Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Le lent sourire

De
276 pages
Un groupe d’amis trentenaires, hommes et femmes, mariés ou encore célibataires, est frappé pour la seconde fois par la même tragédie. Après Diana, opérée avec succès, c’est à Lisa qu’on diagnostique une tumeur au cerveau. Elle allait mettre au monde son premier enfant et n’arrivait plus à bouger son bras gauche ; la gynécologue prétendait alors que ce n’était que le stress.
Mais cette fois, Clara la narratrice, Marco, Daniele, Sandra, Diana et Veronica doivent accompagner Lisa jusqu’à la clinique où on lui prodiguera ses derniers soins. C’est là que Clara rencontre Ben, un chef d’orchestre britannique dont l’épouse italienne – une jeune soprano mondialement célèbre – s’éteint lentement elle aussi. Il est égocentrique, tyrannique et vaniteux, mais son affection permet à Clara de passer du «nous» qui s’est irrémédiablement dissous avec la mort de Lisa, à un «je» salutaire, d’ainsi entreprendre, en somme, cet intime et nécessaire parcours de deuil.
Habité de bout en bout par une énergie et une vitalité extraordinaires, Le lent sourire raconte la maladie, mais aussi et surtout l’amitié. Celle qui unit un groupe et celle qui lie deux jeunes femmes, Clara et Lisa, pour parvenir à vivre par-delà la mort dans l’immortalité d’un singulier sourire.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

DU M Ê M E AU T E U R
Aux Éditions Gallimard
’ÉQUïïBRE DES REQUïNS
Du monde entier
C A T E R ï N A B O N V ï C ï N ï
 E  E N T S O U R ï R E
 ô m à 
Traduit de l’italien par Lise Caillat
G A   ï M A R D
Titre original :
il sorriso lento
© 2010, Caterina Bonvicini. Édition publiée avec l’autorisation du propriétaire, représenté par Piergiorgio Nicolazzini Literary Agency. © Éditions Gallimard, 2011, pour la traduction française.
À mes amis historiques de Bologne, À la mémoire de notre Gioia
« Tôûéŝ éŝ ŝîûàîôŝ càpîàéŝ é à vîé ŝô pôû ûé fôîŝ, ŝô ŝàŝ éôû. Pôû qû’û hômmé ŝôî û hômmé, î fàû qû’î ŝôî péîémé côŝcîé é cé ô-éôû. Qû’î é îché pàŝ. Qû’î ’àîé pàŝ fàîé ŝémbà é ’é îé ŝàvôî. ’hômmé môéé îché. ï ŝ’éffôcé â côôûé ôûŝ éŝ gàŝ môméŝ qûî ŝô ŝàŝ éôû é â pàŝŝé àîŝî ŝàŝ pàyé é à àîŝ-ŝàcé â à mô. »
Mîà Kundera,La Plaisanterie
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin