LE VOLEUR DE PENSEES

De
Publié par

Antoine Vélo possède depuis sa plus tendre enfance le pouvoir assez surprenant de lire dans les pensées de ses interlocuteurs pour peu qu’il réussisse à capter leur regard. Il peut même orienter la réflexion intérieure de ses vis à vis. Ce talent l’entraîne dans des situations dans lesquelles la morale n’est pas toujours présente… Evariste Dupont se découvre doté d’un pouvoir surprenant, celui de se retrouver avec la tête d’un autre. Il lui suffit pour cela de se concentrer sur un visage étranger. Cette faculté extraordinaire l’amène dans des situations incroyables. Les affaires vont mal tourner pour lui quand il se trouve mêlé à une sombre escroquerie et que son pouvoir devient de plus en plus incertain.
Publié le : lundi 13 juin 2011
Lecture(s) : 159
EAN13 : 9782748153705
Nombre de pages : 191
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Le voleur de pensées
Bernard Maurin
Le voleur de pensées
suivi par : Le caméléon
NOUVE LLE SLe Manuscr it w w w . m anuscr it . com
© É ditions Le Manuscrit, 2005 20, rue des Petits Champs 75002 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@ manuscrit.com ISBN : 2748153715 (fichier numérique) ISBN : 2748153707 (livre imprimé)
Il y avait à Montmartre, ... un ex cellent homme nommé D utilleul qui possédait le don singulier de passer à travers les murs sans en être incommodé ... Marcel A ymé ..."L e passemuraille"
BE R N A R DMA U R I N
LE VOLE UR DE PE NSE E S CHAPITRE 1 La remise des résultats de la dissertation de philosophie était toujours un spectacle sortant de l’ordinaire. Le professeur, Monsieur Duchamp – alias "Ducon" pour les élèves de la classe de philosophie – prenait toujours un ton très solennel. Bien entendu, tous savaient que ce serait inévitablement ce "fayot" de Blumet qui l’emporterait haut la main avec une note de deux points supérieure à celle du suivant immédiat. Par contre, on attendait toujours avec impatience de savoir dans quels abîmes s’engluerait aujourd’hui Antoine Vélo dont les notes en philosophie "tangentaient" régulièrement le zéro. Quand "Ducon" entra et jeta le paquet de copies sur la table, Antoine sentit monter en lui le fol espoir d’une note au moins honorable. Le professeur promena son regard sur la classe et s’arrêta quelques secondes sur lui. A cet instant précis, il sut que sa note ferait encore chuter sa moyenne si tant est que cela fût possible. Pourtant Antoine avait l’impression de faire de réels efforts car il savait combien une note se rapprochant simplement de la moyenne aurait comblé sa mère. Il faut dire que Madame Vélo vouait à son fils une passion
9
LE V O L E U R D E P E N S E E S
sans faille, prête à tout pour lui épargner les terribles colères d’un père pour qui les résultats catastrophiques d’Antoine étaient perçus comme autant d’échecs personnels. Si dans les sciences exactes Antoine arrivait à donner le change, la philosophie avait le don de l’ennuyer si profondément qu’après quelques minutes à écouter le ton monocorde de Monsieur Duchamp dissertant sur Platon ou Descartes, il se sentait la paupière lourde et ne pouvait empêcher son esprit de s’évader vers des horizons où les demoiselles du Lycée de l’assomption jouaient souvent un grand rôle. – Je mérite tout de même plus de trois, grinçatil entre ses dents !… Son voisin le regarda d’un air surpris. – Comment qu’tu connais ta note ? Antoine haussa les épaules. Il savait ! c’est tout !… Mais comment expliquer cela à cet imbécile ? – C’est un antisémite ! L’autre le regarda d’un air ahuri, non plus parce qu’Antoine connaissait sa note, mais parce que ce mot le plongeait dans un abîme de réflexions. Il choisit de ricaner en prenant un air entendu, bien persuadé d’avoir découvert un nouveau juron. E n fait, personne ne savait qu’Antoine Vélo avait des ascendances juives. Ce terrible secret, découvert par inadvertance grâce aux bavardages inconséquents d’une grandmère un peu radoteuse, n'était connu d’Antoine que depuis les dernières vacances dans la vieille demeure familiale du Périgord. Il avait pu tout à loisir cuisiner la vieille dame et avait ainsi appris qu’avant la dernière guerre, son grand père, le fondateur de l’entreprise de Pompes Funèbres Vélo, s’appelait en réalité Vélovitch et que sa famille
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.