Le procès de Louis XVI

De
Publié par

Il y a exactement deux siècles, de novembre 1792 au 21 janvier 1793, jour de son exécution, la Convention jugea Louis XVI devenu Louis Capet et à une faible majorité le déclara coupable. C'est en avocat pénaliste que Paul Lombard réagit. Quelle est la légitimité de la Convention ? Sur quelles bases juridiques Louis Capet fut-il accusé ? L'ordonnance criminelle de 1670, donc l'ancien régime, ou la réforme de la constituante ? Tout était-il joué d'avance ? Comment s'organisa la défense de Louis XVI ? Que pouvait répondre le ci-devant Louis à Robespierre qui criait : "Je propose à regret cette fatale vérité : Louis doit mourir parce qu'il faut que la patrie vive", ou à Saint-Just : "On ne peut régner innocemment" ? Sait-on que, lors du scrutin fatal, une voix, celle du député Champigny-Clement, fit basculer la majorité ? "Si j'avais eu à défendre Louis XVI" ? se demande aujourd'hui Me Paul Lombard. Il appelle les témoins, instruit le procès à charge et à décharge, en historien, produit des documents inédits, tire de l'ombre un député peureux et rend justice, convaincu mais impartial, aux septuagénaires avocats de Louis Capet.
Publié le : mercredi 20 janvier 1993
Lecture(s) : 22
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246391593
Nombre de pages : 352
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Il y a exactement deux siècles, de novembre 1792 au 21 janvier 1793, jour de son exécution, la Convention jugea Louis XVI devenu Louis Capet et à une faible majorité le déclara coupable. C'est en avocat pénaliste que Paul Lombard réagit. Quelle est la légitimité de la Convention ? Sur quelles bases juridiques Louis Capet fut-il accusé ? L'ordonnance criminelle de 1670, donc l'ancien régime, ou la réforme de la constituante ? Tout était-il joué d'avance ? Comment s'organisa la défense de Louis XVI ? Que pouvait répondre le ci-devant Louis à Robespierre qui criait : "Je propose à regret cette fatale vérité : Louis doit mourir parce qu'il faut que la patrie vive", ou à Saint-Just : "On ne peut régner innocemment" ? Sait-on que, lors du scrutin fatal, une voix, celle du député Champigny-Clement, fit basculer la majorité ? "Si j'avais eu à défendre Louis XVI" ? se demande aujourd'hui Me Paul Lombard. Il appelle les témoins, instruit le procès à charge et à décharge, en historien, produit des documents inédits, tire de l'ombre un député peureux et rend justice, convaincu mais impartial, aux septuagénaires avocats de Louis Capet.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.