Le Mannequin d'osier

De
Publié par

Histoire contemporaine est le titre générique d'un ensemble d'articles d'Anatole France, parus dans l'Écho de Paris en 1896, et qui désignera plus tard une série de quatre romans publiés chez Calmann-Lévy : l'Orme du mail (1897), le Mannequin d'osier (1897), l'Anneau d'améthyste (1899) et Monsieur Bergeret à Paris. D'abord attaché à construire une violente satire anticléricale, l'auteur puise son inspiration dans les faits les plus brûlants de l'actualité, l'affaire Dreyfus notamment. L'ensemble trouve son unité autour d'un personnage central, M. Bergeret, universitaire libéral dont l'honnêteté et l'intelligence, durement éprouvées par la vie, s'expriment à travers un scepticisme amer et désabusé. S'il ne songe pas à corriger les injustices du monde, M. Bergeret ne renonce pas à en être le témoin lucide.Dans le Mannequin d'osier, le bon professeur poursuit une existence qu'il juge médiocre et indigne de lui. Rejeté à la fois par les notables locaux, le recteur et le doyen de la Faculté qui le jugent trop anticonformiste, M. Bergeret doit encore supporter le mépris de sa femme. Il atteint le comble de l'écoeurement quand il découvre qu'elle le trompe avec son meilleur élève...
Publié le : mardi 30 août 2011
Lecture(s) : 134
EAN13 : 9782820605672
Nombre de pages : 57
Prix de location à la page : 0,0011€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
LE MANNEQUIN D'OSIER
Anatole France
 «Les lcaCssoillqeucetsi oYnouSrcibe »
Faites comme Anatole France, publiez vos textes sur YouScribe YouScribe vous permet de publier vos écrits pour les partager et les vendre. C’est simple et gratuit.
Suivez-nous sur :
  
ISBN 978-2-8206-0567-2
bac nos  ed teninsDaia r tlccénatem ail,travbrui au es sil fler elqunaipus oeuqi ud n, desex non loituiane,tel sxecét,regeer BM., esliciffid secicreFacu la es àrencnoéfedc rt em îar sun çotiui hleervilemènÉl ed des lté res,lettaparp ér aeltis Be. errg netvaaq tinuuef ertênéide. Le cabinetd  ertvaia ledM q te étôcnu tuottrent aissai luied ,rgnaia s,em ait ccupen oqui ésioe seel rrc smat jol étn enaidia ruqrep ul sière, cae de lumhc.ep orsseéP uo murr unt et hauuffo serapseéuqsets teinit ves l nerecavtil ser de M. Bergeret ertênl ,eat a elbon ce trttcefee  trat debinee ca,ec d rirvia . Àdedior sete aravruoj nud stelfenséesdhfines peia tes s siaugsiérnfceen drecoe  el tîamliavùo ,la cère erriin de csardnudg ga eotar lntdor iealtèrcsidni étidno nétaitumanité,ceio nidq unur  poutôluorff, me elbocernu tuod d ueq eulgse xnaaiso dérlesennabamuhni tppO .sniar pmérinsmoe  c,es aavçnna tevrs la fenêtre, ném eegan tiard àteoit  egaà heuc snad ,eniep à éuvrottaiavt regeue rohrre  nli,ehostèce e picett,eiruq çam ennotrendee uetr vux ,.MB reei revtrt un paphabillaisus reivpls der gnar ùoel ses relong au quel dessed nahcip,n easà t  rlasoaiéln al àoég rtéme eiite surface plangénaet ,nu etéoraiivdt  ye,cr éalg p écs nuelyt pressé ui-même, aefênrtoctnerl  one unsdat aignL .ellenretéerbmjaunile la fles b ianbre süT eeded sref tne vuorntran  uc betimuevsrsée  trtnouqés, et ses plumetiavuort ses sapriscnumaleou btsariral ni ,m laeux heur ne sil tald pél niege crire levenait ée ùo ellesse ,ruu  dofprab cetin seld nareteeBgrMme  de sage pasud erianidroteffe littaé C !léebout, contreles .lIé attil ,àd llais éer paleeltiapsel puj t seuel  leq draellenaenelm s ruuqni d yetert aioséptE .esnegreB emMil auraiide, et edl Één eilrv eà , fadéra tilvanad ec srt tévuoit eespre lix d aap,el jeiotud e  dtéliilquantr elbamitsenil tsed  eaCutll ete éditions savantnnamiuqed neisoe  dtrPée,one  l .eBelM.tep grremager, ijuga conel rus nmèitiuh itraparéçolea  sreré el oc rdisnmeât  enigé le,sed  eecel sofmrtique domonde anl tiaiduté li tnr ou ps,teex tesa  unnrenaodsbar de voir dedésiâml se,l iavn tia saptiuql étes particularité sedm téiruq eteguin ldee,qutiisleuqxua s li selvaite deache attqieu rnup uoemtnn toas G àmeom c,simrep été sap  eût luil nequiemtnèmerrea lproù  otTfu resesivtisil re ,spv ed Deschamà Gaston ,ocmm eoBsiisrengatnom sesor seblr metees ce,eu sodavegc teér,s yeu sess rix cesoréte ,uop éd r cteduon sit hesapngseo  ùelp èo, ces belles camvnhatûe édogna d Il œur.on cit s turap ne iul ligrn  uet, teistrsom sirèottusen ables soes vériteruep xu tufhlame.utar C sarfaa gili vir de ens,rireerpsojrul  ede, ierompteon c sel relsegasyapsainte Asie. Sonaciben tedt aravn  ealIt, ie Genecèr te snad al  comtre,it sposanirdc lyp âl eeduinn eeson sens etsirt as te essropre substance.n uo sedn toerp  st,s ouénlmeorsniA.M ireB ereg ,amohsr uedtnd enneesviellt qued snaded-ua snormfos les ou nis sap ron tacsueéieures ent intérssuanemeoyorf snNo.  cus-musesêmap seésnnev al rM.e  due sx,ou Rèlevnoé ,if  ,uqnt saisanée onanÉd eeéned truT s nuaiétt ensiiniped.sI  luf tidstrait de ces pevue âmlt aiave iatén te eriagl, etelleus bt plabstc mol seq eusae ie vangequt tiorr ,eiatété tt sans jecluse es  aefmmio,eq euon creféesncJ.  tidm elrtîaed e Je mentends, êrt enuh réso: éf dsex  ditdaenmmoc tE!uoR .M ete einisros n héemliom nl taelruevar itso slt tni iciquetervo, M  .eBgréH! d tibleue.  capote te eguor nolatna pene traî maua estnp ér ,esiaerilitce mervide shc éedl  aocmmsision. Mais puissiaruel thc segraà r ilmeurlear mvnionoe f ia eeser. retue saOn nlf nouq nu ettas leu peu qnsgeos. Cesrand hér eomni s tibnel l,oie  jetnn p àaremg sisuovmon . Siabrede seur nuobei z svav uomereoppre llpeaptrop nu soréh tncus et dans les euc eh zel savnie èrhédïsro qme li yniavaug te quuerrne pon orpmnipsalg  t à ps,inmamoe pleusetuorédoR seL . xlpsuf suq uuades Decieurent ttabn ,uvuos tnei qut fuseent  erpcéut é tis eseégir Cyne deoïsmréhl ,nohtaraMÀ. tsenom muxheâcommilatr ési rap aune ctrohéueïqei-zovsu ,om nmai, nêtre jamaisne secnauqirtém netilae ou les ln  e ,teriq edovvos uà aissconns ayi qu mde ponipsnc erluesim shommes anges delmauo r !Cse te udétlr pa, déuq ,eriotsihlede. Jncèru sie vœsrau seps iu eem.Mleilta puxRo.  snad trab ettecn cons uu cain dos nso a eadasrbur sa  laich qseenibte tas tissn maître. Il y eul iuo ffir tosn ej euq siom etrua ql,-iit da,gineetll eniralone pdu untenai eértnped c iaecnomemêj, . tei-Mo safuctluoet selremois tuis quatne tsiméiotnuap ble  fai lespoureinéhtA  ,iuq snars ilsntretèrêlraém eabbrra,e ne purent lempehcêed res rabmerquve atoc e ut pererieavalla cia tv neq iuasenirchaîfrrae  sde .enialp al snadraît pasIl ne paru suq ed aliel aesnties lersPe dnaoffeiaf rg t quen etatho Marsuà iacnétv tné  ocsre Ges lue q,ertîam rehc nom dites, t vousmeitel.sE ésses bues len pleraets  seéénégel edi sel suq eseb ofcrt sei dient ulemnemelliuaJ : tndporét nqra titp re.d.MB reegerqueux.Ma tête seeiatp tnb saillees lom Rnsaié nitrap elues al titil mrta ldee egssl rad sep raCeses. suréesme larm te nomopac-mntoraj songeer nserptiséd  eomncilier  à me cotou rdpetiape utc à edutrdnerpmosimp plunte.ortaneadC pea itnj r derfpateaintmeC . tsessuaal iaire que je soisp raevunà p soésenaipat s erétnté sgnarsiorel ,oldats.M comme s àesvrri sdaim sese ornc eciCe« .siaçnarF sel ,edes ome la Rans ,ed  ruqonet t àl snnoh rue seddex ar gr deulseréli,sy c noivrèfatigues et despmet ua ,ob ud sps les ainsyetoci,sp lluilauouej i Sen ros Turviuéateitnsn ,linsentielle pas essiati,sertnemlim s ilrefiui pusqianenvaer sraabtaméé ens étt pa.edaitliM rap seaiom Rux antua Qlitaires qui prennne tottue  tenar gntdeie r cn,emmoap ,xe rlpmees cnt dêtesonquifatp ore  tlbseesblradueb rau, sed sruoim siarvlafatigulement, spe  ted eudc rosuene itprexa imal bacczehcxue res.sasts dé, lei slén,s nemB eimia  lt,rispe lruehlam el ,erèsg olri edtêerd éesse. Porter le à temoRel ripmdue on m edelat  med eonofruc  ent, nimena, ærumeminruof ruel tn dsit fu lue qur eL vresm ed.tropes e inue qou s samcréhtnj maiadats no Les solneriuqca iuq muiat Ldus reât pesà c êmemeixu tdoe futairmiliice  d a hesosér i ;al sliv  .ely lIs domiciliés danne tel stéargnre desméars.rohée yn li ;d sapa es deuplros e hé y a lnedp ap s plet enimntser l zehC .trof sulcommts, oldaes s seluoetsnt  eadle, ntsefos esululp of snemiel ta peur. rt est là l ennlI sovtnnid sera ,têrétenumolbssscenét .sL iaerrtoiue r futmpheui d celal etap cneite eu  dn bonsse L.«seh moem sesd téerminent par leuoRameL sse .suésechaet dtes  rouolg al siamaj tnrehèrche cnes indmiganine tap ss navaiire : ilsed reugtnereuq  nlsfie ioat In.es hnt d, maérosne,tf rip ion noe  dets er tnsbonob edsitadlos s peu ils conquirarsseisr; p ueà  clevrouenirdet  tnem eledno te  iu iatéér n,emiten
I
ed sruœmeicnal iu rmerês ler euvaceia te txu enon ce unten maicivtirotesuera spuRéiqbl fueenursea mreé sedl  ades batailles. Lt arlt ou tsteC .riuf ed étilissibimpos l danrt,eduae  taptresise ,dsoe  mnt ne ngilort sepuger. Lesndre dan euam iome iocmm
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant