Le play-boy

De
Publié par

La côte d'Azur, en Ao-t. Un été où explose le désir de vivre, dans la société encore troublée de l'après-guerre : banditisme, agitation sociale, inégalité des fortunes. Tandis que la grève des chemins de fer paralyse les vacanciers dans les gares, la fête bat son plein à l'hôtel de la Murène, à Juan les Pins. Une bâtisse baroque que son propriétaire, l'antiquaire Claude Barouleau, a richement meublée à l'intention des privilégiés de ce monde.

Dans un carrousel de limousines et de cabriolets de sport, les rois de la Côte s'amusent. Ils ont de l'argent, peu importe d'où il vient. Il y a bien de faux accents, dans ce concert. De mauvaises surprises. Trois ans auparavant, l'inspecteur Borniche a arrêté les voleurs de bijoux de la Begum... Tout se mélange, au bord de la Grande Bleue : les gens du monde et les truands, les homosexuels et les hommes à femmes, les vrais riches et les faux, les gigolos et les naïfs, les vedettes et les mouchards...

Lorsque la femme de Lazlo Trokian, le célèbre joaillier de l'avenue Montaigne, apprend à son réveil que ses somptueux bijoux, ainsi qu'une collection de son mari, ont disparu du coffre de l'hôtel de la Murène dans des conditions rocambolesques, la valse des suspects commence. L'as de la S-reté, l'inspecteur Borniche, arrive de Paris pour prêter main-forte à ses collègues du Midi.

Le voici aux prises avec cette faune de Juan-les-Pins, dont les racines et les ramifications s'étendent jusqu'à Monte-Carlo, jusqu'à Marseille, jusqu'à Paris, et même au-delà des frontières. Sans se départir de son humour ni de sa patience, le célèbre auteur de Flic-Story et du Gang traque un par un ses suspects.

Le coupable peut être n'importe lequel d'entre eux... pourquoi pas, même la victime ?

Tout au long d'une enquête menée tambour battant, c'est le monde où nous vivons qui révèle ses secrets les mieux enfouis, depuis les mystères de la police jusqu'à l'origine des fortunes. Et nous n'avons pas fini d'en apprendre...
Publié le : mardi 13 avril 1976
Lecture(s) : 16
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246799702
Nombre de pages : 400
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
La côte d'Azur, en Ao-t. Un été où explose le désir de vivre, dans la société encore troublée de l'après-guerre : banditisme, agitation sociale, inégalité des fortunes. Tandis que la grève des chemins de fer paralyse les vacanciers dans les gares, la fête bat son plein à l'hôtel de la Murène, à Juan les Pins. Une bâtisse baroque que son propriétaire, l'antiquaire Claude Barouleau, a richement meublée à l'intention des privilégiés de ce monde.

Dans un carrousel de limousines et de cabriolets de sport, les rois de la Côte s'amusent. Ils ont de l'argent, peu importe d'où il vient. Il y a bien de faux accents, dans ce concert. De mauvaises surprises. Trois ans auparavant, l'inspecteur Borniche a arrêté les voleurs de bijoux de la Begum... Tout se mélange, au bord de la Grande Bleue : les gens du monde et les truands, les homosexuels et les hommes à femmes, les vrais riches et les faux, les gigolos et les naïfs, les vedettes et les mouchards...

Lorsque la femme de Lazlo Trokian, le célèbre joaillier de l'avenue Montaigne, apprend à son réveil que ses somptueux bijoux, ainsi qu'une collection de son mari, ont disparu du coffre de l'hôtel de la Murène dans des conditions rocambolesques, la valse des suspects commence. L'as de la S-reté, l'inspecteur Borniche, arrive de Paris pour prêter main-forte à ses collègues du Midi.

Le voici aux prises avec cette faune de Juan-les-Pins, dont les racines et les ramifications s'étendent jusqu'à Monte-Carlo, jusqu'à Marseille, jusqu'à Paris, et même au-delà des frontières. Sans se départir de son humour ni de sa patience, le célèbre auteur de Flic-Story et du Gang traque un par un ses suspects.

Le coupable peut être n'importe lequel d'entre eux... pourquoi pas, même la victime ?

Tout au long d'une enquête menée tambour battant, c'est le monde où nous vivons qui révèle ses secrets les mieux enfouis, depuis les mystères de la police jusqu'à l'origine des fortunes. Et nous n'avons pas fini d'en apprendre...
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi