Le tri sélectif des ordures et autres cons - épisode 16

De
Publié par


16e épisode

Sur le chemin du retour, un coup de fil de James le banquier surprend Richard et lui fait monter la moutarde au nez.
Où l'on voit que même un tueur à gages chevronné peut ne plus savoir à quel saint se vouer.





Publié le : jeudi 12 décembre 2013
Lecture(s) : 1
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782823811803
Nombre de pages : 9
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
couverture
Sébastien GENDRON

Le tri sélectif des ordures et autres cons

16e épisode

Pocket

24

La philosophie dans l’habitable

Le retour se fait sous une pluie battante et quitte à cumuler, je passe en boucle et en alternance tout ce que ma discothèque portative contient de tristana : Lambchop, Jeff Buckley, Leonard Cohen, Scott Walker, Tindersticks, Marianne Faithfull, Mark Hollis, Beth Gibbons, j’en passe et des fontaines.

L’atteinte sur mon moral est directe, l’impact précis comme une tumeur.

Je saigne du nez par intermittence et m’arrête plusieurs fois sur la route pour vomir, pleurer, me vider d’une manière ou d’une autre. Du côté de Montpellier, il me vient l’idée de remonter vers le nord et proposer la botte à James. Poser l’ardoise sur la table et dire que je me suis gouré, ouais, à quarante balais on se plante encore, parfois même bien, avec les genoux qui pissent et des dents cassées. Ça serait pas une première dans mon CV.

Et puis j’aurais le cran d’accepter le minable de la situation.

C’est toujours mieux que de chercher des justifications.

Depuis le début, je cherche des justifications. Pourquoi je suis devenu garde du corps, puis tueur, puis détective, puis discounter de contrats ? Comme s’il fallait justifier un emploi d’éboueur pour se sentir à même de l’exercer. Je suis le produit d’une époque où les problèmes ne s’écartent plus, ne se gèrent plus, ne se négocient plus, ne se temporisent plus mais s’éradiquent de manière définitive.

Quelque chose vous gêne ? « Pomme Q » et c’est réglé.

Ça devient tellement facile, d’une telle évidence, que des types comme moi soient obligés de proposer des solutions discount pour pas que le marché leur échappe. Faire disparaître quelqu’un ou un problème est devenu aussi simple qu’acceptable et trouver la recette pour en vivre devient aussi talentueux que de penser une campagne de pub pour vendre de l’air.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.