Les arnaqueurs aussi

De
Publié par

Règle numéro un quand on est délinquant : s’en tenir à ce qu’on sait faire. Règle numéro deux : ne jamais mélanger le business et les affaires de cœur. Deux règles que les protagonistes du dernier Festival Chalumeau vont hélas oublier au cours de leur séjour sur la Côte d’Azur… Le décor, donc : un somptueux palais cannois, qui voit défiler, sous les yeux d’un directeur veule et cupide à souhait, tout un gratin de milliardaires en goguette, de rock stars, de vedettes hollywoodiennes… et d’escrocs en tout genre. Parmi ces derniers : Jorge Gomez, petit arnaqueur frais émoulu de prison et reprenant du service ; un mystérieux baron au lignage et au carnet d’adresses plus que douteux ; une comtesse italienne et fatale, Rita Hayworth réincarnée au milieu d’un parterre de truands tous plus crétins et dangereux les uns que les autres ; le chef d’une improbable association de malfaiteurs ; des Ukrainiens louches ; Bono, le chanteur de U2, en vacances et qui n’avait rien demandé ; une culturiste lesbienne au coup de poing facile ; ou encore un ex-flic psychopathe, adepte de la torture… au chalumeau ! Héros de ce casting dément, Jorge Gomez et le Baron (également connu sous le nom de « grand con ») vont bientôt se retrouver soupirants rivaux de la comtesse Monica et partenaires malgré eux dans une trépidante chasse au magot. Jeu de dupes, jeu de doubles et de rôles, faux et contrefaçons tous azimuts – dans ce roman mené pied au plancher et mettant en scène avec une cruauté jouissive les frasques de quelques spécimens d’humanité aussi inquiétants qu’affligeants, le soleil de la Riviera fait griller les cervelles et hurler de rire le lecteur. Chalumeau, d’une plume inimitable, entre tontons flingueurs et frères Coen, entre Amicalement vôtre et La Main au collet, signe un polar jubilatoire, diaboliquement construit (façon puzzle) et diaboliquement drôle.
Publié le : mercredi 31 octobre 2007
Lecture(s) : 16
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782246811534
Nombre de pages : 462
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Règle numéro un quand on est délinquant : s’en tenir à ce qu’on sait faire. Règle numéro deux : ne jamais mélanger le business et les affaires de cœur. Deux règles que les protagonistes du dernier Festival Chalumeau vont hélas oublier au cours de leur séjour sur la Côte d’Azur… Le décor, donc : un somptueux palais cannois, qui voit défiler, sous les yeux d’un directeur veule et cupide à souhait, tout un gratin de milliardaires en goguette, de rock stars, de vedettes hollywoodiennes… et d’escrocs en tout genre. Parmi ces derniers : Jorge Gomez, petit arnaqueur frais émoulu de prison et reprenant du service ; un mystérieux baron au lignage et au carnet d’adresses plus que douteux ; une comtesse italienne et fatale, Rita Hayworth réincarnée au milieu d’un parterre de truands tous plus crétins et dangereux les uns que les autres ; le chef d’une improbable association de malfaiteurs ; des Ukrainiens louches ; Bono, le chanteur de U2, en vacances et qui n’avait rien demandé ; une culturiste lesbienne au coup de poing facile ; ou encore un ex-flic psychopathe, adepte de la torture… au chalumeau ! Héros de ce casting dément, Jorge Gomez et le Baron (également connu sous le nom de « grand con ») vont bientôt se retrouver soupirants rivaux de la comtesse Monica et partenaires malgré eux dans une trépidante chasse au magot. Jeu de dupes, jeu de doubles et de rôles, faux et contrefaçons tous azimuts – dans ce roman mené pied au plancher et mettant en scène avec une cruauté jouissive les frasques de quelques spécimens d’humanité aussi inquiétants qu’affligeants, le soleil de la Riviera fait griller les cervelles et hurler de rire le lecteur. Chalumeau, d’une plume inimitable, entre tontons flingueurs et frères Coen, entre Amicalement vôtre et La Main au collet, signe un polar jubilatoire, diaboliquement construit (façon puzzle) et diaboliquement drôle.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi