Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 7,97 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Partagez cette publication

Publications similaires

La vitre

de Manuscrit

De la supériorité des femmes

de editions-flammarion

Vous aimerez aussi

Regard à l'ouest

de Mon-Petit-Editeur

Le Trouble-vie

de Mon-Petit-Editeur

suivant
Dominique Piferini LE PORTRAIT BLANC…
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France IDDN.FR.010.0120069.000.R.P.2014.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication par Mon Petit Éditeur en 2014
Retrouvez l’auteur sur son site Internet : http://www.dominique-piferini.monpetitediteur.com
À mes enfants, Sébastien, Camille et Soveria. À Lilou et Emma-Lucia quand elles seront des Femmes heureuses. À petit Paul qui ne fera jamais souffrir personne, pas même Lui. Aux hommes… à l’Homme, sans qui je n’aurais jamais découvert le vertigineux chemin de croix qu’est la passion.
Bastia, 14 novembre 2022
Maman est morte la semaine dernière, à soixante-douze ans, dans son sommeil, certainement à la suite d’une de ces fréquen-tes palpitations qui d’ordinaire la réveillaient et qui cette fois l’ont à jamais endormie. Elle vivait seule depuis le décès accidentel de Papa il y a dix ans, mais c’est chez moi qu’elle a choisi de mourir, à l’occasion de sa tournée annuelle : un mois de relation privilégiée chez chacun de nous, un mois de vie de famille où nous nous retrou-vons tous les trois chez elle pendant l’été et huit mois de solitude. Toujours cette même rigueur depuis des années ! Elle se méfiait trop des hasards, elle organisait : Mars chez Raphaël à Toulon, Mai chez Clément à Paris, Octobre chez moi, Lila, à Bastia et août chez elle à Venaco dans son chalet de montagne, celui construit pour la retraite, sur le terrain hérité de son père. Il est très beau ce chalet, et maintenant très fonctionnel mais trop isolé pour y vivre seule à son âge. J’en parlais il y a peu avec mes frères ; comment la convain-cre de le quitter avant qu’il ne soit trop tard ? Nous avions peur de la blesser en évoquant le terme d’une si longue solitude. Elle nous a évité ce débat. Résidant dans la même région, je ne la voyais pourtant pas plus que mes frères ; chacun son mois, celui de notre anniver-saire. Souci d’équité ? Sans doute, mais surtout goût du symbole ; c’eût été une maladresse douloureuse pour elle de ne pas être présente à chaque nouvelle échéance de nos vies. Jamais elle
9
LE PORTRAIT BLANC…
n’expliqua ce choix, pas plus que les autres d’ailleurs. La parole n’était pas son fort, il fallait deviner et comprendre ou risquer son indifférence. Papa s’en plaignait déjà lorsque nous étions enfants. La froideur et le silence qui se transformaient en brasier les nuits où ils s’aimaient… il lui en avait souvent fait le repro-che, ne s’habituant pas à cette dualité qui le jetait dans ce doute affectif insupportable pour lui. Ils s’étaient même séparés quel-que temps pour ça, je crois. Mais elle n’avait jamais changé ; impossible pour elle de ver-baliser la tendresse, l’amour ou la douleur. Protégée par cette carapace que certains appelaient « classe », cela l’avait surtout isolée et enfermée dans ses douleurs, jusqu’à taire la légitime souffrance du deuil lorsque Papa est mort. Nous n’avons pas vu ses larmes, ou si discrètes… elle a feint de ne pas voir les nô-tres. Elle avait préféré agir et organiser des obsèques somptueu-ses, prenant soin d’interdire ces funérailles aux fâcheux, aux faux amis, anciens adversaires, parents de sang mais non de cœur. Me tenant par la main gauche, Raphaël et Clément derrière nous et nous encadrant de leur imposante stature, elle avait pas-sé son bras droit dans les rênes de Samsara, leur dernière jument, qui marchait à nos côtés, suivant sur deux kilomètres le cercueil de bois d’ébène, sans étonnement d’être ainsi confon-due à la foule pour une promenade au pas ; parfum de scandale quand elle avait brouté entre les tombes… nous avions ri ! Des amis musiciens étaient venus jouer et chanter les textes écrits par Papa, nous y avions joint nos voix et ce fut la plus belle des prières qui l’accompagna au-delà. C’est chez moi qu’elle est morte. Je l’ai trouvée à midi, paisible dans son lit, presque sans ri-des.
10