Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Le Sentier des Roquemont T1

De
486 pages
«Le regard perdu dans le lointain, il fixait sur sa droite, comme envoûté, le spectacle formé par le soleil maintenant couché qui avait créé une ligne violacée au-dessus de l’horizon. Les Laurentides ressemblaient à un immense dinosaure nonchalamment endormi. Il désira du plus profond de lui-même que le meilleur puisse arriver à ce jeune couple charmant, mais novice dans les choses de la vie. Était-ce l’effet du soleilcouchant? Était-ce le fait de ressasser tous ces souvenirs? Ou les étincelles de bonheur qu’il avait décelées dans les yeux des nouveaux mariés? Wilbrod Roquemont pleurait.» 1936, Saint-Raymond, comté de Portneuf. Le jour même de son mariage avec Anna Robitaille, la perle rare du canton, Majella Roquemont, jeune homme volontaire et courageux, se voit proposer une offre qu’il ne peut refuser. C’est ainsi que s’amorce l’épopée de Majella qui, pour assurer la survie des siens, ne recule devant aucun défi, aucun métier: arpenteur, bûcheron, draveur, guide, contremaître, entrepreneur forestier, commerçant. La vie est rude, les embûches, nombreuses. Le couple jure que sa progéniture ne connaîtra pas les mêmes misères et se promet bien de la pousser vers les études. Que deviendront les petits Roquemont, Charles, Véronique et Paul?
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

sentier:Layout 1 19/10/07 11:30 am Page 1
LeSentier
desRoquemont
Les racines
«Le regard perdu dans le lointain, il fixait sur sa droite, René
comme envoûté, le spectacle formé par le soleil maintenant
Ouelletcouché qui avait créé une ligne violacée au-dessus de l’horizon.
Les Laurentides ressemblaient à un immense dinosaure
nonchalamment endormi. Il désira du plus profond de lui-même
que le meilleur puisse arriver à ce jeune couple charmant mais *novice dans les choses de la vie. Était-ce l’effet du soleil
couchant? Était-ce le fait de ressasser tous ces souvenirs?
Ou les étincelles de bonheur qu’il avait décelées dans les yeux
des nouveaux mariés? Wilbrod Roquemont pleurait.»
Le fidèle reflet de l’âme d’un peuple qui vit
l’évolution du Québec vers la modernité.
1936, Saint-Raymond, comté de Portneuf. Le jour même de René Ouellet a exercé la
son mariage avec Anna Robitaille, la perle rare du canton, profession d’avocat pendant
Majella Roquemont, jeune homme volontaire et courageux, se plusieurs années avant d’être
voit proposer une offre qu’il ne peut refuser. C’est ainsi que nommé juge à la Commission des
débute l’épopée de Majella qui, pour assurer la survie des siens, lésions professionnelles. Pour
ne recule devant aucun défi, aucun métier: arpenteur, bûche- son premier roman, Le Chemin du
ron, draveur, guide, contremaître, entrepreneur forestier, com- Printemps, il a remporté en 1993
merçant. La vie est rude, les embûches, nombreuses. Le couple le prix littéraire français
Saintjure que sa progéniture ne connaîtra pas les mêmes misères et Exupéry-Valeurs-jeunesse pour la
se promet bien de la pousser vers les études. Que deviendront Francophonie.
les petits Roquemont, Charles, Véronique et Paul?
Ce premier tome du Sentier des Roquemont, c’est la vie
quotidienne d’un Québec aujourd’hui révolu mais attachant; un
voyage temporel au cœur d’un monde pittoresque, rempli de
désillusions et de joies, sans la patine de la nostalgie ou le
discours du misérabilisme. C’est un monde en pleine mutation
qui découvre l’instruction obligatoire, les allocations fami- 27,95 $
liales, le travail des femmes à l’extérieur du foyer, le tout dans ISBN : 978-2-89428-941-9
le contexte d’une guerre imminente, et de ses conséquences
concrètes sur l’existence de tout un peuple.
www.hurtubisehmh.com
Extrait de la publication
photographe : Louise Bilodeau
Illustration de la couverture : Luc Normandin
Le Sentier des Roquemont
Les racinesdu même auteur
Le chemin du printemps, Québec, Éditions La Liberté, 1991.
Le chien de Mathilde in De lune à l’autre, Québec, Arion, 1997.
Le hangar et autres nouvelles in Promeneur de villes, promeneur de
vies, nouvelles et récits, Saint-Raphaël de Bellechasse, Terres fauves,
2000.
Extrait de la publication
Sentier Roquemont I.cor3.indd 4 17/07/08 11:10:20 amRené Ouellet
LE SENTIER
DES ROQUEMONT
Tome 1
Les racines
Extrait de la publication
Sentier Roquemont I.cor3.indd 5 17/07/08 11:10:20 amCatalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du
Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Ouellet, René, 1941-
Le Sentier des Roquemont
Sommaire: t. 1. Les racines.
ISBN : 978-2-89428-941-9 (v. 1)
I. Titre. II. Titre: Les racines.
PS8579.U384S46 2006 C843’.54 C2006-941082-8
PS9579.U384S46 2006
Les Éditions Hurtubise HMH bénéfcient du soutien fnancier des institutions
suivantes pour leurs activités d’édition :
• Conseil des Arts du Canada
• Gouvernement du Canada par l’entremise du Programme d’aide au
développement de l’industrie de l’édition (PADIÉ)
• Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC)
• Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres du gouvernement du
Québec
Illustration de la couverture : Luc Normandin
Maquette de la e : Geai Bleu Graphiqueintérieure et mise en page : Martel en-tête
Copyright © 2006, Éditions Hurtubise HMH ltée
Éditions Hurtubise HMH ltée Librairie du Québec/DNM
1815, avenue De Lorimier 30, rue Gay-Lussac
Montréal (Québec) H2K 3W6 75005 Paris FRANCE
www.librairieduquebec.fr
ISBN : 978-2-89428-941-9 (v. 1)
eDépôt légal : 3 trimestre 2006
Bibliothèque et Archives nationales du Québecet du Canada
Imprimé au Canada
www.hurtubisehmh.com
Extrait de la publication
Sentier Roquemont I.cor3.indd 6 17/07/08 11:10:20 amNote de l’auteur
Bien que la trame de ce roman se déroule dans un contexte
contemporain, chacun de ses personnages est une création
fctive de l’auteur. Ainsi, toute ressemblance entre un
personnage fctif et une personne vivante ou décédée serait
pure coïncidence. Certes, les noms de certains
personnages publics y sont utilisés, mais à seule fn de donner
plus de réalisme à l’ouvrage.
Afn de rester le plus près possible de la réalité, certains
mots incontournables dans le langage québécois ont été
conservés. L’emploi de ces québécismes et de ces
canadianismes, particulièrement utilisés dans les dialogues, a été
rendu nécessaire afn de préserver l’authenticité des
personnages et d’une certaine couleur locale. Un certain nombre
d’entre eux sont accompagnés d’un astérisque et renvoient
le lecteur à un lexique en fn de volume.
7
Extrait de la publication
Sentier Roquemont I.cor3.indd 7 17/07/08 11:10:20 amExtrait de la publication
Sentier Roquemont I.cor3.indd 8 17/07/08 11:10:20 amRemerciements
Mes remerciements les plus chaleureux sont adressés aux
personnes suivantes :
À Marie Lise Gingras et Caroline G. Ouellet, mes
lectrices, correctrices et « directrices » attentives et
implacables. Sans leur apport, échelonné de 1994 à 2006, il est
certain que cet ouvrage n’aurait jamais pu voir le jour.
Aux personnes suivantes qui ont contribué de façon
substantielle au contenu technique et historique du roman :
Robert Boucher, Jean-Guy Châteauvert, Alain Châteauvert,
Alexandre P. Corcoran, Paul-Aimé Plamondon, Émile
Duplain, Roger Guénet, Gaétan Hamel, Claude Huot,
Lionel Larouche, Lionel Moisan, Claude Noreau,
JeanMarc Ouellet, Jean-Louis Plamondon et Martin Trépanier.
À mes autres lecteurs, lectrices et conseillers : Denys
Bergeron, Sœur Simone Chamard, Céline de Champlain,
Simone Dubois, Françoise Dumoulin, Geneviève
GauthierHardy, Réal Giguère, Monique Hamel, Marguerite Hardy,
Andrée Beauchamp Stafford, Jean-Marc Ouellet et
JeanLouis Plamondon.
Enfn, je m’en voudrais de ne pas mentionner André
Gagnon, éditeur en charge de mon ouvrage. Sage
conseiller aux multiples ressources, il m’a beaucoup appris et
il a contribué à l’amélioration du manuscrit déposé afn
qu’il devienne le produit fni que vous avez aujourd’hui
entre les mains.
9
Sentier Roquemont I.cor3.indd 9 17/07/08 11:10:20 am Sentier Roquemont I.cor3.indd 10 17/07/08 11:10:20 amÀ Marie Lise
Jacinthe
Jonathan
Caroline
Patricia
Amaury
Mélissa
Martin
Alain
David
Vincent
Jérôme
Extrait de la publication
Sentier Roquemont I.cor3.indd 11 17/07/08 11:10:20 am Sentier Roquemont I.cor3.indd 12 17/07/08 11:10:20 amListe des principaux personnages
Bergeron, Alfred : Époux d’Isabelle Roquemont ; père de
Conrad et Sophie ; beau-frère de Majel
Brown, Jeff : Norvégien réfugié au Canada pendant la
Seconde Guerre mondiale
Daphnée : Amérindienne, flle de Joseph
Déry : Forestier, bûcheron
Donaldson, R. : Arpenteur géomètre ; engage Majel pour
des voyages d’arpentage dans le Nord
Duguay (dit La Belette) : Bûcheron
Gauvreault, Louis (dit Tinomme) : Commis pour Majel ;
ami et compagnon de travail de Majel
Joseph : Amérindien rencontré par Majel à l’occasion de
voyages d’arpentage
Mark, frère : Frère des Écoles chrétiennes Franco-Américain,
enseignant l’anglais au collège Saint-Joseph de
SaintRaymond
Marsan, Dr : Médecin de Saint-Raymond, ami de Majel ;
fondateur du club Archibald
Moisan, mémère : Épouse de pépère Moisan ; habite la
maison des Roquemont dans le rang du Nord ; mère
adoptive de fait de Wilbrod Roquemont
13
Extrait de la publication
Sentier Roquemont I.cor3.indd 13 17/07/08 11:10:20 amle sentier des roquemont
Moisan, pépère : Époux de mémère Moisan ; habite la
maison des Roquemeont dans le rang du Nord ; père
adoptif de fait de Wilbrod Roquemont
Pampalon, Ti-Jean : Vendeur de chevaux (maquignon),
fournisseur et ami de Majel
Péladeau : Curé de Saint-Raymond
Rivard : Bûcheron
Robitaille Anna : Épouse de Majella Roquemont ; mère
de Charles, Véronique et Paul
Robitaille Thérèse : Sœur d’Anna Robitaille, conjointe
de Hector Boissonault
Rochefort Horace : Forestier, compagnon de Majel
Roquemont, Charles : Fils d’Anna Robitaille et de Majella
Roquemont ; frère de Véronique et de PaulIsabelle : Fille de Victoria Trépanier et de
Wilbrod Roquemont ; sœur de Victor et de Majel ;
épouse d’Alfred Bergeron ; mère de Conrad et de
Sophie
Roquemont, Majella (dit Majel) : Fils de Victoria
Trépanier et de Wilbrod Roquemont ; frère de Victor
et d’Isabelle Roquemont ; mari d’Anna Robitaille ; père
de Charles, Véronique et Paul
Roquemont, Paul : Fils d’Anna Robitaille et de Majella
Roquemont ; frère de Charles et de VéroniqueVéronique : Fille de Majella Roquemont et
d’Anna Robitaille ; sœur de Charles et de Paul
Roquemont, Victor : Fils de Victoria Trépanier et de
Wilbrod Roquemont ; frère d’Isabelle et de MajellaWilbrod : Époux de Victoria Trépanier et
père de Victor, d’Isabelle et de Majella
14
Extrait de la publication
Sentier Roquemont I.cor3.indd 14 17/07/08 11:10:20 amle sentier des roquemont
Trépanier, Ange-Aimée : Épouse de Bruno Trépanier
T, Bruno : Époux d’Ange-Aimée ; père d’Irène ;
cousin de Majella Roquemont, son ami et conseiller
Trépanier, Victoria : Épouse de Wilbrod Roquemont et
mère de Victor, Isabelle et Majella
Veilleux, André (dit Ti-Coq) : Forestier
Wilkey, John : Fils de Jefferson Wilkey, président de la
Wilkey Lumber
Zotique : Photographe, restaurateur, ami de Majel, de
Tinomme, de Bruno Trépanier et de Marsan
Extrait de la publication
Sentier Roquemont I.cor3.indd 15 17/07/08 11:10:20 amExtrait de la publication
Sentier Roquemont I.cor3.indd 16 17/07/08 11:10:20 amÀ tous les bohémiens
Les bohémiens de ma rue
[…]
Qui vont chaque matin
Bravement proprement
[…]
Gagner en employés
Leur pain quotidien
[…]
Ce sont eux qui sont les plus forts
Qui emportent tout dans la mort…
Félix Leclerc, Les Bohémiens
Extrait de la publication
Sentier Roquemont I.cor3.indd 17 17/07/08 11:10:20 am Sentier Roquemont I.cor3.indd 18 17/07/08 11:10:20 amChapitre 1
Saint-Raymond, comté de Portneuf,
province de Québec, juin 1936
La cérémonie du mariage tirait à sa fn. Les personnes
présentes formaient un groupe compact, agglutiné à la
balustrade de l’immense église de la paroisse de
SaintRaymond. L’offciant avait installé les fancés de biais afn
que les invités puissent jouir d’un point de vue privilégié
sur la célébration.
Les vitraux du temple, dignes d’une cathédrale,
laissaient pénétrer généreusement la lumière. Un rayon de
soleil, qui traversait de haut en bas l’atmosphère chargée
de particules de la bâtisse, éclairait les mariés d’une
manière particulière, comme pour signifer, avant même
la bénédiction du prêtre, l’assentiment du ciel à leur
union.
Majella Roquemont, de corpulence moyenne, dépassait
sa compagne de quelques pouces seulement. Les futurs
mariés formaient, comme disaient les gens de la place, « un
couple bien assorti ». Même si on pouvait distinguer chez
lui un certain inconfort dans son complet bleu trop serré,
un peu usé, presque luisant, emprunté pour la
circonstance, le marié avait fère allure. Son abondante chevelure
noire, peignée délicatement d’avant en arrière, présentait
19
Extrait de la publication
Sentier Roquemont I.cor3.indd 19 17/07/08 11:10:20 amle sentier des roquemont
quelques ondulations. Un regard vif et perçant, mais doux.
Une petite moustache à la Charlot, fnement découpée,
mettait en évidence des lèvres égales et déterminées.
L’homme, ayant dépassé le cap de la vingtaine, avait la
mâchoire ferme et les joues maigres, ce qui lui donnait
une allure d’ascète. L’ensemble de sa personne dégageait
un air d’assurance en même temps que de quiétude, et sa
physionomie laissait transparaître une certaine paix
intérieure. Des jeunes flles de l’assistance scrutaient ses
moindres gestes avec de petits soupirs.
Anna Robitaille, du même âge, était l’une de ces femmes
privilégiées par la nature. Le corps bien droit, la taille svelte,
la prestance impeccable faisaient oublier que la longue
robe crème qu’elle portait admirablement avait déjà été
blanche lors d’un mariage antérieur. Un décolleté
échancré atteignait sans doute la limite de la décence permise
en ce lieu sacré. Elle était pourvue d’un regard pur et clair,
aux iris d’azur bien encadrés par des cils volontaires. La
lumière mettait en évidence ses joues rosées, à peine
fardées qui, soutenant son regard, dessinaient un sourire
éclatant et communicatif. Il était diffcile de quitter des
yeux ce visage engageant, propre à déranger un célébrant,
fut-il évêque. Sous son voile transparent, on distinguait
des cheveux d’or soigneusement peignés, ce qui lui donnait
l’air des madones des images pieuses. Ses bras graciles,
couleur de bouleau au soleil levant, rejoignaient de
délicates mains jointes appuyées sur le prie-Dieu. N’étant pas
une flle de la paroisse, la mariée attisait d’autant plus la
curiosité des jeunes de l’assemblée. Elle attirait aussi
l’attention de certains hommes plus âgés dont les regards
s’attardaient indûment sur sa forte poitrine.
Dans la nef se tenait, dense, une foule bigarrée. On
distinguait à l’avant-plan, solennels dans leurs plus beaux
20
Extrait de la publication
Sentier Roquemont I.cor3.indd 20 17/07/08 11:10:20 amle sentier des roquemont
atours, les parents témoins des époux. Quelques jeunesses
s’étaient effrontément emparés du banc des marguilliers.
Dans les premières rangées, suivant la coutume, avaient
pris place la sœur de la mariée, les tantes, les oncles, les
cousins, les cousines, les autres parents et les amis des
promis. S’étaient ajoutés des curieux, des femmes pour la
plupart, qui assistaient immanquablement à toutes les
noces afn de pouvoir fournir en pâture au reste du village
les cancans habituels sur les personnes présentes, leurs
habits et leurs comportements.
De toute évidence, ce mariage n’était pas comme les
autres.
— Comment se fait-y que le mariage n’a pas lieu dans
l’église de la mariée ? chuchota une femme à sa voisine.
Cette dernière, soucieuse de suivre la cérémonie,
attendit quelques instants avant de répondre :
— Y paraît que la famille de la mariée est pas riche !
Même que ce serait le père du marié qui aurait payé les
billets de train pour les Robitaille…
Le bruit avait couru en effet que les parents de la
mariée, des Robitaille de Saint-Augustin, avaient tous fait
le voyage en train, « payé, s’il vous plaît, par Wilbrod
Roquemont ! »
Mais la vérité était un peu différente. Les deux familles
étaient réellement démunies. Le prélat domestique
délégué par l’évêque, lors de sa dernière visite dans la paroisse,
avait employé l’expression suivante pour décrire ces gens :
« Pauvres, mais fers ! » Ce qui était d’ailleurs le lot de la
plupart des familles de cette contrée. En dehors des
fermiers et des quelques commerçants, un fort pourcentage
de la population était sans emploi et, il faut bien le dire,
tirait véritablement le diable par la queue. Les Robitaille
avaient timidement proposé de reporter la noce. Wilbrod
21
Sentier Roquemont I.cor3.indd 21 17/07/08 11:10:21 amle sentier des roquemont
Roquemont avait sentencieusement décrété : « La noce
aura lieu ! » Les Roquemont étaient plus nombreux que les
Robitaille. Pour éviter que parents et amis ne se déplacent
de Saint-Raymond à Saint-Augustin pendant deux jours,
le père du marié avait suggéré de célébrer les noces à
Saint-Raymond. Les Robitaille devaient défrayer leurs
frais de transport et apporter quelques bouteilles de
1bagosse* , sans plus. En contrepartie, Wilbrod, grâce à la
contribution généreuse de pépère Moisan, se chargeait de
la noce. Il était aussi convenu que le père de la mariée
serait exempté de respecter la coutume de la dot.
Certains invités des deux familles, paysans, forestiers et
manœuvres pour la plupart, semblaient mal à l’aise dans
ces sombres habits de cérémonie, souvent mal ajustés, dans
ces souliers vernis qui devaient, par essence, faire mal aux
pieds. Les femmes, cependant, avec leurs chapeaux à
broches, leurs corsets à baleines et leurs crinolines,
habituées à souffrir dans ces grandes circonstances, se tenaient
la tête bien haute, l’allure fère. Par contre, plusieurs
hommes, généralement habitués à des vêtements
dépenaillés, avaient le col détaché, la cravate desserrée, quand
ce n’était pas tout bonnement la ceinture abandonnée à
son dernier trou.
Une douce et céleste musique se ft entendre. Plusieurs
curieux se retournèrent vers le jubé réservé au chœur de
chant. De petits chuchotements frent savoir qu’il s’agissait
de mademoiselle Évangéline, une jeune flle de 15 ans,
autorisée pour la première fois à toucher le célèbre orgue
Casavant.
La cérémonie arrivait au point crucial de l’engagement
des époux. Un bruit sourd se répercuta soudainement dans
1. Les astérisques renvoient à un lexique, en fn d’ouvrage (NdÉ).
22
Sentier Roquemont I.cor3.indd 22 17/07/08 11:10:21 amExtrait de la publication
Sentier Roquemont I.cor3.indd 487 17/07/08 11:10:52 amRéimprimé en août 2008
sur les presses de Transcontinental-Gagné,
Louiseville, Québec.
Extrait de la publication
Sentier Roquemont I.cor3.indd 488 17/07/08 11:10:52 am