Le Monde selon Fo

De
Publié par

«J’ai quatre-vingts ans mais en ai vécu cent cinquante. Si on compte l’âge de Franca de la même façon, nous cumulons à nous deux pas loin de trois siècles. C’est beaucoup pour deux vies mais il est vrai que toutes ces années, sans exception, ont été intenses et magnifiques. Les mois duraient soixante jours, les jours quarante-huit heures... Oui, nous avons vécu à deux une multitude de vies.»
C’est à une délicieuse leçon de vie, de politique, de culture, d’espoir en l’intelligence des humbles que nous invitent ces conversations au ton alerte et simple. À travers le récit de son passé et de sa pratique théâtrale, Dario Fo laisse transparaître sa sensibilité, sa virulence contre les hypocrisies du pouvoir, sa maestria comique, sa profonde érudition. Sur le ton léger de l’anecdote souvent cocasse, il nous restitue tout un climat culturel: son Italie de l’après-guerre, sa fidélité aux idéaux de gauche, son combat contre toutes les formes de censure, son indépendance jamais démentie.

Traduit de l’italien par Dominique Vittoz

D.R.

Publié le : mercredi 1 octobre 2008
Lecture(s) : 46
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782213645704
Nombre de pages : 215
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
«J’ai quatre-vingts ans mais en ai vécu cent cinquante. Si on compte l’âge de Franca de la même façon, nous cumulons à nous deux pas loin de trois siècles. C’est beaucoup pour deux vies mais il est vrai que toutes ces années, sans exception, ont été intenses et magnifiques. Les mois duraient soixante jours, les jours quarante-huit heures... Oui, nous avons vécu à deux une multitude de vies.»
C’est à une délicieuse leçon de vie, de politique, de culture, d’espoir en l’intelligence des humbles que nous invitent ces conversations au ton alerte et simple. À travers le récit de son passé et de sa pratique théâtrale, Dario Fo laisse transparaître sa sensibilité, sa virulence contre les hypocrisies du pouvoir, sa maestria comique, sa profonde érudition. Sur le ton léger de l’anecdote souvent cocasse, il nous restitue tout un climat culturel: son Italie de l’après-guerre, sa fidélité aux idéaux de gauche, son combat contre toutes les formes de censure, son indépendance jamais démentie.


Traduit de l’italien par Dominique Vittoz
D.R.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi