Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Le Vieil homme qui tourne le dos à la mer

De
128 pages
Un vieil homme originaire d'Auvergne habite le littoral languedocien et presque chaque soir il vient traîner sa mélancolie au bord de mer. Il tourne le dos à celle-ci car il ne l'aime pas à l'encontre de son pays qui lui, chante des poèmes permanents. Et il se souvient poétiquement de cette vie paysanne si vite passée et analyse ses regrets dans les langueurs des souvenirs. Il transforme alors tout cela en bonheur pour que son âme vieillissante s'accommode de tous ces évènements passés. "Au-dessus de moi, derrière et aussi devant, le ciel ce soir très étoilé est pour moi ma poste restante, mon rendez-vous des outragés par le temps et la vie, où tous les messages que m'envoie mon pays sont rassemblés là en points lumineux minuscules que je m'empresse de déchiffrer." "Rêve, rêve mon pauvre vieux! J'imagine bien ce que je veux et trouve dans ces messages utopiques que ce que je veux bien y lire pour satisfaire mon caractère devenu vieil ours solitaire et je sais que c'est là que je peux rencontrer les fantômes de mes souvenirs avec tout leur attirail d'inconnus et de connus que je ne verrais plus jamais." "J'aime les roses et les lilas Ce sont les fleurs de ma détresse Et c'est au soir que je m'empresse De les cueillir...juste pour toi."
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Du même auteur
Bons baisers de Villeneuve lès Maguelone, 1980 La Cuisine conviviale, Éditions Dormonval, 1997 Les Fondues, 70 recettes, Éditions CPE, 2007 Histoire des banques françaises, Éditions CPE, 2007 Au plaisir de lolive, Éditions CPE, 2009
Pierre Pinton
LE VIEIL HOMME QUI TOURNE LE DOS À LA MER
 
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France
IDDN.FR.010.0118450.000.R.P.2013.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2013
Intro Le jeune enfant dans ses doigts potelés de bébé tient lallumette de linnocence qui commence à se consumer et au moment où la flamme de la vie sapproche trop près des doigts ridés, pétris de rhumatisme et tremblants de vieillesse, tout sarrête dun coup. Une vie vient de passer. Il était une fois une histoire pour les enfants de plus de soixante ans il était une fois un soleil nen finissant pas de saigner aux matins de novembre et lémerveillé de remplir le regard du gamin que je suis encore. Il était une fois un vieil homme un peu déraciné qui cher-chait à voir son pays si loin tout en tournant le dos à la mer, car la mer il ne la comprend pas. Il était une fois des souvenirs que chacun amasse et ne peut un jour que se remémorer lorsque lâge est en place et que le seul espoir est de vivre chaque jour.
7
Une journée Chaque matin la mer accueille dans ses houles furtives le so-leil qui se lève délicatement comme sil ne voulait pas la blesser. Simplement lun et lautre de caresses de lumières en scintille-ments aguichants se jouent une comédie méridionale. Cest ce cycle immuable qui perturbe le vieil homme qui vient chaque jour ou presque sasseoir près de cette Méditerra-née au bord du golf tant convoité et au milieu du silence et de la sérénité en haut des petites dunes près des saladelles ou des salicornes que les vagues de sables protègent. Il reste ainsi des heures  lui semble-t-il  à écouter son âme divaguer sur ses souvenirs mais tout cela toujours tourné vers cette ligne des Cévennes qui est lapproche de son passé. Lapproche seulement car cette merveilleuse barrière céve-nole prépare simplement à laccueil de cette Auvergne riche dans tous les recoins de ses forêts, de ses pâturages, de ses vol-cans transformés en pains de sucre, les sucs, de ses fermes où les gens bourrus sont pourtant si hospitaliers et dont la réputa-tion de cur va du Chambon sur Lignon aux confins de cette si belle région. Et protégée par la Vierge du Puy en Velay cette Haute Loire vit naître le vieil homme dans un de ces hameaux dont on ne sait plus le nom ou lemplacement si ce nest quil faisait partie de tous ces lieux protestants où les parpaillots vivaient avec le cur en bandoulière prêt à se donner même en morceaux à tous plus besogneux queux.
9
LE VIEIL HOMME QUI TOURNE LE DOS À LA MER
Il na pas de saisons sauf celles que son caractère lui impose chaque jour ; Il na point dheures, trop habitué à lire le soleil, et Dieu sait quil a de quoi faire dans le Midi ! Il na plus de tra-vaux à programmer pour sa journée et son âme de vaillant en souffre au point même den ressentir un peu de honte. Alors pour tout bagage de rêves il lui reste ses fabuleux sou-venirs quont en général tous les Hommes, et quil veut bien se remémorer mais sans en faire profiter lautre moitié du paysage, celle qui est dans son dos : la mer, car il croit fermement comme le lui avait appris sa maman, que la pensée vagabonde, erre, circule dans toute la nature et que cest peut-être pour cela que chantent les oiseaux ou pleurent les nuages ou se parent de mille couleurs les champs de printemps de la jonquille aux bleuets.Le vieil homme tourne le dos à la mer en ce matin de mi-saison qui ressemble à sy méprendre à un de ces beaux jours dhiver du Midi. Assis sur un bout de dune vers le Petit Travers, le dos un peu à lest dans lespoir que le soleil levant lui projette son om-bre jusquaux confins de son berceau. Non pas quil sen méfie de la bleue quil avait tant désirée et courtisée dans ses premiers moments où il la découvrait mais parce que son âme entristée de mélancolie lui fait le coup de lamante jalouse qui veut que lon parle uniquement delle en oubliant tous ces vivants qui gravitent encore dans lombre de ses souvenirs. Parce que dans les souvenirs qui charcutent les âmes, les disparus sont au même âge que les vivants. Le vieil homme tourne le dos à la mer car son regard gris vert, donné par ses parents et ne layant jamais quitté, ne veux pas concurrencer cette nappe changeante ; il en est devenu es-clave à tel point que tout ce que ce regard peut chercher lui torture lâme et loblige à le suivre.
10
Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin