Le tri sélectif des ordures et autres cons - épisode 8

De
Publié par


8e épisode

Lapelouse vient d'enterrer un corps, quand il se fait arrêter par des flics...
Sonia revient à la charge.





Publié le : jeudi 5 décembre 2013
Lecture(s) : 5
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782823811711
Nombre de pages : 9
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
couverture
Sébastien GENDRON

Le tri sélectif des ordures et autres cons

8e épisode

Pocket

13

Dans une pinède

Cet après-midi-là, j’enterre un homme de quarante-cinq ans dans une forêt à quelques kilomètres derrière la Technopole Montesquieu. Après une ingestion massive de Gardénal, il s’est fatigué très rapidement. Puis il est mort pendant son transport en forêt. La pinède offre un terrain particulièrement acide dû en partie à la décomposition des aiguilles. Porté en terre sans la protection d’une boîte solide, un cadavre subit un travail de détérioration d’une qualité dix fois supérieure à celle d’un terreau classique. Il n’est pas rare qu’en l’espace de six mois seulement, toute trace du cadavre ait totalement disparu. Au demeurant, saturé de radicelles et de racines aux ramifications multiples, extrêmement friable et sec, le sol de pinède est difficile à terrasser. C’est en partie pourquoi cette option, si elle présente des avantages certains et offre une sépulture bio très en vogue, est une des plus onéreuses du catalogue.

C’est après plus de trois heures de travail que M. Brémontier disparaît à l’ombre bienfaitrice de deux mille hectares de pins. Je quitte le pare-feu pour rejoindre la route rectiligne où m’attend une camionnette de gendarmerie.

« Gendarmerie nationale, monsieur. Veuillez éteindre votre moteur, s’il vous plaît.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi