Le Retardataire

De
Publié par

Sous le couvert d’un ton en demi-teinte, mi-autoportrait, mi-testamentaire, le roman part d’un alibi ordinaire: les crises chaudes qui enflamment, à l’adolescence, les relations parents-enfants et plus précisément, père-fils. Une relation chargée de symboles et de mystère mais que la modernité dans sa quête infinie de liberté n’a eu de cesse de banaliser, de vider de son contenu sacré en la dé-ritualisant avec, semble-t-il, la complicité consciente ou inconsciente des pères intellos. Surtout chez ceux obligés de se métisser pour avoir droit de participer pleinement à la construction de leur société d’accueil. Cette écriture prospective de type "préemptive" conduit l’auteur à réinterroger l’une des clefs du dispositif de notre modernité: l’héritage, la transmission ou pour essayer d’être on ne peut plus précis, de ce que l’on ne peut livrer qu’en l’épelant. L’écriture s’emballe alors en récits croisés, en ouverture romancée des souvenirs accumulés le long des âges. On est emporté dans la valse des emboîtements d’histoires courant le long d’une même histoire, celle de l’après père, de l’après après, bref, de l’éternité de l’homme sur terre. C’est alors que l’on mesure le poids et le sens de cette question finalement essentielle et fondamentale à la fois: qu’a-t-on reçu? Que se doit-on de transmettre? Pourquoi, comment? Autant d’interrogations menées d’une écriture pétillante d’humanisme qui ne manque pas d’attraits et de saveur.
Publié le : vendredi 10 février 2012
Lecture(s) : 30
Tags :
Source : http://www.monpetitediteur.com/librairie/livre.php?isbn=9782748363722
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782748363722
Nombre de pages : 128
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Du même auteur
Quêtes de poésie engagée, poésie, Mon Petit Éditeur, 2010 Être de mots et de vers, poésie, éditions De lécrit au livre, 2010 Nègre, poésie, 2010 Le Grand frère, roman, 2010 Le Tchad aujourdhui. Guide de voyages et de découvertes, éditions Naire, 2010
Naire
LE RETARDATAIRE
Une façon d’écrire
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France
IDDN.FR.010.0116247.000.R.P.2011.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2011
À Falmata, Marie Royale, Doriane, Martin Francis et Alain Patrick
Toutes pensées affectueusement bénies de père. À Malou, Ernest, Annick, Lucie, Oscar, Gabi et Léa. Indestructible fraternité ! À mes quatre belles nièces de Belgique.
Cette uvre, inspirée par quelques éléments autobiographiques, demeure dans sa construction un récit de pure fiction. Aussi, toute ressemblance à des faits et situations réels, passés ou actuels et, doù quils soient, ne seraient que fortuite.
I Le temps commençait à hurler son impatience dans ce parc baigné de soleil où jai appris depuis quelques années déjà à venir distraire ma solitude et noyer mes angoisses. Il semblait sêtre lassé de mavoir nourri de lillusion selon laquelle il serait apprivoisable par quiconque sarmerait de patience arrêtée. Rien ne semblait y faire ces temps derniers. Notre harmonie connais-sait depuis dintermittentes mises en cause. La générosité que , longtemps nous partageâmes se dissipa, peu à peu, des poches de nos curs. Telle cette eau que lon voudrait retenir dans sa paume, le temps se mit, irréversiblement, à séchapper entre mes doigts. Nous devînmes graves lun pour lautre. Pourtant, que de longueur dâges ai-je vécu avec lui. Redoutant sa fluidité. Craignant ses soudaines brièvetés. Cauchemardant sur ses rap-pels des limites accordées à chacun. Ma vie durant, je fis semblant dignorer ses dictats indélicats. Sur cette pelouse bien entretenue qui sétalait devant moi dans ce parc, des petits enfants couraient et jouaient gaiement sous mon regard amusé. Deux ou trois ans au plus devaient avoir le grand dentre ces trois bouts de vie. Une petite fille et trois garçons déjà assez vifs. Ils mapparurent balbutier presque théâtralement déjà le profil des rôles distinctifs dhomme et de femme quils deviendraient à lété de leur âge. Cest bien curieux tout cela, me dis-je. Tendrement, mon cur frissonna de bon-heur à lémotion de mes yeux quaveuglait linnocence éclatante de leur enfance pourtant en timide compromission déjà. Lors-que je levais mon regard, de peur que lon me surprenne avec
9
LE RETARDATAIRE
une larme au coin de lil, sans comprendre pourquoi, je dé-couvris à une vingtaine de mètres de là deux femmes, sans doute les mamans de ces bouts de bonheur, causant gaiement elles aussi, comme si, en cette fin daprès midi, mon cher temps dautomne naissant sétait décidé à me laisser contempler lun de ces plus beaux tableaux réservés que je ne rêverais peut-être jamais. Étonnant, ces souvenirs souvent profonds et lointains quéveillent, en une fraction de seconde, une scène et des visa-ges enrobés démotion indéfinissables sur linstant. Douces vagues dune mer apaisée que son éclatant bleu de ciel vous laisse interdit. Paisibles prairies étalées sous les galops harmoni-sés de chevaux aussi beaux que la rareté de leur race pure. Dentelles de paysages lointains qui prolongent jusquà vos oreil-les le doux ruissellement des eaux parvenues là après tant dépreuves et dendurance pour chanter la gloire de la liberté. On sémerveille devant ces évocations déroulées, telle une toile géante peinte par une mystérieuse main. Tout mon être simmola dun étonnant feu de joie. Mon âme dansa frénéti-quement, telle cette flamme enchantée. Puis, soudainement, le soupçon de la fin de ce spectacle, vint troubler cette évasion que je navais plus depuis longtemps. Les deux femmes se levè-rent et appelèrent à elles les trois petits joyaux. Je me découvrais confus sans jamais oser revendiquer le droit de grâce que lon devait de laisser à mon grand âge de contempler la vie qui cour-rait encore malgré tout. En rentrant chez moi, une sorte de malice me gagna et des doublures de mon être séchappèrent, telles des pages senvolant au passage dun timide tourbillon, mes souvenirs accumulés. Que de bonheur ai-je longuement vécu et partagés depuis le premier jour de ma rencontre avec Adèle et, tout le temps de nos cinquante années de vie commune, jusquà ce terrible ins-tant où le visage vivant de lamour reçu et donné se figea avec gravité sur une expression défaite par les plissures de lâge.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant