Le film de la Duchesse de Langeais

De
Publié par

« Si j'ai démontré, après d'autres d'ailleurs et ainsi que mes amis et moi l'avons fait pour le public du théâtre, que ce que le public du film entend le mieux, c'est le langage, que c'est une bassesse de croire que son oreille réclame le bégaiement, la stupidité, la veulerie, ou simplement le solécisme français, c'est-à-dire de le croire bas, et que l'audience au français lui reste naturelle, je crois que l'expérience en valait la peine. »

Jean Giraudoux

Publié le : mercredi 20 février 2013
Lecture(s) : 2
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246807209
Nombre de pages : 260
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
« Si j'ai démontré, après d'autres d'ailleurs et ainsi que mes amis et moi l'avons fait pour le public du théâtre, que ce que le public du film entend le mieux, c'est le langage, que c'est une bassesse de croire que son oreille réclame le bégaiement, la stupidité, la veulerie, ou simplement le solécisme français, c'est-à-dire de le croire bas, et que l'audience au français lui reste naturelle, je crois que l'expérience en valait la peine. »
Jean Giraudoux
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Homo comicus

de fayard-mille-et-une-nuits