Le Persan

De
Publié par

Ilia Doubnov rentre dans sa ville natale, en Azerbaïdjan, après de nombreuses années passées à l’étranger. Devenu un géophysicien reconnu, il retrouve son grand ami d’enfance nommé Hachem, d’origine iranienne, qui avait dû fuir son pays pour rejoindre cette zone frontalière après la révolution de 1979. Les deux protagonistes sont passionnés depuis toujours par la science et y consacrent leur vie, chacun à sa manière : Ilia travaille pour un grand groupe pétrolier alors que Hachem essaie de fonder une société utopique où règnerait une harmonie parfaite entre l’homme et la nature.
Dans cette région extrêmement polluée, Ilia décide de rejoindre le combat de Hachem et de tout faire pour sauver de l’extinction l’outarde houbara, un oiseau chassé par les fauconniers arabes jusque dans les contrées les plus éloignées de l’Asie centrale. Lorsque des émirs arrivent et essaient d’attraper les dernières outardes pour satisfaire le Prince, l’utopie se transforme peu à peu en combat…
Dans un récit poétique et rythmé, Alexander Ilichevsky nous conduit en Azerbaïdjan où se cristallisent la plupart des enjeux de notre monde contemporain : le rôle de la science, la place de l’écologie, les confrontations sociales et le fondamentalisme religieux. Le Persan est un roman aussi ambitieux qu’envoûtant, une très belle découverte.
Publié le : jeudi 19 juin 2014
Lecture(s) : 26
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782072462696
Nombre de pages : 624
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
ALEXANDER ILICHEVSKY
LE PERSAN
R O MA N T R A D U I T D U R U S S E PA R H É L È N E S I N A N Y
G A L L I M A R D
Du monde entier
A L E X A N D E R I L I C H E V S K Y
L E
P E R S A N
r o m à n
Traduit du russe par Hélène Sinany
G A L L I M A R D
Titre original : пepc
©Alexander Ilichevsky, 2010. © Éditions Gallimard, 2014, pour la traduction française.
Dédié à Alexeï Parchikov
1
chap i te p e i e 
Envol
Son çàlÉndrîÉr dÉs sàînTs s’ouvràîT sur AmÉlîà EàràrT ÉT LÉvànÉvsky : àussî loîn qu’ÉllÉ rÉmonTÉ dàns sà mémoîrÉ, ÉllÉ àvàîT Toujours rêvé dÉ volÉr ÉT dÉ rÉTrouvÉr lÉs lîÉux dÉ là morT dÉs grànds îloTÉs ; dàns lÉs ÉTîTÉs çlàssÉs, ÉllÉ éTàîT àlléÉ àu çlub dÉ modélîsmÉ, uîs dÉ îloTàgÉ dÉ là-nÉur, ÉT àu lyçéÉ ÉllÉ àvàîT çommÉnçé À sàuTÉr Én àràçuTÉ. Dàns un çàdrÉ, àu-dÉssus d’unÉ çàrTÉ dÉs gràndÉs rÉmîèrÉs àérîÉnnÉs, unÉ oTogràîÉ d’AmÉlîà sourîànTÉ, àssîsÉ lÉs jàmbÉs sur lÉ çoçkîT. VîsséÉ àu làfond dÉ sà çàmbrÉ, unÉ élîçÉ À Troîs àlÉs (quàTrÉ TràçÉs dÉ bàllÉ ÉT unÉ fîssurÉ sur lÉs àlÉs) : sur l’àérodromÉ roçÉ dÉ là gàrÉ fÉrrovîàîrÉ dÉ 1 Nàssosny* , son èrÉ (quî àvàîT çonsTruîT çÉT àérodromÉ) l’àvàîT TroquéÉ Én 1943 àvÉç un TÉçnîçîÉn quî àssuràîT l’Én-TrÉTîÉn du Cobrà dÉ PokryçkînÉ, l’às dÉ l’àvîàTîon, çonTrÉ unÉ fÉmÉllÉ d’ÉsTurgÉon dÉ çînq çÉnTs kîlos lÉînÉ d’œufs. GrâçÉ àu LÉnd-LÉàsÉ, là réonsÉ àmérîçàînÉ àux MÉssÉrsç-
1. LÉs àsTérîsquÉs rÉnvoîÉnT àu lÉxîquÉ Én fîn dÉ volumÉ. ouTÉs lÉs noTÉs sonT dÉ là TràduçTrîçÉ, sàuf îndîçàTîon çonTràîrÉ.
9
mîTT àrrîvàîT àr lÉ golfÉ PÉrsîquÉ : nos àvîàTÉurs àmÉnàîÉnT d’Iràn lÉs légÉndàîrÉs çàssÉurs vÉnTrus ÉT lÉs ÉmmÉnàîÉnT àu çombàT. Là rÉmîèrÉ çosÉ qu’ÉllÉ voyàîT àu mur dÉ sà çàmbrÉ Én ouvrànT lÉs yÉux lÉ màTîn, ç’éTàîÉnT lÉs çroquîs àu çînquîèmÉ du Cobrà légÉndàîrÉ, çoîés dàns un màgàzînÉ sur dÉs fÉuîllÉs À dÉssîn çolléÉs ÉnsÉmblÉ. á sÉîzÉ àns ÉllÉ çom-TàîT déjÀ soîxànTÉ-quàTorzÉ sàuTs, donT quînzÉ À ouvÉrTurÉ rÉTàrdéÉ. FrêlÉ ÉT mînçÉ blondînÉ, ÉllÉ àvàîT du màl À soulÉ-vÉr lÉ sàç àràçuTÉ, màîs ouvàîT réçîTÉr d’unÉ TràîTÉ TouT lÉ « PoèmÉ dÉ l’àîr* » ou « LÉ nuàgÉ Én ànTàlon* », ÉndànT unÉ romÉnàdÉ Én monTàgnÉ àr ÉxÉmlÉ, ou àrès là gym-nàsTîquÉ du màTîn, àu bord dÉ là mÉr, quànd ÉllÉ monTàîT sur un bànç dÉ là làgÉ ÉT qu’ÉllÉ ÉxosàîT son vîsàgÉ ÉT sà oîTrînÉ àux ràyons du solÉîl lÉvànT Én lÉur TÉndànT lÉs bràs : unÉ gymnàsTîquÉ oéTîquÉ our s’ouvrîr lÉs oumons. Là myoîÉ l’àvàîT fràéÉ l’éTé àvànT là TÉrmînàlÉ : l’îm-rÉssîon çonsTànTÉ dÉ nÉ às àrrîvÉr À nÉTToyÉr là oussîèrÉ dàns sÉs yÉux. EllÉ nÉ s’éTàîT às résîgnéÉ àux Troîs dîoTrîÉs, ÉT jusqu’àu bouT dÉ sÉs éTudÉs ÉllÉ nÉ s’éTàîT às însTàlléÉ àu rÉmîÉr ràng, quî rÉsTàîT vîdÉ ; ÉllÉ éTàîT TouT lÉ TÉms Én Tràîn dÉ lîssÉr lÉs àuîèrÉs ; àu çînémà, ÉllÉ déTàîllàîT lÉ vîsàgÉ dÉs éros àr l’œîllÉTon formé ÉnTrÉ lÉs çoussînÉTs dÉs àlàngÉs dÉ son îndÉx lîé Én rond. Màîs son rêvÉ dÉ volÉr, îl àvàîT fàllu y rÉnonçÉr.
2
EllÉ éTàîT rÉsTéÉ lànTéÉ sàns bougÉr, n’àvàîT às çouru àvÉç lÉs àuTrÉs quî s’égàîllàîÉnT Én Tous sÉns quànd IvànT-çÉnko, lÉ àrdî îloTÉ du « çouçou », àvàîT, our frîmÉr àvànT là soîréÉ dànsànTÉ, fàîT dÉs looîngs màlàdroîTs àu-dÉssus dÉs çàms dÉ çoTon quî ÉsçàlàdàîÉnT lÉs çonTrÉforTs dÉs monTàgnÉs jusqu’À là fronTîèrÉ îrànîÉnnÉ, lÀ où Tous lÉs élèvÉs dÉ son ànnéÉ éTàîÉnT àllés quÉlquÉs sÉmàînÉs Én sÉ-
1
0
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

2084. La fin du monde

de editions-gallimard

Le nouveau nom

de editions-gallimard

La sœur

de editions-gallimard

suivant