Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 7,90 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Publications similaires

2
Titre
Le tour du monde en 5 femmes
3
Titre Pascal Galibert
Le tour du monde en 5 femmes
Roman humoristique
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit 2008 www.manuscrit.com ISBN : 978-2-304-02094-6 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782304020946 (livre imprimé) ISBN : 978-2-304-02095-3 (livre numérique) ISBN 13 : 9782304020953 (livre numérique)
6
Aux femmes de ma vie, ma mère Jacqueline, ma soeur Françoise et ma tendre Maica. Rien n’est plus beau que leur amour et je leur dédie ce livre pour leur dire combien elles sont importantes dans ma vie..
8
Le tour du monde en 5 femmes
Je me présente, je m’appelle Eugène Delarue, Gégène pour les intimes. J’ai 30 ans et je vis dans un petit village du Cantal, département dont le nom provient du célèbre fromage. Au-jourd’hui ma vie va changer, elle va subir un vé-ritable raz-de-marée (tsunami comme on dit maintenant) : j’étais au Bar « Chez Dédé » comme tous les jours pour prendre mon demi matinal (midi pour moi c’est matinal). Ce bar est vraiment le lieu de rencontre de tout le vil-lage. Dédé, le patron, s’est installé ici il y a dix ans pour ouvrir son bar. On l’a bien aidé à l’époque, surtout pour trouver le nom. Nous, on lui avait proposé « Chez pas, moi », « Chez cher, non ? » ou encore « Chez comme vous voulez » en honneur à Souchon. Mais il n’a pas aimé et s’est rabattu sur « Chez Dédé », nous on a trouvé ça con, mais bon, c’est son bar après tout ! Dédé c’est vraiment un bon gars, un véri-table mec du sud. Il est venu de Marseille soit-disant parce qu’il en avait marre d’entendre les cigales chanter. En réalité, un soir qu’on avait bien bu tous les deux, il m’a raconté qu’il avait dû quitter Marseille parce qu’il était recherché
9
Le tour du monde en 5 femmes
là-bas. Apparemment il s’était mis dans une sale affaire, il était mêlé à une affaire de pots-de-vin lors de grands tournois de pétanque. De plus, il avait été pris en train de trafiquer ses dosettes de pastis pour mettre moins de dose que celle établie par l’association des producteurs de pas-tis de Marseille et ça, ça ne pardonne pas. Sa tête était mise à prix et il regrettait bien son pays. Donc voilà, en attendant que Dédé me serve mon demi, je commence à feuilleter le canard. Quand je dis canard je parle du journal et non pas de Saturnin, le canard mascotte de Julot qu’il emmène partout avec lui, même au bal du village en septembre. Et voila ce que je lis : « D’après les statisti-ques, il y a 5 femmes pour 1 homme au monde ». Pour moi, ça a été une révélation, un choc (au sommet, style Lyon-PSG). Pourquoi donc n’en ai-je pas une seule, moi ? Où sont donc les 5 femmes qui me reviennent de droit ? Je me tourne vers Dédé qui essuie la mousse de la bière qui a éclaboussé partout. Dis donc Dédé, tu as combien de femmes toi ? Oh, peuchère (je rappelle que Dédé est mar-seillais), moi j’en ai cinq à la maison, ma femme et mes quatre filles ! Ben tu vois ! Lui aussi il a droit à ses cinq femmes ! ! Et moi alors ?
10