Le ruban de la fille du pape

De
Publié par

Une reconstitution et une reconstruction composent ce livre.
La première partie se veut aussi fidèle que possible à la réalité. La seconde relève de l’imagination.
En tombant sur un texte dans un magasin loin de Paris, le chef de file d’un mouvement intellectuel planétaire voit s’enrichir sa vision du monde tandis que le cours de la vie de l’auteur va en être bouleversé, entraînant des conséquences qu’aucun des deux ne mesure.
Tel est bien l’enjeu de la découverte d’Aimé Césaire par André Breton. L’épisode, célébrissime, n’a jamais été raconté qu’en quelques lignes : un jour de 1941, sur la route de New York, le fondateur du surréalisme découvre par hasard en Martinique la revue qu’Aimé Césaire a lancée avec des proches, à Fort-de-France. A sa lecture, il éprouve un choc inédit et demande à rencontrer l’auteur. Les deux hommes se voient dès le lendemain et deux cours, le littéraire d’un professeur de lycée et le sociétal de son île en seront durablement, profondément redéfinis. Par Breton, subjugué, Césaire entre triomphalement dans l’histoire des lettres, qui, elle aussi, en sera modifiée.
Voilà les faits.
Et si les événements s’étaient passaient autrement ? Et si l’Histoire était devenue folle ? La suite, forcément inattendue, est dans cette « fantaisie historique ».

Publié le : samedi 1 janvier 2011
Lecture(s) : 44
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782844508324
Nombre de pages : 112
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
PremIère partIe
La réalité
I
AUbe… PrénOm prOmetteUr d’Une jOUrnée reS-plendISSante. AU b… AU bOUt dU petIt matIn. PremIerS mOtS emblématIqUeS d’Un pOème fUlgUrant. « Au bout du petit matin », aInSI débUte le texte fOndateUr de la pOéSIe d’AImé CéSaIre. AUbe, aInSI S’appelle la fIlle d’André BretOn. Elle eSt née le 20 décembre 1935. JacqUelIne Lamba, Sa mère, et André BretOn, SOn père, Se SOnt marIéS Un an et demI aUparavant. LeUrS témOInS S’ap-pellent ÉlUard et GIacOmettI. L’épOUx a pUblIé en 1924 lePremier manifeste du Surréalisme. un grOUpe Se cOnStItUe aUtOUr de lUI, avec PhIlIppe sOUpaUlt, LOUIS AragOn, PaUl ÉlUard, René Crevel, MIchel LeIrIS, RObert DeSnOS, BenjamIn Péret. il entend marIer le « Changer la vIe » de RImbaUd aU « TranSfOrmer le mOnde » de Marx. il vIt de la vente de tableaUx de Sa galerIe d’art parISIenne, à l’enSeIgne deGravida. Et Il
- 11 -
écrIt. AInSI,L’Amour fou, en 1937, dOnt le dernIer texte S’adreSSe à AUbe.
seS adverSaIreS l’Ont baptISé, par dérISIOn, le « pape dU SUrréalISme ». Le mOt, InjUSte, n’eSt paS InfOndé : BretOn excOmmUnIe cOmme perSOnne. MaIS l’eSSentIel eSt aIlleUrS. il eSt danS l’écrItUre aUtOma-tIqUe, danS le haSard ObjectIf, danS l’hUmOUr nOIr. QUand éclate la gUerre en 1939, André BretOn eSt mObIlISé. AprèS la débâcle, Il eSt l’hôte à MarSeIlle d’AmérIcaInS qUI lUI prOpOSent l’hOSpItalIté de l’oncle sam.
POUr Sa part, AImé CéSaIre n’eSt cOnnU qUe deS SIenS – SeS amIS, SeS maîtreS et SeS élèveS. NatIf de BaSSe-POInte, danS le nOrd battU deS flOtS de SOn île, brIllant écOlIer, le MartInIqUaIS faIt SeS étUdeS à FOrt-de-France, aU lycée schœlcher, aSSIdU de la bIblIO-thèqUe dU même nOm dOnt leS lIvreS SOnt SeS meIlleUrS amIS. AU débUt deS annéeS 1930, CéSaIre vOgUe verS la France. il entre à l’ÉcOle nOrmale SUpérIeUre, nOUe Une amItIé SanS faIlle avec le sénégalaIS senghOr – rejOIntS par le GUyanaIS DamaS. A trOIS, IlS fOndent la « négrI-tUde ». POUSSé par Un prOfeSSeUr, l’AntIllaIS dOnne à Volontés, Une revUe cOnfIdentIelle, SOnCahier d’un retour au pays natal. AlOrS qUe S’amOncellent leS nUageS gUerrIerS, Il retOUrne danS SOn île avec Sa jeUne femme, sUzanne. L’Un et l’aUtre entament Une carrIère de prOfeSSeUrS de lettreS.
Ayant déjà mené Une revUe à ParIS,L’Étudiant noir, AImé CéSaIre pUblIe le premIer nUmérO de Tropiquesen MartInIqUe en avrIl 1941. A SeS côtéS, SOn épOUSe, René MénIl, ThélUS LérO, ArIStIde
- 12 -
MaUgée. La cOlOnIe SUbIt leS peSanteS cOntraInteS dU régIme de VIchy Incarné par l’amIral RObert. QUand BretOn et CéSaIre Se rencOntrent, le premIer a 47 anS, le SecOnd 28. ilS Ont déjà en cOmmUn, SanS le SavOIr, le rejet de tOUte aUtOrIté, l’expérIence de l’écrI-tUre aUtOmatIqUe et l’attIrance pOUr leS maSqUeS afrI-caInS. L’aUbe OU le petIt matIn, le bOUt dU petIt matIn et l’aUbe…
I
I
« Fais ça pour moi ! » René MénIl a Un ServIce à demander à CharlOtte, Sa SœUr. La MartInIqUe apparaît enSOleIllée, ce jOUr-là. Et pOUrtant, Une éclIpSe S’éternISe. La pOpUlatIOn SOUffre de l’Ombre ImpOSée par leS aUtOrItéS qUI agIt cOmme Une chape de plOmb. René eSt prOfeSSeUr de phIlOSOphIe. Avec d’aUtreS enSeIgnantS dU lycée schœlcher de FOrt-de-France, Il a partIcIpé à la rédactIOn d’Une revUe. LeS cISeaUx vIchySteS SOnt affûtéS. La pUblIcatIOn eSt SOUmISe à Une cenSUre préalable qUI prOdUIt deS effetS de Style et de penSée. il faUt lIre entre lIgneS, remplIr leS blancS et leS SIlenceS, Interpréter leS SymbOleS, leS ellIpSeS, leS antIphraSeS. TOUt l’art eSt de dénOncer SanS nOmmer. Le premIer nUmérO eSt bIen mOdeSte, maIS c’eSt Un cOncentré explOSIf. il a 76 pageS. La cOUvertUre annOnce tranqUIllement :Tropiques, n° 1, avril 1941,
- 13 -
Revue culturelle, Fort-de-France (Martinique).Le nUmérO cOûte 12 F et l’abOnnement pOUr leS qUatre annUelS prévUS 40 F. il S’OUvre SUr deUx texteS d’AImé CéSaIre. il S’agIt d’abOrd d’Une « PréSentatIOn » SUr deUx pageS : « Terre muette et stérile. C’est de la nôtre que je parle. Et mon ouïe mesure par la Caraïbe l’effrayant silence de l’Homme. Europe. Afrique. Asie. J’entends hurler l’acier, le tam-tam parmi la brousse, le temple prier parmi les banians. Et je sais que c’est l’homme qui parle. Encore et toujours, et j’écoute. Mais ici l’atrophiement monstrueux de la voix, le séculaire accablement, le prodigieux mutisme. Point de ville. Point d’art. Point de poésie. Point de civilisation, la vraie, je veux dire cette projection de l’homme sur le monde ; ce modelage du monde par l’homme ; cette frappe de l’univers à l’effigie de l’homme. Une mort plus affreuse que la mort, où dérivent des vivants. Et les sciences ailleurs progressent, et les philosophies ailleurs se renouvellent, et les esthétiques ailleurs se remplacent. Et vainement sur cette terre nôtre la main sème des graines. Point de ville. Point d’art. Point de poésie. Pas un germe. Pas une pousse. Ou bien la lèpre hideuse des contrefaçons. En vérité, terre stérile et muette… Mais il n’est plus temps de parasiter le monde. C’est de la sauver plutôt qu’il s’agit. Il est temps de se ceindre les reins comme un vaillant homme. * * *
- 14 -
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant