Le Kief

De
Publié par

Delhi, 1947. L'Empire des Indes est à la veille de disparaître dans un faste victorien miraculeusement préservé, avec les chasses à courre du dernier vice-roi, les clubs ultra-britanniques, les fossiles coloniaux, les maharajahs et quelques autres institutions condamnées. Cette société proche du cataclysme est un vivier où foisonnent les parasites, les espions, les marchands d'armes. Albert Berghaus est l'un de ces trafiquants. Du moins l'était-il avant de se perdre dans les mirages de l'opium et les hasards du jeu. Depuis des mois, des années, il ne vit que pour sa pipe et ses boulettes, dans la crainte perpétuelle d'être " niène ". Zombie de la drogue, il n'est plus que l'ombre de lui-même, comme possédé par ses rêves embrumés, sa folie.

La maison où il réside n'en reste pas moins la plaque tournante du renseignement, autour de quoi se retrouvent les aventuriers et les agents doubles. Frédéric, son vieil ami, son compagnon de guerre, est l'un d'eux. Ensemble, ils décident d'organiser une expédition dans le nord du pays, et jusqu'en Afghanistan, pour égarer les soupçons de leurs concurrents.

Au cours de ce voyage plein de surprises et de périls, Frédéric rencontrera une jeune Américaine, qui sera pour lui l'amour et le malheur étroitement mêlés. Mais tandis que les amants roulent vers leur destin, l'Inde accède à l'indépendance, dans un bain de sang. Delhi vit l'horrible Saint-Barthélemy des Musulmans, sous l'oeil des vautours et des chacals, qui disputent aux miséreux, dépouilles et charognes. Une vision d'apocalypse qu'Albert fuit en se réfugiant dans un village, près d'Agra, la ville sainte du Taj Mahal. Il y apprend l'art de charmer les cobras sacrés, sans renoncer aux " kiefs " extatiques que lui procurent ses " voyages ". Mais de la drogue ou du venin mortel, quel est le pire des poisons ?

Avec une maestria de grand écrivain, Max Olivier-Lacamp ressuscite un moment exceptionnel de l'histoire contemporaine, à travers une intrigue foisonnante et passionnée, qui transpose sa propre expérience vécue d'une époque et d'un monde en train de disparaître. L'Inde de toujours, l'Inde d'aujourd'hui, avec ses sortilèges, ses mirages et la millénaire sagesse d'un peuple, y apparaît telle qu'elle est réellement, presque insaisissable pour un Occidental. Mais, emporté par la force de ce récit magistral, le lecteur en pénètre enfin les mystères, et découvre une épopée qui a trouvé un témoin romanesque à la mesure de sa richesse aventureuse.
Publié le : mercredi 20 mars 1974
Lecture(s) : 7
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246795667
Nombre de pages : 272
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Delhi, 1947. L'Empire des Indes est à la veille de disparaître dans un faste victorien miraculeusement préservé, avec les chasses à courre du dernier vice-roi, les clubs ultra-britanniques, les fossiles coloniaux, les maharajahs et quelques autres institutions condamnées. Cette société proche du cataclysme est un vivier où foisonnent les parasites, les espions, les marchands d'armes. Albert Berghaus est l'un de ces trafiquants. Du moins l'était-il avant de se perdre dans les mirages de l'opium et les hasards du jeu. Depuis des mois, des années, il ne vit que pour sa pipe et ses boulettes, dans la crainte perpétuelle d'être " niène ". Zombie de la drogue, il n'est plus que l'ombre de lui-même, comme possédé par ses rêves embrumés, sa folie.

La maison où il réside n'en reste pas moins la plaque tournante du renseignement, autour de quoi se retrouvent les aventuriers et les agents doubles. Frédéric, son vieil ami, son compagnon de guerre, est l'un d'eux. Ensemble, ils décident d'organiser une expédition dans le nord du pays, et jusqu'en Afghanistan, pour égarer les soupçons de leurs concurrents.

Au cours de ce voyage plein de surprises et de périls, Frédéric rencontrera une jeune Américaine, qui sera pour lui l'amour et le malheur étroitement mêlés. Mais tandis que les amants roulent vers leur destin, l'Inde accède à l'indépendance, dans un bain de sang. Delhi vit l'horrible Saint-Barthélemy des Musulmans, sous l'oeil des vautours et des chacals, qui disputent aux miséreux, dépouilles et charognes. Une vision d'apocalypse qu'Albert fuit en se réfugiant dans un village, près d'Agra, la ville sainte du Taj Mahal. Il y apprend l'art de charmer les cobras sacrés, sans renoncer aux " kiefs " extatiques que lui procurent ses " voyages ". Mais de la drogue ou du venin mortel, quel est le pire des poisons ?

Avec une maestria de grand écrivain, Max Olivier-Lacamp ressuscite un moment exceptionnel de l'histoire contemporaine, à travers une intrigue foisonnante et passionnée, qui transpose sa propre expérience vécue d'une époque et d'un monde en train de disparaître. L'Inde de toujours, l'Inde d'aujourd'hui, avec ses sortilèges, ses mirages et la millénaire sagesse d'un peuple, y apparaît telle qu'elle est réellement, presque insaisissable pour un Occidental. Mais, emporté par la force de ce récit magistral, le lecteur en pénètre enfin les mystères, et découvre une épopée qui a trouvé un témoin romanesque à la mesure de sa richesse aventureuse.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.