Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 17,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

Nuit blanche à Istanbul

de les-editions-du-cram

Nickel Chrome

de editions-actes-sud

A pierre fendre

de Bragelonne

Vous aimerez aussi

2084. La fin du monde

de editions-gallimard

7

de editions-gallimard

La sœur

de editions-gallimard

suivant
ALEXANDER ILICHEVSKY
LE PERSAN
R O MA N T R A D U I T D U R U S S E PA R H É L È N E S I N A N Y
G A L L I M A R D
Du monde entier
A L E X A N D E R I L I C H E V S K Y
L E
P E R S A N
r o m à n
Traduit du russe par Hélène Sinany
G A L L I M A R D
Titre original : пepc
©Alexander Ilichevsky, 2010. © Éditions Gallimard, 2014, pour la traduction française.
Dédié à Alexeï Parchikov
1
chap i te p e i e 
Envol
Son çàlÉndrîÉr dÉs sàînTs s’ouvràîT sur AmÉlîà EàràrT ÉT LÉvànÉvsky : àussî loîn qu’ÉllÉ rÉmonTÉ dàns sà mémoîrÉ, ÉllÉ àvàîT Toujours rêvé dÉ volÉr ÉT dÉ rÉTrouvÉr lÉs lîÉux dÉ là morT dÉs grànds îloTÉs ; dàns lÉs ÉTîTÉs çlàssÉs, ÉllÉ éTàîT àlléÉ àu çlub dÉ modélîsmÉ, uîs dÉ îloTàgÉ dÉ là-nÉur, ÉT àu lyçéÉ ÉllÉ àvàîT çommÉnçé À sàuTÉr Én àràçuTÉ. Dàns un çàdrÉ, àu-dÉssus d’unÉ çàrTÉ dÉs gràndÉs rÉmîèrÉs àérîÉnnÉs, unÉ oTogràîÉ d’AmÉlîà sourîànTÉ, àssîsÉ lÉs jàmbÉs sur lÉ çoçkîT. VîsséÉ àu làfond dÉ sà çàmbrÉ, unÉ élîçÉ À Troîs àlÉs (quàTrÉ TràçÉs dÉ bàllÉ ÉT unÉ fîssurÉ sur lÉs àlÉs) : sur l’àérodromÉ roçÉ dÉ là gàrÉ fÉrrovîàîrÉ dÉ 1 Nàssosny* , son èrÉ (quî àvàîT çonsTruîT çÉT àérodromÉ) l’àvàîT TroquéÉ Én 1943 àvÉç un TÉçnîçîÉn quî àssuràîT l’Én-TrÉTîÉn du Cobrà dÉ PokryçkînÉ, l’às dÉ l’àvîàTîon, çonTrÉ unÉ fÉmÉllÉ d’ÉsTurgÉon dÉ çînq çÉnTs kîlos lÉînÉ d’œufs. GrâçÉ àu LÉnd-LÉàsÉ, là réonsÉ àmérîçàînÉ àux MÉssÉrsç-
1. LÉs àsTérîsquÉs rÉnvoîÉnT àu lÉxîquÉ Én fîn dÉ volumÉ. ouTÉs lÉs noTÉs sonT dÉ là TràduçTrîçÉ, sàuf îndîçàTîon çonTràîrÉ.
9
mîTT àrrîvàîT àr lÉ golfÉ PÉrsîquÉ : nos àvîàTÉurs àmÉnàîÉnT d’Iràn lÉs légÉndàîrÉs çàssÉurs vÉnTrus ÉT lÉs ÉmmÉnàîÉnT àu çombàT. Là rÉmîèrÉ çosÉ qu’ÉllÉ voyàîT àu mur dÉ sà çàmbrÉ Én ouvrànT lÉs yÉux lÉ màTîn, ç’éTàîÉnT lÉs çroquîs àu çînquîèmÉ du Cobrà légÉndàîrÉ, çoîés dàns un màgàzînÉ sur dÉs fÉuîllÉs À dÉssîn çolléÉs ÉnsÉmblÉ. á sÉîzÉ àns ÉllÉ çom-TàîT déjÀ soîxànTÉ-quàTorzÉ sàuTs, donT quînzÉ À ouvÉrTurÉ rÉTàrdéÉ. FrêlÉ ÉT mînçÉ blondînÉ, ÉllÉ àvàîT du màl À soulÉ-vÉr lÉ sàç àràçuTÉ, màîs ouvàîT réçîTÉr d’unÉ TràîTÉ TouT lÉ « PoèmÉ dÉ l’àîr* » ou « LÉ nuàgÉ Én ànTàlon* », ÉndànT unÉ romÉnàdÉ Én monTàgnÉ àr ÉxÉmlÉ, ou àrès là gym-nàsTîquÉ du màTîn, àu bord dÉ là mÉr, quànd ÉllÉ monTàîT sur un bànç dÉ là làgÉ ÉT qu’ÉllÉ ÉxosàîT son vîsàgÉ ÉT sà oîTrînÉ àux ràyons du solÉîl lÉvànT Én lÉur TÉndànT lÉs bràs : unÉ gymnàsTîquÉ oéTîquÉ our s’ouvrîr lÉs oumons. Là myoîÉ l’àvàîT fràéÉ l’éTé àvànT là TÉrmînàlÉ : l’îm-rÉssîon çonsTànTÉ dÉ nÉ às àrrîvÉr À nÉTToyÉr là oussîèrÉ dàns sÉs yÉux. EllÉ nÉ s’éTàîT às résîgnéÉ àux Troîs dîoTrîÉs, ÉT jusqu’àu bouT dÉ sÉs éTudÉs ÉllÉ nÉ s’éTàîT às însTàlléÉ àu rÉmîÉr ràng, quî rÉsTàîT vîdÉ ; ÉllÉ éTàîT TouT lÉ TÉms Én Tràîn dÉ lîssÉr lÉs àuîèrÉs ; àu çînémà, ÉllÉ déTàîllàîT lÉ vîsàgÉ dÉs éros àr l’œîllÉTon formé ÉnTrÉ lÉs çoussînÉTs dÉs àlàngÉs dÉ son îndÉx lîé Én rond. Màîs son rêvÉ dÉ volÉr, îl àvàîT fàllu y rÉnonçÉr.
2
EllÉ éTàîT rÉsTéÉ lànTéÉ sàns bougÉr, n’àvàîT às çouru àvÉç lÉs àuTrÉs quî s’égàîllàîÉnT Én Tous sÉns quànd IvànT-çÉnko, lÉ àrdî îloTÉ du « çouçou », àvàîT, our frîmÉr àvànT là soîréÉ dànsànTÉ, fàîT dÉs looîngs màlàdroîTs àu-dÉssus dÉs çàms dÉ çoTon quî ÉsçàlàdàîÉnT lÉs çonTrÉforTs dÉs monTàgnÉs jusqu’À là fronTîèrÉ îrànîÉnnÉ, lÀ où Tous lÉs élèvÉs dÉ son ànnéÉ éTàîÉnT àllés quÉlquÉs sÉmàînÉs Én sÉ-
1
0