//img.uscri.be/pth/48751e062b292177a5a1f060d012fe01a4205eef
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - MOBI - PDF

sans DRM

Le mystère de Tauxigny

De
34 pages

La vie de Charline bascule le jour où elle découvre les mémoires d'un homme du XIXème siècle mentionnant l'adresse d'un site internet...


Voir plus Voir moins

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-71159-5

 

© Edilivre, 2014

 

OOPart : sigle utilisé en langue anglaise pour Out of Place Artifact, c’est-à-dire en français : « objet fabriqué hors de sa place » ou « objet hors contexte » ou encore, plus précisément, « artefact (objet fabriqué) qui ne devrait pas être là ».

La création de cette expression est attribuée au zoologiste américain Ivan T. Sanderson qui l’emploie pour désigner un vestige archéologique ou historique dont la présence sur le site de sa découverte constitue a priori une énigme.

Source : Wikipédia.

Citation

 

 

« Croire tout découvert est une erreur profonde ; C’est prendre l’horizon pour les bornes du monde. »

Antoine-Marin Lemierre.

Début des années 2000

Charline venait d’arriver dans la ferme des Planquin en cet après-midi de juillet, sous un soleil de plomb qui promettait un été ensoleillé et lourd. Elle gara sa voiture dans la petite cour poussiéreuse et en sortit pour contempler son lieu pour les deux prochaines semaines. Son regard conquérant aux yeux noisette scrutait chaque recoin.

Deux mois auparavant, alors qu’elle cherchait du travail, elle était tombée sur l’annonce de M. et Mme Planquin, résidant à Tauxigny, qui proposaient, contre rémunération, la garde de leur ferme pendant quinze jours. Ce couple de septuagénaires avait décidé de partir en croisière sur le Nil, voyage offert par leurs enfants, et recherchait quelqu’un pour s’occuper, pendant leur absence, des poules, des deux labradors, du potager, et de l’entretien du lieu tout en le surveillant. Charline les contacta via l’association qui avait présenté leur offre sur internet et en moins d’un mois, l’affaire fut bouclée. S’occuper de quelques tâches dans une ferme, il y avait pire comme travail. Elle géolocalisa Tauxigny sur son GPS et découvrit qu’il s’agissait d’un village à une trentaine de kilomètres de Tours. Les Planquin habitaient non loin du lieu-dit La Gaudinière, un endroit entouré de champs et de verdure avec des voisins assez éloignés. La tranquillité de la campagne. Une pause dans sa vie lui permettant d’oublier sa recherche d’emploi infructueuse. Une parenthèse qui, l’espérait-elle, interromprait les cauchemars angoissants qui la poursuivaient depuis son plus jeune âge.

Charline sortit les clés que lui avait envoyées l’association et s’approcha de la porte d’entrée tout en observant l’environnement de la cour. Les poules caquetaient dans leur cage, un chat se leva nonchalamment, intrigué par la nouvelle arrivante, et les deux labradors aboyèrent à l’intérieur de la maison, derrière la baie vitrée où les rideaux s’agitaient sur leur museau. La bâtisse en forme de U, dont la toiture était parsemée de mousse, souffrait de rafistolages de fortune, tandis que certaines façades, comme celles de la vieille étable, qui n’avait pas dû accueillir d’animaux depuis des dizaines d’années, avait subi l’usure du...