Le Pharmacien de Saint-Pol

De
Publié par

Nicolas Zerva Papadopoulos est né en Crète, l’île de Candie, en 1812. Il a à peine 10 ans lorsque les Crétois se soulèvent contre l’occupation turque. Son père est un capetan, un chef de guerre, décidé à reconquérir sa liberté. Lui et sa femme sont massacrés, laissant Nicolas orphelin, contraint de fuir et de se réfugier en France où il trouve de puissants protecteurs philhellènes, émus du destin tragique de la Grèce et de ce jeune garçon. C’est grâce au poète Lamartine qu’il peut étudier au lycée Henri IV, puis à l’école de pharmacie. Il se passionne pour cette science capable d’apaiser les souffrances et de prévenir les maladies. A l’exemple de son maître, Joseph Pelletier, qui avec Camantou a mis au point la quinine, il veut chercher et découvrir les vertus curatives des minéraux et des plantes, en particulier celles de cette fameuse plante crétoise qui le fascine : le dictame. Lutter contre la maladie et la monarchie, voilà ses plus grands rêves ! A Paris, loin des massacres et de la peur, Nicolas ose croire en sa chance et ses talents. Il découvre l’amour, le bonheur, même si parfois le malheur le rattrape, lui enlevant sa femme adorée, morte en couches, l’obligeant à se battre contre la fatalité et le deuil et à construire ailleurs, plus au nord, à Saint-Pol-en-Ternoise et à Aubigny-en-Artois, une nouvelle existence. Un très beau roman sur le destin d’un homme de science et d’idéaux en des temps passionnants où règnent le Romantisme et la foi dans le progrès.
Publié le : mercredi 2 avril 2008
Lecture(s) : 24
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782709632393
Nombre de pages : 309
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Nicolas Zerva Papadopoulos est né en Crète, l’île de Candie, en 1812. Il a à peine 10 ans lorsque les Crétois se soulèvent contre l’occupation turque. Son père est un capetan, un chef de guerre, décidé à reconquérir sa liberté. Lui et sa femme sont massacrés, laissant Nicolas orphelin, contraint de fuir et de se réfugier en France où il trouve de puissants protecteurs philhellènes, émus du destin tragique de la Grèce et de ce jeune garçon. C’est grâce au poète Lamartine qu’il peut étudier au lycée Henri IV, puis à l’école de pharmacie. Il se passionne pour cette science capable d’apaiser les souffrances et de prévenir les maladies. A l’exemple de son maître, Joseph Pelletier, qui avec Camantou a mis au point la quinine, il veut chercher et découvrir les vertus curatives des minéraux et des plantes, en particulier celles de cette fameuse plante crétoise qui le fascine : le dictame. Lutter contre la maladie et la monarchie, voilà ses plus grands rêves ! A Paris, loin des massacres et de la peur, Nicolas ose croire en sa chance et ses talents. Il découvre l’amour, le bonheur, même si parfois le malheur le rattrape, lui enlevant sa femme adorée, morte en couches, l’obligeant à se battre contre la fatalité et le deuil et à construire ailleurs, plus au nord, à Saint-Pol-en-Ternoise et à Aubigny-en-Artois, une nouvelle existence. Un très beau roman sur le destin d’un homme de science et d’idéaux en des temps passionnants où règnent le Romantisme et la foi dans le progrès.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.