Le tri sélectif des ordures et autres cons - épisode 10

De
Publié par


10e épisode

L'affaire s'annonçait comme un jeu d'enfant ; mais Richard se fait cueillir par surprise et envoyer méchamment au tapis...





Publié le : jeudi 5 décembre 2013
Lecture(s) : 2
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782823811735
Nombre de pages : 9
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
couverture
Sébastien GENDRON

Le tri sélectif des ordures et autres cons

10e épisode

Pocket

16

Garage

Je reste derrière mon bureau toute une partie de la journée du mercredi.

Je ne suis pas malade, je ne suis pas fatigué, je serais même tout à fait disposé à engager mon corps dans un exercice fatiguant mais je suis là, immobile, et j’attends que la grande fille blonde et son pistolet fassent leur entrée. Or, personne ne vient et lorsque dix-huit heures sonnent, soit vingt-quatre heures de retard sur le contrat demandé, personne n’est venu. Qu’un petit vieux aux relents de pastis qui m’a demandé une chose toute bête : aller faire très peur à un gamin de son quartier qui refuse de remettre un pot d’échappement à sa mobylette sous le fallacieux prétexte qu’il a passé tout un samedi avec son grand frère à démonter le sien.

Depuis quinze minutes, je suis assis sur le trottoir de la Cité des Arts, à Pessac, à me demander où ce type veut en venir exactement avec sa thèse sur Jean-Patrick Manchette, quand un 103 SP surélevé tourne le coin de la rue. Le bruit est époustouflant, l’équivalant enviable d’une demi-douzaine de tondeuses endimanchées. Perché tout en haut, le gamin a l’air d’une vigie contente d’apercevoir la Terre. Quand il décompresse les gaz, l’engin s’incline dangereusement et le pilote dégringole plus qu’il ne descend. Je le laisse atteindre son garage, pousser sa mob au stand et je me lève en soupirant sur la jeunesse qui bouge mais ne change pas alors qu’il y aurait tant de révolutions à mettre en branle. Mais la révolution nécessite de se priver à court terme d’une future GTI avec becquet arrière, alors… Il a dans les seize ou dix-sept ans, le mètre quatre-vingts passé, soixante kilos avec des bottes en plomb et une bonne tête de numéro d’écrou. Je voudrais bien qu’il craigne pour sa vie rien qu’en m’apercevant, mais il n’est même pas surpris en se retournant de me trouver dans son dos.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.