//img.uscri.be/pth/69a68aa2b5b4baa9b805dcc17d94ce888fe66962
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Le veilleur de jour

De
160 pages

Radical contestataire des valeurs admises, qui prônent les belles carrières et le bonheur intime, les amours comblées, l'argent facile, l'ambition satisfaite et les croyances assurées, le héros de cette sotie ne donne pas dans les illusions du commun. Il refuse de jouer au petit jeu dérisoire de la réussite. Au contraire, avec une résolution méthodique, Il se veut "homme quelconque" dans la vie, mais "rêveur de talent" dès qu'Il s'en échappe. Quand Il ne s'amuse point à détruire les pauvres idées toutes faites de Mme Berthe et de Mme Fernande, ses collègues au ministère du Temps perdu, voici le discret "veilleur de jour" qui se dédouble à heures fixes : Il devient le disert, le pétulant baron Enguerrand de Caudebec-en-Cau, membre du Jockey-Club et vingt et unième du nom. Entre le bureau et le "gratin", sa schizophrénie par le songe permettra de savoureux aller-retour, et quelques règlements de comptes assez définitifs avec les frileuses conventions de la société contemporaine.

Voir plus Voir moins
Radical contestataire des valeurs admises, qui prônent les belles carrières et le bonheur intime, les amours comblées, l'argent facile, l'ambition satisfaite et les croyances assurées, le héros de cette sotie ne donne pas dans les illusions du commun. Il refuse de jouer au petit jeu dérisoire de la réussite. Au contraire, avec une résolution méthodique, Il se veut "homme quelconque" dans la vie, mais "rêveur de talent" dès qu'Il s'en échappe. Quand Il ne s'amuse point à détruire les pauvres idées toutes faites de Mme Berthe et de Mme Fernande, ses collègues au ministère du Temps perdu, voici le discret "veilleur de jour" qui se dédouble à heures fixes : Il devient le disert, le pétulant baron Enguerrand de Caudebec-en-Cau, membre du Jockey-Club et vingt et unième du nom. Entre le bureau et le "gratin", sa schizophrénie par le songe permettra de savoureux aller-retour, et quelques règlements de comptes assez définitifs avec les frileuses conventions de la société contemporaine.