,it noid terp esicéiéreoussre,phambd uém,sneufxu ,eu ce,al srtven  edommoc as ed xit fixés Il sent ,el sers rul iulimis errdgafas  ed c as sedsrumepnilb e norete  de uge,divason r crut ntrevuocelemoe  d de,inskdcajauo ,ecxua ussi de ses chai,sesimi itatd nocaau,jo sdetaa nemetêv ses ed nfienx eu cr,aiclv ie talmmneipatréciés petirts rr eleguo tna rusurleir tneuou cnuv re tteet sd defleur et ornéa  sdee e bramchtênef alinret erlui sur egarle rneitlis es r tepbon e ulr su dle ellr teéluoe ,slieu, à travers vinaE. nednrei rgrair euan tdt mirg ecasnad al e hargnet tant dr gera,dd na secdét  eleubro te,iava y li ; évaln pe durosed mootnmduaojruit tort iavuap tad squnsquelroe umyaedM  .oGildaiken ; non, il ne se tup en etsisbus lnsdar t rispeaccuqlingiamoapauct quouteun dp orrp eadsns noques », SixBouti « e xual snur argouda, ét-PsberiatnedS ll e aive, lital caps lanad neib te leb isma, téanchene rte, M. Goliadkioptrnaetd céuoev firt aittceime oppa .trèrpAovas maieusede rson a ssuenapiczes meièisro dgeta émetrappat ua tneques momnt, quelC peneadnitsna.t sunl euaiutdt  ,sèaslistnerpa vraiant , ay lits no sedh roobdncee déi lvéoutrer tnemelbalbmeselemtns sey ue,xne referma fébrirgeréttesel isivom c smel it eûvê erer sérited de sons ernion dc-tûf en nuuq eres leé r veoutrnu siteptôtirev on rqud mit irrovuia tus iest ormode. Ler la com étélfer egasiv  éirromie  lnsdameneaslbp saattis ye; leipé t frrant aleouutder qal lleuuoteyonraient jusqualor sniocéhertn stedoorés dle, ésnnatnahp s ed semsesprson Il sit. cépi erpuassti adet enntcot ai fà tuot turap eriiétaropron pnt sruat top; e itno ànei- mliGokiadaçno .M  ,ernorpdhistoi« Drôle eptcoi.ns noi sn ed nu tasiv secilmeom saiétC. fuif tob rel sap-clouxmiaiens étajersiamal nett aerrdbon, tiaterq iu ,uap erimges sans caractèesd c ohqleuq eu Ne nre.megeu mêtuob nu elpmexe ouz nee  lur son srtpom estn eap tout maal ; ouiongip snsuonalp see ré p. as nÇahisle de sitoirqleuq euesa c ohCe. ixvot aier steffe neôrd enu t arrivé quelqueg or sneun,ip raitvaoccl chémae ,nitis m liatéers ta venêtla f les,ti icipp érqut enemainndoi os ed ertrappa n, quoiquepieds nahibutleel ,upsicon umstdee ui ne suot tuojue srilda .oG,sM iaer aff sese dearch ecalp as à riormie  litem rnekiuqàp érei,nj sue fort brche mêmnob m end iual et orjoréntse»F.  ed ahcoelbat ala  lur s dteinpoeisdsep èr s .pAr, aavoiéalau pr noi rac nosasiv sgecléraaiu d nosruri eébta .Ensuite ilsapprCet.aisspay si p noitcepsni ettner  don luiarutaftctasiens lpieou c er,sut lar er àdrag est timbeaucouper avec têc  euqd itnréuxseun, or pfeteaj ssinu te sarcn amas de papier teritar ,ossuu  lnsdan  endfoe ssilg,riiam as avritl outiro un ia t yté,ti opnieinrn rc eued esuas qréê se trcukh ateerP teorde chambn valet os ed evôclal san,dntverapae  lèieredrriœ l pd coué un jetble,sioi nérocfnroatnte, à en juger  serrffoà ti .M liGokiad une vnesi , ,rg,sr lbues, mougecoloultil euq eressail aleileb dtser vtshe secrès la pocua trcioet .lIf a et rune ud jetfitrnad rageuf décauc pr avevritcitioslle  titnosaas prtvee lluiuol ,ésutnemelbe, tâtant avec ad peiu salv iells,oian sdos e,ut ruoecalèitnf emdex.linpt c« Seelp rt ee  tuoecbis den ens etllitacilppucahc nolià l  amrru-a-tue », mu de banqlib stelelbune sntuaroe t ennqcimoemels b leoftrune lesroubanteuqnic tnec tpes  «e,ptom cdun finasous tal rbat  llepoe efrtileuap ralm niqeuli arborait en déplliag sntnemedragnsin  era gdee péileld lis  é ;ottae fr mai lesasli dsece, e tted snab ib etellresse.Ilndeallégtie fnnil  aostrt mie  sets irpop ,retpmoc sel àe taet d objque, ssercte eestnd ui qurpoet cen,  riov ne emmohle nesommit qseraattni sntt e ,ecUn? soe e mmrepanuuab eetag ellloin un homme »lielp ue temen r-t-essap es euq t,ai fau, isMa«  e :kdniloai.MG nda dema se il ?hcuo? ak éssrtePese pat  dOùbliaetun,ei alm mê eursdans  » Toujof io ,am eos nuagrémme  », ableaunitnocd li-t-ixvoe unotvrhe cnaet ,rbsieép ralémotion du plarisires tnar al asli dses ans serian sous etmainpmrorii nua  tde uni ou« , nttaaérga sèrt emmossomme quble.Une p alsiri iefarti cuncuha t àt ouiareib sJ .nmia, jeprêtuis je sze ,v yoio; zem-enpr, uriensMoe varb nom ,snoyoVe de :«  le genrso eadsnleuq ehcindkque  GM.iaolrid  à euov riolers f ia rnuroitt caeraie depablec ,tnaés rotub e,indkiainfae  cets, eid t.MG loe diable lemporêrp » .tQ « l euui sabs lusontme tnalliuob te éssae  le,èrol cde.aP cukhteoredP laise,déontrar c.tneiaM p elvaras urs pa ts,jooutereu  n llaalj errière regard daneyssraus sett  ,tnarrutialbmeset dder on lanssegs naag,tg ceernameitça t àt outsni tnad edrobémovar, posé à mêeml  elpnahcre ,sthireoir tee unr ednocart n nia. Il fauoutaienttuer scé: l sea  eonismae  dnsge sed rap éruotneit e étachkatrou .ePuasdbsda ted ed ialpà er .M t eninpolet on dlih lé auasstitôGoliadkine, car te tejustiaf el reoicrt e  lue qasitvnreerunon  de mêmee cocetteni dngioreià u arfaitemnation péifii ,e tnetsujnsdaa lenl a tr sog eesemd h moil eest- Où nds.av ne itraperocn pEn » ?leiloudrr le palier, enterâblialc teetp teort  eerapt çurolaos sav n telhambnticsimpre, tetielp olric uonémier tne uar pod etropus tnannhka revê.Petroucviér eteit tasl  r.tsMeon Meusisneiici  al-v te souc un aveître .oSipeds utirer clas an drant eam nos ed erbmah sdnuk poke .» Alors, quest-cirapq reliuam en v pdur ouinmote.v la apaO  né laportrée, lives iuq e? essap daanem daul -i-tàjédiaf c t tseilt- e :pe a-nss ruottu namtîeromme, sondre unhà têrp sius ej ;u ndvea ml iquti , tafcseuq esûr uis je st ! t,enis ds onusplerbmrof ém ttnocevintdans sa chaP teorcukh ater abap cstvee  dle nud sne ,kepokin, gred moipourirue ,ufC  e.x« e  l ;esrtves messiuc as ed gnol épé unedaitepenuorrnuf na s,ed r.uinf Eu ea cdemoc télp ,niruopbleau, Per le ta,as iuavteorcukh erueirénob nudmèi-em dceà e tredP ll ecukhteor tena.Ilà laait iam nu nahc uaepég, emalt enrnga iedg lano sodérs et orné de pluno sg lad sevacete, rveruleue cohcoliffe eitrap deangrn  es,rédoétt ialla ovrié raissaités et palliapuseud t en hunmeom péer oubizaait au prre octu ncatntéeremtaor pIllia  littuah sul .tniop des valets, maisrveéh batieull e: e leelta é ditrof emetu tnégasme curiosité et nu etéargnen soîtma, remotéangiu tne enêrtxhcqaoi nettndta de mentouveue mviustiava akhcuop ouucea becavi  tectt e,td runaon, Petrinspectis tnneloévé emenreutar pl.nea Druop eéueuqleuq aiav, celoé étt t uo eeddineetvéen. examivréLa lsitatiaf ed  tecretuets ar p sut sottusel sec uota son valet souecspine indkiaolG .M.sun sdeip tétai,  igéenégluq eul s,rp iruede téinn  enutemorpreneed e es ,  cellnvétéréebatiduietnu enh 
impatience, ce qui avait, à n’en point douter, fortement embarrassé M. Goliadkine. – Eh bien, et la calèche ? – La calèche est arrivée, également. – Pour la journée ? – Oui, pour la journée. Vingt-cinq roubles. – Mes chaussures sont-elles là, aussi ? – Elles sont là. – Crétin. Ne peux-tu pas parler correctement, dire elles sont là, M’sieur. Apporte-les… Goliadkine parut fort enchanté de ses nouvelles chaussures. Il se fit ensuite apporter du thé et ordonna à Petrouchka de lui préparer de quoi se laver et se raser. Il mit beaucoup de temps et de soin à se raser et autant à se laver, avala son thé en toute hâte, pour se consacrer enfin à la tâche la plus importante : l’habillement de sa personne. Il enfila ses pantalons presque neufs, puis revêtit une chemise à boutons dorés, un gilet orné de jolies fleurs aux couleurs voyantes, noua au cou une cravate de soie bigarrée et enfin endossa sa redingote, également neuve et soigneusement brossée. Tout en s’habillant, il ne cessait de jeter des regards pleins de tendresse vers ses chaussures ; à chaque instant il soulevait tantôt l’une tantôt l’autre pour en admirer la façon, tout en marmottant sans arrêt entre ses dents et soulignant, de temps à autre, ce colloque intérieur d’une grimace pleine de contentement. Il faut dire, toutefois, que ce matin-là, M. Goliadkine devait être un peu dans la lune, car les sourires et les grimaces que lui décochait Petrouchka, tout en l’aidant à se vêtir, échappaient complètement à son attention. Enfin, habillé des pieds à la tête, ayant rectifié sa tenue sans omettre le moindre détail, M. Goliadkine plaça son portefeuille dans la poche de sa redingote. Petrouchka avait déjà enfilé ses bottes et se trouvait absolument prêt. M. Goliadkine constatant que tous les préparatifs étaient terminés, et que plus rien ne les retenait désormais dans la chambre, s’engagea dans l’escalier, d’un pas presse et fébrile, le cœur battant d’émotion. Une calèche bleue, ornée de blasons, s’avança à grand fracas vers le perron. Petrouchka échangea quelques œillades complices avec le cocher et les badauds qui se trouvaient là tout en aidant son maître à s’installer dans la voiture : puis d’une voix empruntée, retenant à grande peine un rire imbécile, il hurla : « Démarre », et sauta sur le marchepied arrière. La calèche s’ébranla au milieu d’un tintamarre de grelots, de grondements et de crissements et se dirigea vers la Perspective Nevski. La calèche bleue avait à peine dépassé la porte cochère, que M. Goliadkine, se frottant convulsivement les mains, laissa échapper un long rire silencieux, le rire d’un homme de tempérament jovial, qui vient de réussir un bon tour, et s’en amuse à cœur joie. Cependant, cet accès d’allégresse prit fin rapidement et une étrange expression, pleine d’inquiétude, apparut sur le visage de M Goliadkine. Malgré le temps humide et brumeux, il abaissa les vitres des portières et se mit à dévisager avec un air soucieux les passants des deux côtés de la chaussée. Toutefois, aussitôt qu’il avait l’impression d’être observé, il se composait un visage plein d’assurance et de respectabilité. Au croisement de la rue Liteinaia et de la Perspective Nevski, il eut un frisson, motivé sembla-t-il par une sensation très désagréable ; il grimaça à la manière d’un malheureux auquel on vient d’écraser, par inadvertance, un cor, et se jeta dans le coin le plus obscur de la calèche, d’un mouvement brusque, presque craintif. Il venait de croiser deux de ses collègues, jeunes fonctionnaires employés dans le même service que lui. M. Goliadkine eut la nette impression que, de leur côté, les jeunes fonctionnaires étaient extrêmement surpris de rencontrer leur collègue en de pareilles circonstances. L’un d’eux montra du doigt M. Goliadkine. Il lui sembla également entendre l’autre l’appeler à haute voix par son nom, ce qui, dans la rue, était évidemment fort déplacé. Notre héros se tapit dans son coin sans répondre. « Quels gamins, se dit-il. Qu’y a-t-il de si extraordinaire en tout cela. Un homme en calèche, qu’y a-t-il de surprenant ? Cet homme a besoin d’aller en calèche, c’est bien simple… il la prend… Du vrai fumier ces gamins. Je les connais bien… des gamins qui méritent le fouet. Tout ce qui les intéresse, c’est de toucher leur salaire et de vadrouiller un peu. Je les aurais bien remis à leur place, mais pour ce que ça sert… » M. Goliadkine n’acheva pas sa phrase. À demi-mort de frayeur, il vit passer, à la droite de sa propre calèche, une luxueuse voiture, attelée d’une paire de chevaux de Kazan, dont la vue lui était familière. La personne assise dans la voiture aperçut au passage le visage de M. Goliadkine, qui, juste à ce moment, avait eu l’imprudence de sortir sa tête par la portière. Le monsieur parut grandement étonné de cette rencontre inattendue, et se penchant autant qu’il lui était possible, se mit à scruter avec beaucoup de curiosité et d’attention le coin de la calèche où notre héros s’était empressé de se réfugier. Ce monsieur était André Philippovitch, chef administratif du département où travaillait M. Goliadkine, en qualité d’adjoint au chef de bureau. Voyant qu’André Philippovitch l’avait parfaitement reconnu et qu’il le dévisageait de tous ses yeux, se rendant compte, d’autre part, qu’il ne pouvait pas se cacher, M. Goliadkine devint rouge jusqu’aux oreilles. « Dois-je saluer, répondre aux marques d’intérêt qu’il me prodigue, me découvrir… ou plutôt faire semblant que ce n’est pas moi, que c’est quelqu’un d’autre qui est dans la voiture, quelqu’un qui me ressemble étonnamment, et, dans ce cas, le regarder comme si de rien n’était ?… » En proie à une indescriptible panique, M. Goliadkine ne cessait de se poser ces questions. « Oui, c’est bien cela : ce n’est pas moi, bien sûr, ce n’est pas moi » bredouillait-il, enlevant son chapeau devant André Philippovitch et ne le quittant pas des yeux. « Moi, moi, ce n’est pas moi, murmurait-il à demi-étouffé, ce n’est pas moi, ce n’est rien, je vous jure que ce n’est pas moi, absolument pas moi » Mais déjà la somptueuse voiture avait doublé sa calèche et l’attrait magnétique du regard de son chef avait disparu. Et cependant Goliadkine, toujours cramoisi et souriant, continuait à marmonner… « Quel imbécile j’ai été d’avoir fait semblant de ne pas le reconnaître, se dit-il enfin : je devais le saluer, oui, le saluer franchement, de plain-pied, avec même une certaine noblesse. Un salut qui aurait voulu dire : Eh bien, oui. André Philippovitch, moi aussi je suis invité à dîner. Voilà, c’est tout simple. » Mais le souvenir de sa gaffe lui revint à la mémoire. Brûlant de honte, les sourcil froncés, notre héros dévorait de regards terribles l’avant de la calèche ; on sentit qu’il aurait voulu, par ses regards réduire en cendres, d’un seul coup, tous ses ennemis. Soudain il eut une subite inspiration et tira le cordon fixé au coude du cocher. Il fit arrêter la voiture et donna l’ordre de revenir en arrière, rue Liteinaia. Le motif de ce revirement était simple ; en ce moment même, M. Goliadkine éprouvait l’irrésistible besoin de confier quelque chose de particulièrement intéressant à son médecin, Christian Ivanovitch. Il ne connaissait d’ailleurs ce médecin que depuis fort peu de temps : pour être exact, disons qu’il ne l’avait vu, en tout et our tout u’une seule fois la semaine récédente. Il s’a issait d’une consultation assez insi nifiante. « Mais un
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

L'Auberge rouge

de nouvelles.et.contes-ys

Une fâcheuse histoire

de nouvelles.et.contes-ys

L'Idiot

de LIGARAN

suivant