Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

2
Le paradis des damnés
3
Michèle Guerber
Le paradis des damnés
Nouvelles
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2007 www.manuscrit.com ISBN : 2-7481-9744-5 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782748197440 (livre imprimé) ISBN : 2-7481-9745-3 (livre numérique) ISBN 13 : 9782748197457 (livre numérique)
6
.
8
INTRODUCTION
Lequel d’entre nous ne s’est jamais réveillé en sursaut, au beau milieu de la nuit, tremblant d’effroi, le front ruisselant et le cœur déchaîné ? Qui, parmi nous, peut assurer n’avoir jamais ressenti le frôlement d’un courant d’air glacé dans son dos même en période de forte chaleur ? Qui n’a jamais eu de mauvais pressentiments ? En fait, nous sommes tous confrontés, un jour ou l’autre, à ces manifestations extrasensorielles auxquelles nous attachons peu d’importance parce que nous savons, de manière rationnelle, qu’elles utilisent notre émotivité et notre réceptivité pour induire des pensées néfastes susceptibles de modifier provisoirement notre comportement. Cela se traduit généralement par un mal-être incontrôlable capable d’annihiler partiellement notre aptitude à agir normalement. La prudence et la réserve sont alors nos seules armes pour lutter efficacement contre ces perturbations dont les conséquences se résumeront à nous gâcher tout ou partie de la journée. Et sans
9
Le paradis des damnés
même nous en rendre compte, nous reprendrons nos activités et oublierons bien vite le fâcheux épisode.Cependant, il n’en va pas toujours aussi facilement, notamment dans le cas d’un cauchemar éprouvant qui laisse paradoxalement une étrange impression de réel. Car, si le rêve en lui-même appartient à l’imaginaire et ne doit être attribué qu’à un désordre du subconscient, la sensation indicible d’avoir traversé une autre dimension ne peut être occultée. C’est à ce moment qu’intervient le scepticisme, bien naturel, puisqu’il est aussi difficile d’admettre que nous avons pu perdre le contrôle de nos pensées, ne fût-ce qu’un instant, que d’accepter le fait d’y avoir été contraint. Mais contraint par qui et par quoi ? Là réside toute l’énigme, au plus profond de l’irrationnel dans lequel, à chaque fois que cela nous arrange, nous enfouissons nos doutes et nos angoisses pour qu’ils ne nous encombrent plus. Parce que par une belle nuit de juillet, aussi profonde que mystérieuse, nous décidons de nous asseoir au bord du monde avec l’envie de nous échapper de nous-mêmes tout en invitant la fantasmagorie des ténèbres à nous absorber totalement jusqu’à nous amener à un état extatique. Cet état second, très bénéfique et pour le corps et pour l’esprit dans la plupart des cas, présente également un risque certain. En
10