//img.uscri.be/pth/75739fd14c0ca684cf8d776e42b2703cfdef8188
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

LE JARDIN N'A PLUS QUE DES CHRYSANTHEMES

De
106 pages
«Attention, vous cueillez l’herbe sans la pioquer !...», prévenait Maman. Un grand frère qui doit remplacer un Papa, parti trop tôt… Des grandes sœurs attachantes… Un petit frère terrible, aux mains sales mais au cœur gros comme ça… « La Mère aux Chats » avec ses magnifiques yeux bleus… La petite dernière qui cache les pommes de terre sautées dans ses poches parce qu’elle a horreur… Et une Maman, toujours digne face à l’adversité… Tous ont fleuri le jardin secret d’une gamine pas comme les autres, dans un village de Normandie de l’avant et après seconde guerre mondiale. Anita fille d’une gamine pas comme les autres !
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Le jardin n'a plus que des
chrysanthèmes
Sissi H.D
Le jardin n'a plus que des
chrysanthèmes
Jeunesse à Damigny




ECRITS INTIMES









Le Manuscrit
www.manuscrit.com














© Éditions Le Manuscrit, 2005
20, rue des Petits Champs
75002 Paris
Téléphone : 01 48 07 50 00
Télécopie : 01 48 07 50 10
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.com

ISBN : 2-7481-4519-4 (fichier numérique)
ISBN : 2-7481-4518-6 (livre imprimé)





Prévenait Maman

Un grand frère qui doit remplacer un Papa, parti trop
tôt…
Des grandes sœurs attachantes…
Un petit frère terrible, aux mains sales mais au cœur
gros comme ça…
« La Mère aux Chats » avec ses magnifiques yeux
bleus…
La petite dernière qui cache les pommes de terre sautées
dans ses poches parce qu’elle a horreur…

Et une Maman, toujours digne face à l’adversité…

Tous ont fleuri le jardin secret d’une gamine pas comme
les autres, dans un village de Normandie de l’avant et
après seconde guerre mondiale.

Anita fille de l’auteur
SISSI H.D







Je l'imaginais bien loin de la ville mon village normand,
ce coin tranquille où se déroula mon enfance. Des
années ont passé... Aujourd'hui, il a rejoint la ville.
Certes, je le retrouve toujours avec beaucoup d'émotion
et de bonheur mais toujours en me rappelant le
Damigny d'autrefois ! C’était… mais c’est tellement
présent…

A l'orée de la forêt d'Ecouves, notre Briante prend sa
source au rocher du Vignage. Elle se faufile comme un
long serpent d'argent à travers les bois et les prés. Au fil
de son cours, ses forces grandissent, elle se gonfle. De
ruisseau elle devient rivière, pénètre nos terres, s'y
prélasse un moment, offrant son eau claire et limpide
aux lavoirs. Puis elle fuit le claquement des battoirs, se
heurte au petit barrage, caresse longuement les cailloux
et se fraie un passage pour atteindre la ville où
amoureusement elle mêle ses eaux à celles de la Sarthe.


Les saisons rythment notre vie de campagnards. Le ciel
quitte doucement sa pelisse d'hiver pour un manteau de
pluie et timidement le soleil cligne de l'oeil. L'herbe
tendre sent bon et devançant les modestes violettes, les
gracieuses pâquerettes apparaissent.

9 LE JARDIN N’A PLUS QUE DES CHRYSANTHEMES
Aux heures chaudes de l'été, parfois le soleil se fait si
brûlant que d'abondantes pluies d'orage dévalent les
talus. La terre libère ses entrailles d'un trop-plein de
senteurs enivrantes. Aux grondements du tonnerre je
pâlis toujours de frayeur. Les éclairs me rendent folle. Je
ressens la moiteur de l'air comme un malaise. Une sorte
de fièvre s'empare de tout mon corps. Je frissonne.
J'écoute le vent se lever et aux premières gouttes de
pluie, le calme revient en moi. Je respire enfin.

Enfants insouciants, nous courons tête nue sous les
trombes d'eau, tendant nos visages aux gouttières
débordantes. Chaussures à la main, dans les flaques et
les caniveaux, nous pateaugeons allègrement.


Sous le ciel d'automne, de gros corbeaux noirs croassent
en tournoyant au-dessus de la plaine. Des odeurs de
labours et de champignons montent du sol humide qui
se couvre un peu plus chaque jour d'un tapis de feuilles
mortes. Le vent et la pluie deviennent cinglants. Le
mauvais temps s'annonçe. Octobre est là. Nous
reprenons le chemin de l'école alors qu'un hiver
rigoureux se prépare, déjà prometteur de froid, de gel,
de neige mais aussi de jeux nouveaux.

A Damigny, nous occupons une ancienne maison de
tisserands située en bordure de route : au-dessus d'une
cave, un escalier de granit, un perron, une grande pièce
et une chambrette, le tout coiffé d'un grenier.

Dans ce logement exigü, une autre période de vie
commençe, une lutte au quotidien pour nos parents et
10