Le jardin d'attente

De
Publié par

Publié le : mardi 12 novembre 2013
Lecture(s) : 5
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782924186350
Nombre de pages : 216
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Andrée Laurier
Le Jardin d’attente
Extrait de la publication
roman
Là collEcîoN
Éŝ îîgÉ pà
Dans la même collection
EŝhÉ Côf,Tu ne mourras pas, ôûvÉÉŝ. SÉgîô Kôkîŝ,Les amants de l’Alfama, ôà. SÉgîô Kôkîŝ,L’amour du lointain, çî É àgÉ Éŝ ÉxÉŝ. SÉgîô Kôkîŝ,L’art du maquillagÉ, ôà. SÉgîô Kôkîŝ,Errances, ôà. SÉgîô Kôkîŝ,Le fou de Bosch, ôà. SÉgîô Kôkîŝ,La gare, ôà. SÉgîô Kôkîŝ,Le magicien, ôà. SÉgîô Kôkîŝ,Le maître de jeu, ôà. SÉgîô Kôkîŝ,Negão et Doralice, ôà. SÉgîô Kôkîŝ,Le pavillon des miroirs, ôà. SÉgîô Kôkîŝ,Le retour de Lorenzo Sánchez, ôà. SÉgîô Kôkîŝ,Saltimbanquesŝûîvî ÉKaléidoscope brisé, ôàŝ. SÉgîô Kôkîŝ,Un sourire blindé, ôà. AÉ LàûîÉ,Mer intérieure, ôà. HèÉ Rîôûx,Les miroirs d’Éléonore, ôà.
Extrait de la publication
Le Jardin d’attente
Extrait de la publication
De la même auteure
L’étrange maison d’Elseva, ôvÉà, Môà, Hûàîàŝ, 1995. Quartiers divers, ÉçûÉî çôÉçîf É ôûvÉÉŝ, GàîÉàû, VÉŝ ’OûÉŝ, 1997. L’ajourée, ôà, GàîÉàû, VÉŝ ’OûÉŝ, 1998 ; Môà, XYZ îÉû, çô. « RôàîçhÉŝ pôçhÉ », 2008. Mer intérieure, ôà, Môà, XYZ îÉû, çô.« RôàîçhÉŝ », 1999 ; Môà, LvÉŝqûÉ îÉû, çô.2013.Éûx », « PîŝÉ Le jardin d’attente, ôà, Môà, XYZ îÉû, çô.2001.« RôàîçhÉŝ », Horizons navigables, ôà, Môà, XYZ îÉû, çô.2006.« RôàîçhÉŝ », Le Romanef, ôà, Môà, LvÉŝqûÉ îÉû, çô.« RvÉbàîô », 2011. Avant les sables, ôvÉà, Môà, LvÉŝqûÉ îÉû, çô.2011.« RvÉbàîô »,
Andrée Laurier
Le Jardin d’attente
roman
Extrait de la publication
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada LàûîE, ANÉE LE jàîN ’àENE : omàN (PîsE Eûx) Èîîô ôîgîàÉ : Môà : XYZ, 2001. Pûbî â ’ôîgîÉ àŝ à çôÉçîô : RôàîçhÉŝ. ISBN 978-2-924186-34-3 I. TîÉ. II. CôÉçîô : PîŝÉ Éûx (Môà, QûbÉç). PS8573.A78237 2013 C843’.54 C2013-942052-5 PS9573.A78237 2013
LvÉŝqûÉ îÉû ÉÉçîÉ É CôŝÉî Éŝ Aŝ û Cààà (CAC) É à Sôçî É vÉôppÉÉ Éŝ ÉÉpîŝÉŝ çûûÉÉŝ û QûbÉç (SODEC) É Éû ŝôûîÉ fîàçîÉ.
© LvÉŝqûÉ îÉû É AÉ LàûîÉ, 2013
LvÉŝqûÉ îÉû 11860, ûÉ GûÉî Môà (QûbÉç) H4 1V6 TphôÉ : 514.523.77.72 TçôpîÉû : 514.523.77.33 CôûîÉ : îfô@ÉvÉŝqûÉÉîÉû.çô SîÉ IÉÉ : www.ÉvÉŝqûÉÉîÉû.çô
É DpÔ gà : 4 îÉŝÉ 2013 BîbîôhèqûÉ É AçhîvÉŝ Cààà BîbîôhèqûÉ É AçhîvÉŝ àîôàÉŝ û QûbÉç ISBN 978-2-924186-34-3 (îîô pàpîÉ) ISBN 978-2-924186-35-0 (îîô ûîqûÉ)
Distribution au Canada DîÉîà îç. 539, bôû. LÉbÉàû Môà (QûbÉç) H4N 1S2 TphôÉ : 514.336.39.41 TçôpîÉû : 514.331.39.16 www.îÉîà.qç.çà gÉÉà@îÉîà.qç.çà
Distribution en Europe LîbàîîÉ û QûbÉç 30, ûÉ Gày-Lûŝŝàç 75005 Pàîŝ TphôÉ : 01.43.54.49.02 TçôpîÉû : 01.43.54.39.15 www.îbàîîÉûqûÉbÉç.f îbàîÉŝ@îbàîîÉûqûÉbÉç.f
Pôûçîô : àçqûÉŝ RîçhÉ CôçÉpîô gàphîqûÉ É îŝÉ É pàgÉŝ : Èîŝçîp É. Iûŝàîô É à çôûvÉûÉ : Aàŝàŝîàp83 | DÉàŝîÉ.çô PhôôgàphîÉ É ’àûÉûÉ : Rîçhà Và Càp SîÉ IÉÉ É ’àûÉûÉ : www3.ŝypàîçô.çà/àÉÉ.àûîÉ
Extrait de la publication
Préambule
C’est une histoire où des tendresses ont essayé de réchauffer un difficile hiver. Dans un pays d’âmes où le silence a la force du vent. Voilà que parlent les arbres. Fort discrètement. L’hiver, d’ailleurs, est roi. Il dure. Au milieu de cet hiver, six pieds sous terre, une femme dort. C’est le seul espace fixe. Une convention pour elle. Elle a eu une vie si étrange, pour une époque où l’on ne croit plus aux enchantements. Sur de la glace, une fois, elle est tombée d’une voiture lancée dans décembre, et elle s’est presque brisée en perdant sa mémoire. On l’a arrachée à la mort. Car ainsi le voulait le pro-grès. Vidée d’elle-même, affamée de temps, elle a longuement cher-ché un passé qui lui ressemble ou la définisse, dans un corps mal remis au monde. On n’avait jamais vu pareil être humain avant elle. Lorsqu’elle est arrivée à son passé, il lui a paru aussi étrange qu’une page déchirée, presque toute blanche. Une feuille de glace. Dépareillée, seule à être comme on l’avait refaite, elle porte son linceul de froide solitude depuis longtemps, celle qui dort en terre. Quiètes sont ses mains, naguère incertaines, depuis ce jour du début de sa propre fin, quand elle a compris la nature de son proche avenir. Avant cela, elles ne savaient pas comment toucher. Deux arbres la protègent maintenant. On ignore quand elle a choisi son lieu de sépulture sans en parler à quiconque. Mais sur sa tombe prochaine, elle a emmené des vivants.
7 Extrait de la publication
Aussi la vie, sa mort se confondent-elles sous les deux arbres qui pousseront un peu, le printemps venu. Pour la femme qui dort dans le givre de cette histoire boréale et discrète comme le noroît dans les doigts frêles d’un bouleau blanc, il n’y a plus de temps qui tienne, ni passé défini ni avenir ou crainte. Elle serait une histoire, à présent. Un long songe. Peuplé parfois du soupir des aimés qui vivent. Le froid est un souffle tenace, caché derrière des fièvres légères, où le rêve danse en soleil sur l’eau. Même la nuit. Si l’on s’avance sous ces deux arbres, sa sépulture, on croirait que le sapin a un petit œil ouvert et espionne son vis-à-vis, comme s’il pou-vait détecter le moindre mouvement dans l’espace qui le sépare de cette épinette voisine. La terre dort, dure et plane, sous la coudée de neige, on hume un frimas où se cache une longue patience un peu triste. Peu importe sa durée, maintenant, cette histoire en contient plusieurs. Tous ceux qui ont touché la femme qui dort ont envoyé un peu de terre sur elle avant que s’installe l’hiver et que l’ensevelisse la forêt. Elle som-meille dans un récit aux strates nombreuses, car en elle la mort est jeune déjà. Dans son linceul ont marché ceux qui l’ont connue. Et c’est aux vivants qu’appartient son souvenir d’elle-même, désormais. La mort la rend au monde et aux autres. Pour elle-même, elle n’a plus aucune importance. Elle est devenue le rêve qui la porte.
Extrait de la publication
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les pas perdus

de editions-flammarion

Banlieue

de les-editions-de-l-instant-meme

L'hypothèse de l'ombre

de ActuaLitteChapitre

Rue Saint-Olivier

de levesque-editeur

L'art du maquillage

de levesque-editeur

suivant