Le Sortilège de Montaigut

De
Publié par

Si nous sommes là aujourd'hui, vous, moi, c'est bien que nos aïeux ont vécu, traversé l'histoire, ses fastes, ses guerres, ses misères ! L'auteur vous conte ici une histoire de magie, à l'image de celles que ses aïeux ont pu lui transmettre : une Fée, une Dragonne un Sortilège. En toile de fond, Versailles, la vie des rois et celle des magiciens, Lulu, Lucilysdin et Lucilysdan. Ces magiciens hériteront d'un manoir dans le comté de Montaigut où sévit une cruelle Dragonne. Réussiront-ils à vaincre son terrible sort ? A s'allier les dons de la Fée Alexane qui vit dans notre XXI ème siècle et dont l'empathie pour la faune et la flore est exceptionnelle, notamment en forêt de Montmorency ?
Publié le : mercredi 10 janvier 2007
Lecture(s) : 64
EAN13 : 9782304003086
Nombre de pages : 207
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

2 Titre

Le Sortilège de Montaigut

3Titre
Genny Krebs
Le Sortilège de Montaigut
Sublime fée Alexane
Roman
5Éditions Le Manuscrit























© Éditions Le Manuscrit, 2007
www.manuscrit.com

ISBN : 978-2-304-00308-6 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782304003086 (livre imprimé)
ISBN : 978-2-304-00309-3 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782304003093 (livre numérique)

6






e eEt si la vie des rois et de magiciens des XVII XVIII
siècles nés à Versailles vous était contée ?

Vous sauriez la puissance de leur magie !

eLeur permettra-t-elle de venir dans notre XXI siècle
pour s’allier les dons d’Alexane, seule Fée au monde
pouvant les aider à vaincre le sortilège d’une Dragonne
de Montaigut ?

Cette aventure a pour toile de fond l’histoire,
l’Ancien Régime, la naissance du Palais de Versailles,
la noblesse, le clergé, le tiers état qui vit misérablement.

Vous découvrirez des formules magiques inédites et
l’empathie d’Alexane pour la faune et la flore.
Sublime Alexane !
7






À Alexane,
À Djibril, Raphaël,
À Marjorie, Romain,
À Alexandra, Gabriel,
À Alexandre,
À ma famille,
À tous mes amis,
Et à la Fée Oprah Winfrey ;

Avec toute mon affection.
.
9
EROIS ET MAGICIENS AU XVII SIÈCLE
Tandis que la royauté fait de la France un
pays riche, très puissant en Europe avec de
belles villes, les Français ne sont pas tous égaux,
ils n’ont pas tous les mêmes droits ! Il y a la
noblesse, il y a le clergé, il y a le tiers état et
dans les colonies, des esclaves ! Mais restons
dans l’hexagone. Les Nobles bénéficient
d’avantages tout comme le Clergé, (les abbés,
moines, religieux). En revanche le tiers état, (la
bourgeoisie, les artisans, les commerçants et les
paysans) n’a aucun privilège. Survivance des
droits féodaux, les maîtres et Seigneurs
considèrent les paysans comme corvéables jours
et nuits. Les injustices – comme la dîme,
prélevée uniquement aux pauvres- sont criantes.

L’histoire des magiciens de Versailles
ecommence au XVII siècle (1600 à 1699).
En 1600 la France est gouvernée par Henri
IV. Ce roi, de la branche des Bourbon, est né à
Pau. Souvenez-vous : ‘la poule au pot’ !
En 1601, son fils Louis vient au monde !
Ouf ! La succession au trône est enfin assurée.
11 Le sortilège de Montaigut
Personne n’y croyait plus ! Les cloches sonnent
à toute volée !
Marguerite de Valois dite « la reine Margot »
était la première épouse d’Henri IV mais,
comme elle était stérile, le mariage a été annulé
en 1599.
Le roi a donc épousé Marie de Médicis.
Celle-ci met au monde de nombreux enfants.
Mais l’une des maîtresses du roi se montrant
elle aussi bien féconde ; Henri IV aura, au total,
quatorze enfants. La reine ne décolère pas !
Henni IV réunira tout son monde, mères et
enfants, légitimes ou non, au château de Saint-
Germain-en-Laye, un harem à la Française !
Ainsi, il pourra voir ses enfants une fois par
semaine.
Il confie à son fils légitime, l’aîné, futur roi
de France Louis XIII, le soin de faire régner la
bonne entente parmi ses nombreux demi-frères
ou sœurs, ses premiers sujets. Ce futur roi en
puissance doit apprendre le pouvoir.
En 1610, Henri IV est assassiné par
Ravaillac. Louis XIII devient roi.
Cependant, en 1610, ce monarque n’a que
neuf ans. À cet âge, on ne gouverne pas ! Aussi
est-il placé sous la régence de sa mère Marie de
Médicis qui détient le pouvoir avec son
ministre, Concini. À l’époque, pour donner des
alliances à la France, les enfants de rois sont
mariés à des enfants de rois étrangers. En 1615,
12 Rois et magiciens au XXVIIe siècle
le roi Louis XIII épouse Anne d’Autriche, la
femme que sa mère lui a choisie. Cette alliance
apparaît bénéfique pour la France. Mais Louis
XIII ne s’intéresse pas beaucoup à son épouse,
il préfère apprendre le pouvoir. Il est en
désaccord avec les lois de sa mère et les
décisions de Concini.
Plus tard, il achète un petit domaine de
chasse pas très loin de Paris, à Versailles. Une
bâtisse très rustique, située au sommet d’une
butte, cernée par des marais. Il vient
régulièrement s’y reposer. Il y reçoit sa mère et
sa femme. Oh ! Elles ne font que passer, n’y
dorment jamais, le site est trop campagnard !
Sur la propriété jouxtant celle du roi, se
trouve un vieux moulin. Les meuniers qui
l’habitent sont des magiciens. Ils sont très aimés
du tiers état. En effet, il sort de leur moulin plus
de farine qu’il n’y entre de blé !
De pères en fils, ils multiplient les pains ! Ce
moulin est-il magique ? Existe t-il un lien avec
ces baladins hébergés épisodiquement par les
meuniers ? Des nomades qui donnent l’aubade
le dimanche dans toutes les villes où ils passent.
Mystère !
Toujours est-il que ces meuniers, initiés à la
magie dans tous les sens du terme vont côtoyer
aussi bien la noblesse que le tiers état, la
richesse et la pauvreté. Ils deviendront des
illusionnistes, des funambules, des cracheurs de
13 Le sortilège de Montaigut
feu. Ils feront apparaître, disparaître des
colombes, des cartes, des écus. Leur dextérité
va laisser perplexe leur public, dont le roi, Louis
XIII. C’est à l’emplacement exact de leur
moulin que sera un jour érigé le beau château
de Versailles.
En 1617 : Mort de Concini. Marie de Médicis
intrigue alors contre son fils pour garder le
pouvoir. Son fils est obligé de négocier son
départ, en 1619. Dur, pour un fils d’avoir une
mère qui lui dispute le trône de France et de
devoir l’évincer !
En 1620, près d’Angers, a lieu la « drôlerie du
Pont-de-Cé » au cours de laquelle les armées du
roi Louis XIII doivent défier celles de sa mère,
la reine mère, Marie de Médicis.
Ah les relations mère-fils ! Pas toujours
facile !
En 1624 : retour du cardinal Richelieu au
conseil. Il va développer le commerce, les
offices (nos magasins et les services publics
d’aujourd’hui). Il crée de nombreux postes
d’intendants pour surveiller la répartition de
l’impôt, les dîmes, la taille.
De novembre 1627 à juillet 1628, la peste se
répand en France et décime la population. Le
prix du blé grimpe à toute vitesse, jusqu’à
atteindre des sommes exorbitantes. Toute la
France subit l’augmentation du pain. Le tiers
état se meurt de faim !
14 Rois et magiciens au XXVIIe siècle
En 1632, Louis XIII décide d’agrandir son
domaine de Versailles. Il achète la propriété
limitrophe à l’Archevêque de Paris. J.F De
Gondi sur laquelle se trouve un petit château.
Mais il louche aussi sur le moulin magique des
meuniers. Aie !
Les meuniers tremblent. Ce moulin est toute
leur vie ! Leur gagne pain ! Pour la première
fois, ils vont user d’une nouvelle forme de
magie : des incantations fantastiques sans
artifice ni mise en scène, mais qui devraient
dévier le sort.
Les formules magiques sont-elles si
puissantes se demandent-ils, car l’affaire ne se
conclut pas. Le roi reporte le projet
d’acquisition du moulin à sine die ! Ouf !
En 1633, l’armée de Lorraine commet des
dépravations dans le comté de Montbéliard, elle
incendie des villages maltraite les habitants à tel
point que la régence fait appel à Louis XIII. Le
roi envoie des troupes de 15 000 hommes en
secours. De nombreuses pertes humaines sont
déplorées. On peut lire dans les éphémérides,
un journal de Ch. Duvernoy :
« La plupart des sujets ne vivaient plus que de
glands, de racines et de charognes ! »
De glands ! Comme s’ils étaient des veaux ou
des cochons ! Cette misère et tous ces désordres
annoncent l’entrée de la France dans la guerre
de trente ans ! Cela se produit en 1635. Cela fait
15 Le sortilège de Montaigut
déjà dix sept ans que le conflit a commencé. En
dépit de ce climat troublé, le cardinal de
Richelieu gouverne la France avec Louis XIII
d’une main de maître. Il va créer une marine
victorieuse. « Quiconque maîtrise les mers maîtrise le
monde ! » dit-il. C’est à cette période que la
France affirme sa puissance sur l’Espagne et
devient la première puissance mondiale.
Richelieu crée l’Académie française. Depuis
la Renaissance les sciences ont été séparées de
la religion. L’ouvrage de Copernic « Du
mouvement des sphères » publié en 1543 dont la
théorie a ouvert la voie à Kepler, est interdit en
eFrance en 1616 ! Au XVII siècle, le pouvoir de
l’Église est très fort en France comme en Italie.
L’Église fait pression sur l’État pour faire
interdire certains écrits. D’ailleurs en 1633,
quand Galilée, physicien, astronome italien,
reprend les thèses de Copernic, en affirmant
que « la terre tourne ! » il est sommé d’abjurer. À
moins que tout ceci ne soit qu’un mythe !
Galilée, n’a ni brûlé sur un bûcher, ni été
emprisonné à vie. On l’aurait seulement prié de
ne pas quitter son village. Quant au fait que la
terre est ronde et qu’elle tourne, tout le monde
le sait depuis le 5ème siècle si ce n’est pas
depuis Aristote !
En revanche, nous pouvons nous demander
de quelle puissance est investie l’Église sous
l’Ancien Régime ? Lorsqu’en Europe et aux
16 Rois et magiciens au XXVIIe siècle
Amériques, les états pratiquent l’esclavagisme,
l’Église, toute puissante qu’elle est, ne
s’interpose pas ! N’est-elle pas censée enseigner
l’amour de son prochain ?
En 1636, le roi Louis XIII multiplie ses
séjours à Versailles dans son petit château. De
santé fragile, il se repose davantage, respire
mieux.
Il fait la connaissance de Lulu, le fils des
meuniers. Lulu n’a que six ans. C’est un petit
garçon passionné de magie et d’équitation, il a
un poney. Un jour, c’est sûr, il sera chevalier !
Mais en attendant, il apprend les illusions. Sa
famille a très vite perçu ses dons ! Il excelle
dans l’art de disparaître dans un nuage de farine.
Il bluffe tous les visiteurs du moulin. Sera-t-il
chevalier ou magicien ?
La magie est assez mal vue de l’Église,
encore associée à la sorcellerie.
En 1638, le roi Louis XIII a 37 ans, il devient
papa ! Son fils sera le futur roi Louis XIV. Cette
paternité le rend très heureux, un fils ! C’est
fabuleux ! En 1640, né son second fils, Philippe,
futur Duc d’Orléans. Le roi est doublement
heureux !
En 1641, Lulu, magicien en herbe, a 11 ans.
De nouveaux saltimbanques et baladins lui font
découvrir les pouvoirs de l’hypnose. Il s’amuse
à endormir les chats, les chiens, les colombes.
Le roi Louis XIII le prend en affection,
17 Le sortilège de Montaigut
désormais il pourra chevaucher avec lui et sa
suite royale dans les bois Ah la magie ! Elle
ouvre des portes insoupçonnées !
En 1642, Mort du cardinal Richelieu. Cet
homme d’Église laisse une France puissante
d’un point de vue politique mais en guerre et les
citoyens n’ont jamais été aussi miséreux,
affamés et harassés d’impôts !
Lulu fait des progrès en prestidigitation. Il
distrait d’autant plus le roi qu’il est souffrant et
ne chasse plus lorsqu’il vient dans son domaine
de Versailles. Lulu, bon cavalier, lui rend de
fiers services. C’est au galop qu’il porte ses plis
et parchemins aux Seigneurs alentours. En cette
période de désordres, de rivalités, de complots
politiques, personne ne se méfie d’un aussi
jeune cavalier.
Lulu, du haut de ses treize ans, défie tous les
contrôles et remplit sa mission de chevalier-
servant. Grâce à cette fonction, il va échapper à
l’enrôlement des garçons dans les guerres. Car
hélas, en 1643, la guerre fait rage partout en
France. L’armée française et l’armée
autrichienne mettent le pays à feu et à sang.
Le roi, malade, ne vient plus en son domaine
de Versailles. On dit qu’une kyrielle de
« saignée » lui est prodiguée par les médecins à
Paris. Très affaibli, il meurt de la maladie de
crohn. Lulu en est très affecté. (Le roi Louis
18 Rois et magiciens au XXVIIe siècle
XIII apparaît dans « Les trois mousquetaires »
d’A. Dumas)
erAprès sa mort, c’est donc son 1 fils, le roi
Louis XIV, qui règne sur la France de 1643 à
1715. On l’appellera le roi soleil. En 1648, il n’a
que 10 ans quand le cardinal Mazarin, son
Ministre, met fin à la guerre de trente ans par le
traité de Westphalie.
Au début de son règne, Louis XIV ne trouve
pas de maison royale assez somptueuse à son
goût ! Il habite avec sa cour à Paris, au Palais
Royal, au Louvre, aux Tuileries. Il tente de se
fixer, Vincennes, Saint-Germain-en-Laye,
Fontainebleau, Saint Cloud. En 1651, Il va sur
ses 14 ans lorsqu’il visite pour la première fois
la propriété héritée de son père à Versailles.
Ce jour là, le vent se lève. Le jeune roi
observe le ciel et lit dans les nuages qui forment
des arabesques entrelacées de bons présages.
Grâce à cette vision, il va s’éloigner un peu de
Paris, multiplier ses séjours à Versailles.
Il a besoin d’oublier la population devenue
incontrôlable depuis l’épisode de la Fronde
(1648 à 1658). L’échec de la Fronde marque la
fin des révoltes des nobles.
Le roi Louis XIV décide alors de faire
construire sur son domaine de Versailles le plus
beau Palais du monde !
Mais pour cela, il doit agrandir encore la
propriété. L’acquisition du moulin des meuniers
19 Le sortilège de Montaigut
ne peut plus être reportée ! Les parents de Lulu
acceptent l’offre royale. Leur fils est fait
chevalier ! En échange du moulin, ils reçoivent
deux titres de propriété, celle d’une petite
maison carrée, située à l’entrée du Parc de
Versailles et celle d’un vieux manoir très retiré
dans le comté de Montaigut ! Montaigut ? Mais
c’est au bout du monde ! Certes ! Mais
désormais, les voilà châtelains, anoblis !
En effet, le roi « premier gentilhomme de
France » se veut le gardien des privilèges de ses
sujets. La vérification des titres de noblesse est
faite par Colbert en 1662. Elle marque la clôture
du « second ordre » auquel on accède par un
anoblissement en bonne et due forme. Jusque-
là, vivre « noblement » était un critère suffisant.
La noblesse, rappelons-le, se caractérise par ses
privilèges fiscaux, exemption de la taille et
autres impôts royaux ! Autrement dit, seul le
tiers état paie des impôts, au roi et au clergé !

20

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.