//img.uscri.be/pth/7dde628fbf8f3cc4eb372f65b7d78de2a717a893
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 6,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Le séjour des morts

De
272 pages
Trente nouvelles où domine une menace : cruellement, ironiquement, de solitude en vie précaire, un univers se constitue, qui englue les personnages, les paralyse, les détruit. Qui les enferme, vivants, au séjour des morts. Il faut un grand art pour dire l'inexorable en de brefs récits abrupts et clairs. Jacques Chessex, Prix Goncourt 1973, regarde ses damnés et les saisit au pire moment : dans le quotidien, dans le fourmillement des présences. Le monde est beau, les êtres sont désirables mais la faille s'ouvre sans cesse, le temps ronge les figures, la bêtise fait son travail, la folie gagne du terrain. {Le Séjour des morts}, c'est l'ordre habituel inversé : les trépassés nous parlent à la surface. Jacques Chessex nous montre leur peine, fatalité, plainte, rire noir, dans un livre qui témoigne d'un singulier usage de la nouvelle : comme une galerie de drames où le malheur d'être homme divise les règnes.

Voir plus Voir moins
Trente nouvelles où domine une menace : cruellement, ironiquement, de solitude en vie précaire, un univers se constitue, qui englue les personnages, les paralyse, les détruit. Qui les enferme, vivants, au séjour des morts. Il faut un grand art pour dire l'inexorable en de brefs récits abrupts et clairs. Jacques Chessex, Prix Goncourt 1973, regarde ses damnés et les saisit au pire moment : dans le quotidien, dans le fourmillement des présences. Le monde est beau, les êtres sont désirables mais la faille s'ouvre sans cesse, le temps ronge les figures, la bêtise fait son travail, la folie gagne du terrain. {Le Séjour des morts}, c'est l'ordre habituel inversé : les trépassés nous parlent à la surface. Jacques Chessex nous montre leur peine, fatalité, plainte, rire noir, dans un livre qui témoigne d'un singulier usage de la nouvelle : comme une galerie de drames où le malheur d'être homme divise les règnes.