Le léròl de mon enfance

De
Publié par


C’est au rythme du lérol que l’auteur revisite la petite enfance d’une génération en Guyane, celle des années cinquante. A travers ce récit, le système éducatif est questionné. les jeux et plaisirs d’enfants sont évoqués. la vie citadine et rurale, haute en couleur, imprégnée par la luxuriance de la nature, y est peinte.

Surtout, un symbole est mis en évidence, la pause-tendresse de man Dine, la grand-mère. C’est autour de ce personnage clé des familles créoles, que se tisse le réseau affectif dans lequel l’enfant puise au quotidien la force de grandir.



Aline BeLfort-ChAnoL est guyanaise, directrice d’établissement social. L’auteur a publié en 2000, chez le même éditeur, le bal paré-masqué : un aspect du carnaval de la Guyane française.

Publié le : samedi 1 janvier 2011
Lecture(s) : 76
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782844506139
Nombre de pages : 110
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
excEpTioNNEL cE spEcTacLE ! excEpTioNNEL dE Nos jouRs ! tous LEs REgaRds coNvERgENT aLoRs vERs L’hoRizoN quE jE scRuTE dEpuis uN momENT déjà, admiRaNT LE couchER du soLEiL. PLacE dEs AmaNdiERs, iL EsT uNiquE. CET asTRE d’oR sEmbLE s’êTRE paRé, duRaNT sa couRsE, dE paiLLETTEs ET pépiTEs séLEcTioNNéEs daNs LEs ENTRaiLLEs ENvoûTéEs ET ENvoûTaNTEs dEs pLacERs guyaNais. lE bLEu céLEsTE coNTRasTE avEc Tous LEs ToNs dE fEu qui sE soNT doN-Nés RENdEz-vous Là, à L’hoRizoN. QuaNd TouT à coup, à moN ExTasE viENT sE gREffER L’émoTioN pRovoquéE paR dEs souvENiRs quE L’oN pENsaiT, aRchivés.
noN, La NaTuRE N’a pas aRchivé cEs voLs d’ibis RougEs qui avaiENT dispaRu dEpuis dEs aNNéEs déjà du paysagE guyaNais. Puisqu’aujouRd’hui iLs sE dépLoiENT, Là, sous Nos yEux, iNcRéduLEs, avEc spLENdEuR, au couchER du soLEiL. IL N’y EN a pas qu’uN mais pLusiEuRs. ILs sE succèdENT avEc gRâcE, RivaLisENT avEc aisaNcE daNs L’aRT dE La géomaNciE saNs déviER dE La voiE éThéRéE qui LEs guidE vERs LEuR couchoiR. AvEc éLégaNcE, iLs éTENdENT LEuRs aiLEs, baTTaNT La mEsuRE suR Nos RyThmEs TRadiTioN-NELs quE jouE NoN LoiN dE Nous, uN gRoupE dE jEuNEs s’ExERçaNT au TambouR. l’uN capTE TouTE moN aTTENTioN, LE LéRoL qui a cadENcé moN ENfaNcE.
- 7 -
UNE habiTudE daTaNT dE NoTRE ENfaNcE quE Nous avoNs TENu à pRoTégER dEs sEcoussEs dE La viE, cE RENdEz-vous, dEux fois L’aN, dE six ami(E)s suR La pLacE dEs amaNdiERs. l’hEuREusE idéE quE Nous avoNs Eu d’iNsTiTuTioNNaLisER cETTE RENcoNTRE ! CaR, ELLE Nous a pERmis aujouRd’hui, dE vivRE ENsEmbLE cEs dEux scèNEs qui oNT maRqué NoTRE jEuNEssE. l’uNE aTTEsTE dE La viTaLiTé saNs cEssE RENouvELéE dE La NaTuRE, L’auTRE iNTERpELLE paR sa RésoNaNcE, Nos ENTRaiLLEs, NoTRE appaRTENaNcE à uNE commuNauTé cuLTuRELLE. CE voL d’ibis ET LE soN du TambouR oNT évEiLLé EN Nous dEs souvENiRs, dEs souRiREs puis dEs RiREs. CommE LE soLEiL, cEs migRaTEuRs sE diRigENT vERs LEuR couchoiR. A L’iNvERsE, mEs souvENiRs REmoNTENT La TRacE dE ma mémoiRE, du pLus LoiN qu’iLs LE puissENT. VoiLà, iLs s’aRRêTENT pREsqu’à L’aubE dE ma viE, à uNE ExpéRiENcE jugéE difficiLE daNs ma pETiTE ENfaNcE, suiviE dE biEN d’auTREs, mais aussi dE TaNT dE joiEs qui LEs oNT adouciEs, doNT LE LéRoL dE maN DiNE. rEvisiTER La pETiTE ENfaNcE REsTE uNE chassE aux TRésoRs à pEiNE ENfouis, quE soNT Nos souvENiRs, sELoN uN iTiNéRaiRE où à chaquE pas, oN RETRouvE LEs EmpREiNTEs dE L’aduLTE dEvENu.
- 8 -
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant