Les Anges gardiens (Tome 2) - Sous les masques

De
Publié par

Consultant pour les Gardiens Angelino, Marc Rossi renoue avec son ancien job d’agent du FBI en acceptant une mission de la plus haute importance : s’envoler pour Belfast à la recherche de la jeune veuve Devyn Sterling et la convaincre de quitter la ville au plus vite. Bien entendu, s’il veut parvenir à ses fins, il lui faudra jouer la carte de la séduction. Or, la ravissante blonde qu’il rencontre, à l’air mystérieux et nostalgique, pourrait bien lui donner du fil à retordre. Car Devyn semble avoir à cœur de mener à bien un projet en Irlande. Marc comprend alors qu’il faudra, tôt ou tard, faire tomber les masques…
Publié le : mardi 8 juillet 2014
Lecture(s) : 6
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782290072677
Nombre de pages : 448
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
LES ANGES GARDIENS 2
Sous les masques
Du même auteur aux Éditions J’ai lu
LES ANGES GARDIENS
1 – Tmoin en dtresse Nº 10315
ROXANNE ST. CLAIRE
L E S A N G E S G A R D I E N S – 2 Sous les masques
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Guillaume Le Pennec
Vous souhaitez être informé en avantpremière de nos programmes, nos coups de cœur ou encore de l’actualité de notre siteJ’ai lu pour elle?
Abonnezvous à notreNewsletteren vous connectant surwww.jailu.com
Retrouveznous également sur Facebook pour avoir des informations exclusives : www.facebook/jailu.pourelle
Titre original SHIVER OF FEAR Éditeur original Forever, an imprint of Grand Central Publishing. The Forever name and logo is a trademark of Hachette Book Group, Inc., New York Roxanne St. Claire, 2011 Pour la traduction française Éditions Jai lu, 2013
Pour Kresley Cole, Louisa Edwards et Kristen Painter qui n’ont eu de cesse de m’offrir du soutien, des rires, du recul, des conseils, de la motivation (bon, d’accord, et aussi un peu de vin) du premier au dernier chapitre. Je vous adore et je chéris notre extraordinaire amitié.
Remerciements
Je dois énormément aux gens patients, généreux et vraiment brillants qui mont soutenue pour écrire ce roman : À Jessica Odell, mes yeux et mes oreilles à Belfast. Vérificatrice dinformations, créatrice de plans et desti nataire incroyablement aimable dinnombrables emails qui commençaient tous par « Jai encore une petite question ». Merci, Jess. Je te dois une ou deux Guinness. À ma copine brésilienne et bêtalectrice Barbie Fur tado qui a lu, commenté, puis relu et recommenté, puis rerelu jusquà ce que nous dépassions largement le stade bêta pour approcher de zêta. Cest une superstar, un soutien sans pareil et une première lectrice à lil acéré. À lancien agent du FBI Jim Vatter, interlocuteur pri vilégié pour tout ce qui touche aux forces de lordre fédérales ; le Dr Peter F. Bonventre, microbiologiste, qui ma fourni un vocabulaire simple pour évoquer un sujet compliqué ; les nombreux membres du Centre de recherche de la fondation historique dUlster et les « paroissiens » de la cathédrale St Macartin à Enniskil len. Autant de gens (y compris laimable inconnu à laccent si sexy qui a répondu au téléphone à lhôtel Europamais ne ma pas donné son nom) qui ont tout 9
fait pour mempêcher de déformer la réalité. Si jai fait une bêtise, nallez pas les en blâmer. À toute léquipe de la collection Forever Romance de Grand Central Publishing, à commencer par Amy Pier pont, formidable éditrice qui sait exactement comment prendre ce qui est bon pour le rendre encore meilleur et sans oublier léquipe des professionnels de la produc tion, de la publicité, de lillustration et des ventes qui travaille sans relâche pour mettre mes récits entre les mains dautant de lecteurs que possible. Tournée de chocolat pour tout le monde ! À mon merveilleux agent littéraire, la très patiente et très brillante Robin Rue qui me laisse galoper mais sait reprendre les rênes avec talent lorsquil faut me mainte nir sur les rails. Et, comme toujours, avec tout mon amour pour mon mari, Rich, et nos chers enfants, Dante et Mia, qui ne se plaignent pas (beaucoup) quand ils entendent ma fameuse phrase : « Dès que jaurai fini cette scène ». Ils ont beau savoir que la scène ne sera jamais vraiment finie, ils maiment quand même.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Peine perdue

de editions-flammarion

Les secrets sont éternels

de editions-gallimard