//img.uscri.be/pth/d3748db44b483375130c054b3d7701cba220c18b
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,95 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Le voyage extraordinaire d'un jeune parisien

De
112 pages
Peut-on traverser le miroir du temps ? Paris, 3h du matin. Eveillé en sursaut, François explore la cathédrale de Notre-Dame. Paré d’une longue redingote et d’un haut de forme, il comprend qu’il a changé d’époque : nous sommes désormais en 1835. Rêve ou réalité ? Propulsé au cœur du Paris de la Restauration, ce jeune homme du XXIème siècle est vite rattrapé par sa vie antérieure. Guidé par une dame blanche, il va devoir protéger les princes les plus célèbres de la monarchie. Dans une langue vive, Franck de Beaucé nous livre un roman fantastique aux accents oniriques. Un voyage dans le clair-obscur du Paris romantique du XIXème siècle.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Le voyage extraordinaire d’un jeune parisien
1 Franck de Beaucé
2 Le voyage extraordinaire d’un jeune parisien

Le voyage
extraordinaire
d'un jeune parisien
3 Franck de Beaucé
4 Franck de Beaucé
Le voyage
extraordinaire
d'un jeune parisien
Roman



Éditions Le Manuscrit
Paris
5 Franck de Beaucé












 



© Éditions Le Manuscrit -www.manuscrit.com-
2010
ISBN : 978-2-304-03522-3 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782304035223 (livre imprimé)
ISBN : 978-2-304-03523-0 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782304035230 (livre numé

6 Le voyage extraordinaire d’un jeune parisien






A Karine,Yvonne, ma famille,
mes amis Yann et Maria,
et adresse vivement mes remerciements
aux éditions Le Manuscrit.
7




LE RÊVE DEVIENT RÉALITÉ

Nous sommes le 05 Mai 1995, et François de
Beaucer notre héros, s’éveille tout juste d’un
songe étrange, récurrent. Peu à peu la réalité
voile le mystérieux monde onirique. Son aube
sans étincelle émerge, jusqu’à imposer son
empire sur le crépuscule d’un monde à la fois
éblouissant et insolite.
Désespérément, le rêveur tente en vain de
s’accrocher aux ultimes rayons de ces chimères
intemporelles.
Mais hélas, le réveil sonne et la dure réalité
impose à nouveau ses lois inflexibles : celles du
temps et de la monotonie.
C’est à la hâte que notre héros quitte son lit
douillet, et se dirige machinalement comme un
automate dans la salle de bain contiguë à sa
chambre.
Puis, après un long moment passé sous la
douche, il se rase, s’habille, avale d’un trait son
café bien noir, et franchit précipitamment la
porte de son studio dont la plus haute fenêtre
s’ouvre grande sur Notre Dame : la cathédrale
millénaire.
9 Franck de Beaucé
La place du Parvis où trône majestueusement
la statue équestre de Charlemagne, est encore
hantée par les lueurs féeriques des réverbères
statiques et figés dans l’immuable silence du
petit matin.
François est plongé dans un décor clair-
obscur, quelque peu trouble, presque semblable
à la toile de ses nuits.
Son imagination sans limites prend alors
plaisir à peupler la scène des réalités d’une
apparition, d’une dame blanche, immatérielle,
impalpable et qu’il a entrevue dans ce rêve
d’une nuit.
Bien qu’il soit 7 heures du matin, le disque
d’or n’a pas encore émergé des nuits
silencieuses comme un tombeau.
Oui, la nuit semble régner encore avec son
cortège de sérénités impénétrables et
d’apparitions fantastiques.
Du moins, c’est ce que l’esprit du jeune
homme croit voir.
Son âme tel un pendule oscille, bascule d’un
monde à l’autre, à cheval entre celui de
Morphée et la réalité.
Hélas, l’aurore darde ses premiers rayons sur
Paris encore endormi, et François nostalgique,
se replonge dans les abysses de son
subconscient.
A demi conscient, il tente de rattraper ce
décor onirique, intemporel, sa seule et unique
10 Le voyage extraordinaire d’un jeune parisien
raison d’être ! Le pouvoir de l’imagination aura-
t-il la force de le relever de ses cendres à l’heure
fatidique où le soleil se dévoile ?
Sans doute, quand les rayons de l’aurore
perceront une bonne fois pour toute le voile
obscur, alors la scène du fantastique théâtre
imprégnée de magie et de mystère s’évanouira
aussitôt pour que le rideau se lève enfin sur ce
théâtre quotidien : plein de bruits et de fureur et
rêvé par un idiot, comme l’écrivait avec justesse
le grand dramaturge anglais.
C’est dans l’éternité du songe et la magie de
l’inconscient qu’un décor inattendu est apparu
devant les yeux de l’esprit : des abysses de la
psyché Notre Dame a émergé toute sonore sur
fond nocturne.
Et voilà que soudain (sans l’aide de
l’imagination), l’on entend sous les voûtes de la
cathédrale gothique, le même concert d’orgues,
la sonate au clair de lune de Beethoven qui
hantait son rêve.
Sans crier gare, la musique se lève avec
l’aurore.
Afin de s’assurer qu’il ne rêve pas, il regarde
sa montre et le temps s’est arrêté.
Puis, pour en avoir le cœur net, il se dirige
vers la grande horloge de l’hôtel de Ville pour
voir si elle tourne toujours.
Mais les deux aiguilles de la grande horloge
sont immobiles.
11