Le roman d'Anna

De
Publié par

Anna, mourante, demande à Roger d'écrire leur histoire d'amour. Il repasse leur vie en revue. Installé dans sa petite vie morne, mais tranquille, il avait fait la rencontre de cette magnifique poupée « Barbie »... Il était marié... Elle était jeune, mais quand elle voulait quelque chose, elle le voulait bien... Entre eux, ce n'était pas qu'une histoire de sexe. Elle encaisse les coups portés à leur liaison sans qu'il s'en aperçoive réellement. Les petits nuages ne sont rien à coté de la catastrophe qui va s'abattre sur lui...sur eux par conséquence.
Publié le : jeudi 16 juin 2011
Lecture(s) : 126
EAN13 : 9782748180800
Nombre de pages : 287
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
2
Titre
Le roman d’Anna
3
Titre Regil Hans
Le roman d'Anna
Roman
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2006 www.manuscrit.com ISBN : 2-7481-8080-1livre imprimé ISBN 13 : 9782748180800livre imprimé ISBN : 2-7481-8080-1livre numérique ISBN 13 : 9782748180800livre numérique
6
Le roman d’Anna
A Anna, Celle qui fut un bref rayon de soleil, un coin de ciel bleu, dans une vie triste et morne. C’est à elle que je dédie ce livre, tous ces souvenirs que j’ai eu bien du mal à mettre sur papier. La pudeur… La crainte que nos sentiments puissent être mal interprété, que des gens pensent : une histoire de cul en plus… A Minouche, Je la remercie de m’avoir aimé, ensuite être restée mon amie et de m’avoir encouragé à rédiger ce roman. A Monick Debanne, Ma correctrice et amie de Lyon. A toutes… Les maîtresses que j’ai eu mais qui n’ont pas marqué ma vie…
7
Introduction
INTRODUCTION
On peut se sentir désespérément seul, en étant entouré de sa famille, d’amis, de collègues, de voisins… Parfois même, être trop sollicité, vous étouffe et vous donne encore plus la désagréable sensation de solitude. L’âge venant, on ne trouve pas toujours sa place, on a l’impression d’être né trop tôt, ou trop tard. L’intérêt que les autres vous portent peut se ressentir comme une agression, on se renferme sur soi, on craint les autres quand on ne les hait pas. On se sent mal aimé, seul dans la foule, alors on n’arrive plus à aimer personne, parfois on ne s’aime plus soi même. Et soudain, un événement imprévu, on se sent bien avec quelqu’un. On n’ose l’avouer, se l’avouer, mais on aime ! Mais s’il s’agit d’une personne d’un autre milieu, ou d’une autre génération, on n’ose pas y faire face, on préfère se cacher. On préserve son petit bonheur en espérant qu’il dure toujours. Et soudain, un bouleversement va entraîner une série de modifications dans une vie bien réglée. Sans préparation, on ne voit
9
Le roman d’Anna
pas de solutions. Il nous semble alors, foncer dans un mur sans pouvoir l’éviter. Et quand on ne voit plus de possibilités, c’est la déprime. Il est des combats ardus, parfois même perdus d’avance, mais qu’il nous faut mener. Souvent, ces combats sont contre nous même et ce sont les plus durs.
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Blind Spot, 2

de univers-partages-editions

Heureux les élus !

de numeriklivres